Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM



Home » Officer Columns » What Were They Thinking?


What Were They Thinking?

  -  AFM Vice President from Canada

Membership in the American Federation of Musicians of the United States and Canada (AFM) is indicative of arrival as a professional and carries with it a certain amount of respect and pride and has infinite monetary value. Many of the collective agreements negotiated on behalf of members are also administered by the AFM, but there are a number (both negotiated and promulgated) that leave some responsibility with the member. It is with this latter group that a multitude of problems and neglect have arisen, which results in a disservice for the members themselves. The examples below demonstrate how/where members literally drop the ball, for unfathomable reasons. Membership is an axiom in that for every service or benefit there is a corresponding duty or obligation.

Jingles

The creation of commercial announcements can be extremely lucrative for the musicians who are available for this type of work. In Canada, we have the General Production Agreement for Commercial Announcements, which specifies the fees and destination of music made for jingles. However, there are jingle production houses who choose to either not be signatory or contract work outside the agreement. The latest example is when a musician is offered a finite amount (let’s say $200) as an all-in payment for their work on a jingle. Too many times, these offers are being accepted, and the work is done “off the card,” or as non-AFM product.

There are several problems with this. First, the fee is low. For a maximum of three minutes of music, the fee should be $250, leader $500, with 12% pension. Next, that only allows for a cycle of 13 weeks. If the jingle is used beyond that, it’s a payment of an additional 50% for each 13 weeks. Oh, and this payment is for a single platform, such as television. If it is “moved over” to radio or new media (internet), the original session fee must be paid for each. There are also additional payments if the jingle is used outside of Canada and the US. It’s easy to do the math and see that a commercial that has a long run on multiple platforms can generate a great deal of money for the musicians involved. How does that $200 look now? In addition, if the jingle is re-used after a dormant period of two years, an original session fee is paid as if it was a new commercial. So, for those doing jingles “off the card,” what were they thinking?

Movies and Television

These types of gigs may be covered under one of several different agreements, depending on the location of the employer, either Canadian or US. Once again, some musicians are talked into accepting a flat fee, as opposed to having the work contracted as AFM. The result? Lower initial fees, no pension, no step-ups, and no residual payments. What were they thinking?

Audio or Audiovisual Recording

Many years ago, most of the tracks heard on the radio were released by one of the major labels, which are signatory to the AFM Sound Recording Labour Agreement (SRLA). That meant several things: an established session fee, pension contributions, special payments, and new use fees. New use is a payment to the musicians if the track is used in a different medium, such as TV or a jingle. New use is paid each time a track is repurposed, as is pension. There is a large number of legacy recordings that surface in movies, television, etc. Our electronic media department is busy scouring the credits to determine which musicians are owed (often a substantial amount of) money.

Today, there are countless independent record labels, most of whom are not signatory. In addition, many musicians have found they would rather self-produce and release tracks on their own label or cut a direct deal with a streaming platform. The problem with these scenarios is that the musicians are not using AFM paper to report these sessions. The result is no pension, special payments, and no new use, since the Federation has no data for these recordings. This could result in the loss of thousands of dollars over a lifetime. Again, what were they thinking?

Is it that they are doing a favour for someone? Or is filing a session report too much trouble? There are several ways to get a track covered without having a signatory to the SRLA, including Limited Pressing, Single Song Overdub, and Joint Venture contracts. Check with your local as to which is best suited for the tracks you are recording. If you ensure that AFM paper has been filed on all your recorded product, a very lucrative revenue stream is available, which can be equal to or greater than what is available through copyright laws.

We are seeing a disappointing trend in the new use department in Toronto. Most invoices sent to producers for use of AFM tracks are for legacy recordings that were recorded many years ago. Increasingly, new tracks do not generate income since they were recorded off-contract. The Federation therefore has no authority to bill for their use, meaning that this large revenue stream is unavailable. What were they thinking?

Live Engagements

Years ago, bands doing “the circuit” were generally booked through agencies covered under the Booking Agent Agreement, and therefore AFM live engagement contracts were utilized and filed with the local where the engagement took place. This ensured several things. The band was guaranteed payment as per the contract, including pension contributions. If they were fired, cancelled, wrongfully disengaged, or simply not paid, the AFM would enforce the contract (through the courts, if necessary) as well as provide up to three days scale wages to the musicians in the interim. There was a clause for force majeur, protecting the musicians against liability in the event of an act of God, and many other clauses of benefit, including noncancellation. These contracts still exist, have been updated, and are required in most locals for live gigs. Yet many musicians no longer use them and are content with either a verbal agreement or an email. What are they thinking?

Musicians have all kinds of excuses. “The club owner doesn’t sign contracts” is common. Well, yes, he does, if he wants liquor and food delivery, plumbing, or custodial services. He’s just pulling a power trip on you because he can. If all bands took the position that without a contract they would not appear, contracts would quickly be signed.

Or, the musicians may feel that the venue owner is their friend (more so than their local), when they are not. These owners collude with each other more than musicians do and together determine exactly how much they are going to offer which band. You are not their friend; you are a commodity. Do not take the position that they are being nice by offering you a place to perform for your friends. Take the position that you are providing a valuable service, which draws an audience and increases the venue’s profits.

On a separate related issue, do these musicians declare the income made from music? Many times, no. They don’t realize that by doing so they could avail themselves of a huge list of deductions, including instrument cost, maintenance, supplies (drum sticks, guitar strings), stage clothing, grooming, and travel expenses, to name a few. In worst case scenarios, there are instances where the Canada Revenue Agency (CRA) has audited musicians (having done some investigating) and assessed the musicians an exorbitant amount of tax, late fees, penalties, and interest based on a wild estimate of musical income. Had the musician bothered with contracts, they would have been able to demonstrate that the income was far less than the CRA estimate, and by applying the deduction, likely reduced the tax owed to zero, or perhaps even earned a credit. What were they thinking?

What were they thinking, indeed. Don’t fall prey to bad advice or social media influencers. The Federation has agreements, contracts, and report forms that cover any kind of musical performance or service. Using them, and filing the requisite paper allows the musician access to the services and benefits negotiated on their behalf. To not take advantage is a monumental error in judgement and may make the difference in being able to retire comfortably down the road.


Broadbent, Canadian Labour Champion, Honored with State Funeral

Longtime labor champion Ed Broadbent, a social democracy stalwart who helped build up Canada’s leftist New Democratic Party (NDP), died at 87, on January 11. A state funeral was held for him on January 28 in Ottawa.

A former university professor who eventually became leader of the NDP, Broadbent was “a fierce champion for ordinary Canadians,” according to a statement from the Broadbent Institute, the progressive policy organization he founded in 2011. Broadbent served as a member of Parliament for more than two decades and led the NDP for 14 years in the 1970s and 1980s.

Broadbent’s advocacy on behalf of workers and his unwavering support for unions made him a pillar of the Canadian labor movement. According to Bea Bruske, president of the Canadian Labour Congress, “Ed Broadbent was a giant among us, a man with incomparable heart and integrity. Ed championed workers’ issues and always stood up for the most marginalized among us.” She adds, “We are committed to honoring Ed’s legacy by keeping up the fight for workers’ rights, social justice, and the preservation of democracy in Canada and around the world.”

À quoi pensaient-ils?

par Alan Willaert, vice-président de l’AFM pour le Canada

L’adhésion à la Fédération américaine des musiciens des États-Unis et du Canada (AFM) est une indication de réussite professionnelle. Elle va de pair avec respect et fierté, et comporte une valeur pécuniaire infinie. Plusieurs des ententes collectives négociées par l’AFM au nom de ses membres sont également administrées par elle, mais il y en a un certain nombre (négociées et promulguées) qui laissent une part de responsabilité au membre. C’est cette catégorie qui a donné lieu à une multitude de problèmes et de négligences, qui nuisent aux membres eux-mêmes. Les quelques exemples qui suivent illustrent comment et où les membres échappent véritablement le ballon, et ce, pour des raisons incompréhensibles. Devenir membre de l’AFM est un engagement en ce sens qu’à chaque service ou bénéfice correspond un devoir ou une obligation.

Jingles

La création de messages publicitaires, de jingles dans le jargon du métier, peut s’avérer très lucrative pour les musiciens. Au Canada, nous avons l’Entente collective générale pour la production de messages publicitaires où sont précisés les cachets et la destination de la musique créée pour les jingles. Toutefois, il y a des maisons de production qui choisissent de ne pas la signer ou de réaliser le travail hors de l’entente. Une pratique récente consiste à offrir un montant limité (disons 200 $) à un musicien comme paiement forfaitaire. Trop souvent, ce genre d’offre est accepté, et le travail est exécuté en dehors du cadre syndical ou comme produit non-AFM.

Or, cela pose plusieurs problèmes. Premièrement, le cachet est bas. En effet, pour un maximum de trois minutes de musique, il devrait être de 250 $ et de 500 $ pour le chef, avec 12 pour cent de cotisation à la caisse de retraite. De plus, ces montants ne couvrent qu’un cycle de 13 semaines. Si le message est utilisé plus longtemps, il y a versement d’un 50 pour cent supplémentaire pour chaque tranche de 13 semaines. Oh, et ce paiement ne donne droit qu’à une seule plateforme, telle que la télévision. Si le message est transféré à la radio ou à un nouveau média (Internet), le cachet de la séance d’origine doit être payé de nouveau pour chaque média concerné. Il y a également des versements supplémentaires si le message est utilisé hors du Canada et des États-Unis. Le calcul est facile à faire : un jingle qui tourne pendant longtemps sur de multiples plateformes peut générer beaucoup d’argent pour les musiciens qui l’ont réalisé. Comment vous paraît ce 200 $ maintenant ? De plus, si le message est réutilisé après une période de dormance de deux ans, un cachet correspondant à la séance d’origine est versé comme s’il s’agissait d’une nouvelle publicité. Alors, ceux qui font des jingles hors entente, à quoi pensent-t-ils ?

Films et télévision

Ces types d’engagement peuvent être couverts par une ou plusieurs ententes différentes selon où se trouve l’employeur, au Canada ou aux États-Unis. Encore une fois, certains musiciens se laissent convaincre d’accepter un montant forfaitaire plutôt que d’effectuer le travail aux termes d’un contrat de l’AFM. Le résultat? Cachets initiaux plus bas, aucune cotisation de retraite ni versement de droits de suite. À quoi pensent-t-ils ?

Enregistrements audio ou audiovisuels

Il y a de nombreuses années, la plupart des pistes qu’on entendait à la radio étaient issues des grandes maisons de disques, qui sont signataires de l’entente de l’AFM sur les enregistrements, la Sound Recording Labour Agreement (SRLA). Cela assurait plusieurs choses : un cachet établi pour les séances, des cotisations à la caisse de retraite, des paiements spéciaux et des cachets pour les nouvelles utilisations. La nouvelle utilisation est un cachet versé aux musiciens lorsqu’un enregistrement est réutilisé dans un média différent, tel que la télévision ou un message publicitaire. La nouvelle utilisation est payée chaque fois qu’une piste est utilisée à une fin nouvelle, tout comme la cotisation à la caisse de retraite. Un grand nombre d’anciens enregistrements refont surface dans les films, à la télévision, etc. Notre service des médias électroniques s’occupe de passer au peigne fin les listes de musiciens inscrits aux contrats afin de déterminer à qui verser des sommes (souvent importantes) d’argent.

De nos jours, il existe d’innombrables maisons de disques indépendantes dont la plupart ne sont pas signataires de nos ententes. De plus, de nombreux musiciens préfèrent se produire eux-mêmes et lancer des pistes sur leur propre étiquette ou négocier une entente directement avec une plate-forme de diffusion continue. Le problème dans ces scénarios, c’est que les musiciens ne documentent pas leurs séances d’enregistrement auprès de l’AFM. En conséquence, ils n’en retirent aucune cotisation de retraite, de paiement spécial ou de nouvelle utilisation. Au cours d’une vie, il s’agit possiblement de milliers de dollars perdus. Encore une fois, à quoi pensent-t-ils ?

Est-ce qu’ils font ainsi une faveur à quelqu’un ? Est-ce que déposer un rapport de séance d’enregistrement demande trop d’efforts ? Il y a plusieurs moyens de couvrir une piste sans que le producteur ne soit signataire de la SRLA, y compris les contrats pour un tirage limité, pour la superposition d’une chanson et pour les projets conjoints. Vérifiez auprès de votre section locale lequel de ces contrats convient le mieux à la piste sur laquelle vous travaillez. Si vous vous assurez de déposer des documents auprès de l’AFM pour tous vos enregistrements, vous pourriez accéder à un flux de revenus très intéressant, qui peut rapporter autant ou plus que ce qui vous est offert en vertu des lois sur le droit d’auteur.

Notre service des nouvelles utilisations constate une tendance décevante à Toronto. En effet, la plupart des factures que nous envoyons aux producteurs sont liées à l’utilisation de pistes réalisées en vertu d’une entente de l’AFM il y a de nombreuses années. De plus en plus, les nouvelles pistes ne génèrent aucun revenu parce qu’elles sont réalisées hors contrat. La Fédération n’a donc aucune autorité pour facturer leur utilisation, en conséquence cette généreuse source de revenus est inaccessible. À quoi pensent-ils ?

Engagements live

Il y a de nombreuses années, les groupes qui faisaient « le circuit » étaient généralement engagés par l’entremise d’agences signataires de l’entente sur les agents artistiques, et donc leurs engagements faisaient l’objet de contrats de l’AFM qui étaient déposés auprès des sections locales où ils avaient lieu. Cela garantissait plusieurs choses. Le groupe était assuré d’être payé comme indiqué au contrat, incluant les cotisations de retraite. S’ils étaient congédiés abusivement, que leur engagement était annulé ou qu’ils n’étaient tout simplement pas payés, l’AFM s’occupait de faire respecter le contrat (par l’entremise des tribunaux, si nécessaire) et leur versait jusqu’à trois jours de cachets minimums dans l’intervalle. Il y avait également une clause pour force majeure qui protégeait les musiciens contre toute responsabilité en cas d’acte de la nature, et plusieurs autres clauses de bénéfices, y compris la protection contre l’annulation. Ces contrats existent toujours, ont été mis à jour et sont exigés dans la plupart des sections pour les engagements sur scène. Pourtant, de nombreux musiciens ne les utilisent plus et se contentent d’une entente verbale ou d’un courriel. À quoi pensent-ils ?

Les musiciens évoquent toutes sortes de prétextes. On entend souvent « le propriétaire du club ne signe pas de contrats ». Eh bien, oui, il en signe, par exemple s’il veut qu’on lui livre de l’alcool et de la nourriture ou pour obtenir des services de plomberie ou d’entretien. Il abuse tout simplement de son pouvoir avec vous parce qu’il le peut. Si tous les groupes de musiciens refusaient de travailler sans contrat, il signerait sans hésiter.

Ou alors les musiciens ont l’impression que le propriétaire des lieux est leur ami (plus que leur section locale), mais il n’en est rien. En fait, ces propriétaires se concertent entre eux beaucoup plus que les musiciens, et ensemble ils déterminent combien ils comptent offrir à tel ou tel groupe. Ils ne sont pas vos amis; pour eux, vous êtes un produit. Ne croyez pas qu’ils vous font une gentillesse en vous offrant un lieu où vous produire devant vos propres amis. Dites-vous plutôt que vous leur offrez un service précieux, qui attire un auditoire et qui augmente leurs profits.

Une autre question connexe se pose : est-ce que ces musiciens déclarent les revenus qu’ils gagnent en musique ? Bien souvent, la réponse est non. Ils ne réalisent pas qu’ils se privent ainsi d’une imposante liste de déductions, y compris les frais liés à leur instrument, à son entretien, à leurs fournitures (baguettes de percussion, cordes de guitare), à leurs vêtements de scène, coiffures et dépenses de déplacement, parmi tant d’autres. Dans les pires cas, il est arrivé que l’Agence du revenu du Canada (ARC) vérifie certains musiciens (après enquête) et leur facture un montant exorbitant d’impôts, de frais de retard, de pénalités et d’intérêts en se fondant sur une évaluation totalement exagérée du revenu qu’ils auraient tiré de la musique. Si ces musiciens s’étaient donné la peine de déposer des contrats, ils auraient pu démontrer que leurs revenus étaient beaucoup plus faibles que ce qu’estimait l’ARC, et en appliquant les déductions, probablement pu réduire leur facture d’impôt à zéro ou peut-être même obtenir un crédit. À quoi pensaient-t-ils ?

À quoi pensaient-t-ils, en effet. Ne vous laissez pas piéger par de mauvais conseils ou par des influenceurs sur les réseaux sociaux. La Fédération dispose d’ententes, de contrats et de formulaires de rapport qui couvrent tous les genres de prestations ou de services musicaux. S’en servir et déposer la documentation requise permet aux musiciens d’accéder aux services et aux bénéfices qui ont été négociés en leur nom. Ne pas en profiter constitue une erreur monumentale de jugement et pourrait faire la différence entre la possibilité ou non d’une retraite confortable plus tard.


Hommage à Ed Broadbent, le politicien ami des syndicats

Le défenseur de longue date du mouvement ouvrier Ed Broadbent, un pilier de la social- démocratie qui a contribué au développement du Nouveau Parti démocratique du Canada, un parti de gauche, est décédé le 11 janvier 2024 à l’âge de 87 ans. Des funérailles nationales ont été célébrées en son honneur le 28 janvier, à Ottawa.

Ancien professeur d’université devenu plus tard le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Broadbent était « un fervent défenseur des Canadiens ordinaires » selon une déclaration de l’Institut Broadbent, l’organisme politique progressif qu’il a fondé en 2011. Broadbent a été membre du Parlement pendant plus de deux décennies et a dirigé le NPD pendant 14 ans au cours des années 1970 et 1980.

De par sa défense des intérêts des travailleurs et son appui inébranlable aux syndicats, Broadbent a été un soutien important du mouvement ouvrier canadien. Selon Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada, « Ed Broadbent a été un géant parmi nous, un homme au cœur et à l’intégrité incomparables. Ed s’est fait le champion des causes des travailleurs et travailleuses et a toujours défendu les personnes les plus marginalisées. ». Elle ajoute « nous nous engageons à honorer l’héritage d’Ed en continuant à défendre les droits des travailleurs et travailleuses, la justice sociale et la préservation de la démocratie au Canada et dans le monde entier. »







NEWS





https://totoabadi23.com/ abadicash abadislot https://menarampo78.com/ royalbola abadislot abadislot menara368 abadicash vipmaxwin menara368 totoabadi Menara368