Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM

Vice President from Canada

awillaert

Alan Willaert – AFM Vice President from Canada

    Canadian Bargaining Roundup

    “Apparently, some believe musicians are unworthy and should be afforded less rights than movie stars’ dog walkers.”

    As the sixth wave driven by the Omicron variant begins to fade, hope springs eternal that life may soon return to whatever normal will be. Bargaining with employers has been particularly difficult, since two-dimensional negotiating via zoom is a poor substitute for in-person table pounding. Add to that the inherent risks of air travel, and the preference has been to extend agreements with appropriate increases. Following, is the status of some of our Canadian collective agreements (CA).

    National Film Board (NFB)—Upon expiration of the CA, an extension was agreed to that included 4% increases. The extended period is up, and the NFB has indicated they are not available for bargaining at the moment and are proposing we extend one more time. A date for an online meeting is being sought, where a further increase can be addressed. Ideally, regular bargaining can resume in late fall.

    Commercial Announcements—This agreement has also been extended to August 31, for reasons other than the pandemic. First, the Association of Canadian Advertisers (ACA) and Institute of Canadian Agencies (ICA) lead negotiator had fallen ill, and the meeting in her absence would be unproductive. Next, the Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA) has been in very tough negotiations for over a year, and even after signing a one-year deal with the ACA, they have filed a bad faith bargaining charge against ICA. ACTRA claims that ICA’s insistence to reduce bargaining rights amounts to nothing more than union busting. While it is unlikely that the CFM would extend again, in lieu of negotiating an updated agreement, it certainly will be far more difficult against the backdrop of these charges, which are before the Ontario Labour Relations Board.

    TV Ontario—TVO, which is operated by the Ontario Educational Communications Authority, has been problematic. Various roadblocks and events caused the agreement to expire; however, neither side issued the other with the mandatory notice to terminate. In the interim, TVO has continued using musicians, except through third-party producers, some of which have applied for recognition under other film/production agreements. However, others have seized the opportunity to utilize questionable contracts with shoddy hiring practices.

    While the CA specifically calls for all musical content to be produced pursuant to our agreement, TVO has ignored the commissioning obligations. Further, now that we have had our first bargaining session, they are alleging that they are not subject to the federal Status of the Artist Act, and therefore not compelled to bargain an agreement with the CFM. We have requested clarification from the registrar at the Canadian Industrial Relations Board. If that is not sufficient, we will file a notice of dispute with our own bad faith bargaining charges. That said, TVO has already offered additional dates to bargain.

    General Production Agreement (CBC)—Our long-standing contract with the Canadian Broadcasting Corporation will not expire until July 31, 2023, and contains increases to fees on a year-over-year basis. This has been the go-to agreement for television and new media, the latest example being the May 16 national broadcast of Canada’s Juno Awards, produced for the CBC by Insight Productions. The CFM logo was prominently displayed in the closing credits.

    Canadian Media Producers Association (CMPA)—COVID-19 has been the primary reason why we are entering a fourth year of negotiations with the CMPA—but it has not been without strife. The objective is to develop a brand-new agreement, tentatively called the Independent Production Agreement (IPA) to fill a void specific to Canadian productions. There are roughly 500 independent producers in Canada, from tiny mom-and-pop shops to large corporations such as Entertainment One. Unlike their US counterparts, the majority are not distributors, but are engaged by a broadcaster (Canadian or foreign) to produce one movie or a series. They set up shop for a specific shoot under a number company, and when the production wraps, that company closes down.

    Since they are not broadcasters, our GPA is ill-fitting. Promulgated in the mid-1990s, the agreement of choice has been our Canadian Content Production Rules (CCPR), which was authorized by the IEB as an addendum to the Motion Picture/TV Film Agreements. At the time of its inception, a distribution buyout (for a much higher scale) was the preferred avenue to produce Canadian content. However, with new media’s dominance of the broadcast world and the CMPA being engaged by an increasing number of non-Canadian companies, CCPR is no longer sufficient. Therefore, our objective is to create the IPA as a replacement.

    However, the employers have other ideas. CMPA has, up until now, vehemently opposed our insistence that secondary platforms (such as subscription or advertising-supported distribution) should generate additional payments for musicians, as should additional years of use. They have maintained their position of demanding a complete buyout, in perpetuity, worldwide, all markets and platforms, including moral rights. In posing as typical greedy corporations, they are demanding this because big tech is placing those same expectations upon them—in either a sale or for the duration of the licence deal. Interestingly, while CMPA continues to tell us our demands are unreasonable, the same protections already exists in their agreement with ACTRA. Apparently, some believe musicians are unworthy, and should be afforded less rights than the movie stars’ dog walkers. Well, we’ll see about that.

    Résumé des négociations canadiennes

    « Apparemment, certains pensent que les musiciens sont indignes et méritent moins de droits que les promeneurs de chiens des vedettes. »

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Tandis que s’estompe peu à peu la sixième vague portée par le variant Omicron, l’espoir renaît éternellement que la vie retrouve sa normalité, quelle qu’elle soit. Négocier avec les employeurs a été particulièrement difficile, les rencontres en deux dimensions via zoom étant un bien piètre substitut pour un bon coup de poing sur la table en personne. Ajoutez à cela les risques associés aux voyages en avion et voilà, nous avons préféré prolonger les ententes existantes avec des augmentations appropriées. Voici un état des lieux de certaines de nos ententes collectives canadiennes.

    Office national du film (ONF) – À l’expiration de l’entente collective (EC), nous avons convenu d’une prolongation comportant des augmentations de 4 %. Cette période est maintenant terminée, et les représentants de l’ONF ont fait savoir qu’ils ne sont pas disposés à négocier pour le moment; ils proposent plutôt une autre extension. Nous cherchons une date de rencontre en ligne en vue de discuter d’une nouvelle augmentation. Idéalement, des négociations normales pourraient reprendre à la fin de l’automne.

    Messages publicitaires – Cette entente a été prolongée également, jusqu’au 31 août, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la pandémie. En effet, la négociatrice principale des deux agences, l’Association canadienne des annonceurs (ACA) et l’Institut de la publicité canadienne (ICA), est tombée malade, et se rencontrer en son absence aurait été peu productif. Et puis l’ACTRA (Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists) connaît des négociations très difficiles depuis plus d’un an et, si ses dirigeants ont paraphé une entente d’un an avec l’ACA, ils ont par ailleurs déposé une plainte contre l’ICA pour négociation de mauvaise foi. L’ACTRA soutient que l’insistance de l’ICA à réduire les droits de négociation équivaut à rien de moins qu’une tentative de démanteler le syndicat. Bien que la FCM ne prolongera probablement pas l’entente encore plutôt que d’en négocier une nouvelle, le chemin à parcourir sera certainement plus ardu dans le contexte de ces accusations, qui sont à l’étude devant la Commission des relations de travail de l’Ontario.

    TV Ontario – TVO, exploitée par l’Office de la télécommunication éducative de l’Ontario, a posé problème. Divers événements et obstacles ont mené à l’expiration de l’entente; toutefois, aucune des deux parties n’a signifié à l’autre l’avis obligatoire de résiliation. Dans l’intervalle, TVO a continué à faire appel à des musiciens, mais par l’entremise de producteurs tiers dont certains ont demandé la reconnaissance en vertu d’autres ententes de production de films. En revanche, certains ont sauté sur l’occasion pour avoir recours à des contrats douteux et des pratiques d’embauche mesquines.

    Bien que l’EC exige explicitement que tout contenu musical soit produit au terme de notre entente, TVO a ignoré ses obligations en la matière. De plus, depuis que nous avons eu notre première séance de négociation, la partie patronale prétend qu’ils ne sont pas assujettis à la loi fédérale sur le statut de l’artiste et donc pas tenus de négocier avec la FCM. Nous avons demandé des éclaircissements auprès du registraire au Conseil canadien des relations industrielles. Et si cela ne suffit pas, nous déposerons un avis de litige pour cause de négociation de mauvaise foi. Cela dit, TVO a déjà offert d’autres dates de négociation.

    Entente générale de production SRC – Notre contrat de longue date avec la Société Radio-Canada/CBC n’expirera pas avant le 31 juillet 2023, et il prévoit des augmentations annuelles de cachets. Il a été l’entente de référence pour la télévision et les nouveaux médias, le dernier exemple en date étant la diffusion nationale, le 16 mai, des prix Juno du Canada, produite pour la CBC par Insight Productions. Le logo de la FCM figurait au générique de façon bien visible.

    Association canadienne de production de films et de télévision (ACPFT) – C’est principalement en raison de la COVID-19 que nous entrons dans une quatrième année de négociations avec l’ACPFT, mais cela ne s’est pas passé sans heurts. L’objectif consiste à élaborer une toute nouvelle entente, temporairement intitulée Entente de production indépendante (EPI) afin de combler une lacune particulière aux productions canadiennes. En effet, il y a environ 500 producteurs indépendants au Canada, allant de minuscules sociétés familiales à de grandes entreprises telles qu’Entertainment One. Contrairement à leurs homologues américaines, la plupart d’entre elles ne sont pas des distributeurs; elles sont plutôt engagées par un diffuseur, canadien ou étranger, pour produire un film ou une série. Une fois réalisé sous le nom d’une compagnie à numéro, le tournage plie bagage et l’entreprise ferme.

    Puisque ces sociétés ne sont pas des diffuseurs, notre entente générale de production ne leur convient pas. Elles ont plutôt recours aux Règles sur le contenu canadien d’une production (CCPR), qui ont été promulguées au milieu des années 1990 et autorisées par l’IEB (conseil de direction internationale de la FAM) comme addendum aux ententes de production pour le film et la télévision. Au moment de l’instauration des CCPR, c’est le rachat des droits de distribution – pour des cachets beaucoup plus élevés – qui était privilégié pour la production de contenu canadien. Toutefois, étant donné la prédominance des nouveaux médias dans l’univers de la diffusion et l’engagement de membres de l’ACPFT par un nombre croissant de sociétés non canadiennes, les CCPR ne suffisent plus. D’où notre objectif de les remplacer par une EPI.

    Toutefois, les employeurs ne voient pas les choses du même œil. Jusqu’à maintenant, l’ACPFT s’est opposée haut et fort à notre demande insistante que les plates-formes secondaires – telles que la diffusion par abonnement ou soutenue par de la publicité – procurent des cachets additionnels pour les musiciens, tout comme le devraient les années supplémentaires d’utilisation. Leurs négociateurs maintiennent leur position, exigeant un rachat complet, à perpétuité, pour le monde entier, pour tous les marchés et plates-formes, y compris les droits moraux. Elle se comporte comme une entreprise rapace typique et fait cette demande parce que les géants de la techno ont les mêmes attentes vis-à-vis d’elles, dans le cas d’une vente ou pour la durée d’un accord de licence. Fait intéressant, alors même que l’ACPFT soutient que nos demandes sont déraisonnables, elles existent déjà dans leur entente avec l’ACTRA. Apparemment, certains pensent que les musiciens sont indignes et méritent moins de droits que les promeneurs de chiens des vedettes. Eh bien, c’est ce que nous verrons.

    Read More

    Denial Is Just a River in Egypt

    For those who still believe conditions in the workplace are something you’re entitled to, you may be surprised that unfair labour practices (in Canada) were only defined and prohibited in 1938! While the Industrial Revolution of the 19th century gave birth to the labour movement in Europe and North America, there were many significant events that took place before workers’ rights were finally recognized.

    A brief list would include the Nine-Hour Movement in 1872, when a then-illegal strike against 12-hour workdays eventually resulted in the Trade Union Act, legalizing and protecting unions. The largest and bloodiest strike in Canadian history, the Winnipeg General Strike of 1919, would eventually lead to significant labour reform.

    Between 1929 and 1939, an oppressive conservative government created work camps where the unemployed toiled for paltry wages. Workers in Vancouver went on strike and travelled to Ottawa in a journey known as the “On to Ottawa Trek.” The government ordered the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) to stop them. After rioting and arrests of union leaders, the strike ended. However, Mackenzie King’s liberals won the next election, and abolished the camps, resulting in the birth of unemployment insurance in 1940.

    In 1945, the Ford Motor Company in Windsor wanted to break some of the union’s gains since the depression. Union dues being still voluntary, Ford laid off 1,500 workers. Talks broke down over mandatory membership, and the union was forced to strike. Ford’s confrontational tactics spawned community solidarity, and 8,000 additional workers from other auto plants joined the strike.

    To avoid violence with police, strikers used their personal automobiles to park in streets all around the plant, forming a blockade that would last for three days. Federal cabinet minister Paul Martin, Sr. eventually appointed a “sympathetic” arbitrator. After 99 days on strike, the union voted to approve a deal that included union security.

    Subsequent to that strike, arbiter Ivan Rand (also a Supreme Court judge) brought down an award that ruled against mandatory membership but required automatic dues check-off. The notion that everyone in a workplace who benefits from the union should contribute, and that unions could write automatic dues into collective agreements, has become a staple in labour known as the Rand Formula. (Federation agreements in Canada contain this concept, with language referring to either Temporary Members or Permittees.)

    The 1960 tragic death of five men in a tunnel cave-in at Hogg’s Hollow in Toronto was the catalyst for unions to fight for safety in Ontario, leading to the passing of the Ontario Safety Act, which was the foundation for the Canada Labour Code.

    Paid maternity leave benefits have only been around since 1971, with limited leave and 66% of the mother’s previous salary. But in 1981, the Canadian Union of Postal Employees waged a 42-day strike, which won 17 weeks for postal workers across Canada. Since then, unions have fought for adoption leave, paternity leave, and parental leave for either parent and continue to negotiate better conditions for workers.

    Many of our members, either deliberately or subconsciously, do not identify as part of the labour movement, because they have never been directly involved in collective action. Conversely, they may consider themselves independent artists with no connection to an organized workplace. Of course, nothing could be further from the truth.

    The entire music sector is either directly or indirectly impacted by the dynamic between the Federation and the multitude of employers who range from venues and restaurants to theatres and concert halls to recording and broadcasting studios. As AFM President Ray Hair has stated many times, employers don’t pay you what is deserved because they like you, or because they are nice people. They pay you because they are afraid of what you will do if they don’t—and “you” means AFM members, collectively.

    Unfortunately, this last rule of thumb is moot when musicians distance themselves from their union or are influenced to isolate from other musicians/members. The age-old divide and conquer is ubiquitous, where musicians are told someone else will do the job for less, setting up the never-ending competition for who will work for the least. By not adhering to the recommended minimums established in local scales and collective agreements, artists shoot themselves in the proverbial foot and unravel all the work done by the Federation through many years of bargaining.

    We must not take for granted the blood and sacrifice from the last century of the labour movement. Previous generations fought for a living wage, better laws and conditions, and safety, making employers take responsibility for the health and welfare of their workers.

    Instead of following that example, many artists are so complacent that they comply with whatever the employer asks, content to hold a “real” job in the daytime to pay the bills and perform for pocket change at night. What message does that send about the value of live music? Or worse, your worth as an individual?

    While the demise of six-nighters has signalled the end of a very lucrative era, live music’s survival as a viable career choice will be dependent upon how organized the current crop of musicians are. Union density in the freelance world is necessary to set the bar high enough for fair wages. A fragmented scene of indie musicians plays into the disorganization that benefits venue owners.

    If you know musicians who are not AFM members, try to have the tough conversation with them. We all benefit when there is solidarity, as demonstrated by 150 years of the labour movement. Being in denial about the benefits of the Federation and the value in unity leads to self-induced failure. Let’s not ignore the history lessons.


    Le déni n’est pas une option

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Ceux qui croient encore que leurs conditions de travail leur reviennent de droit seront peut-être surpris d’apprendre que ce n’est qu’en 1938 que les pratiques de travail inéquitables ont été définies et interdites au Canada! La révolution industrielle du XIXe siècle avait bien donné naissance au mouvement ouvrier en Europe et en Amérique du Nord, mais avant que les droits des travailleurs ne soient reconnus il a fallu que surviennent plusieurs événements importants.

    Une liste brève de ces derniers comprendrait le Mouvement pour une journée de travail de neuf heures en 1872 : une grève – illégale à l’époque – contre les journées de travail de 12 heures a fini par engendrer la Loi sur les syndicats ouvriers, légalisant et protégeant les syndicats. La grève générale de Winnipeg, en 1919, la plus massive et la plus sanglante de l’histoire du Canada, a ultimement entraîné d’importantes réformes en matière de travail.

    Entre 1929 et 1939, un gouvernement conservateur répressif a créé des camps de travail où les chômeurs s’échinaient pour des salaires de famine. Les travailleurs des camps de Vancouver ont fait la grève et se sont rendus à Ottawa, un voyage connu comme « la marche sur Ottawa ». Le gouvernement a ordonné à la Gendarmerie royale du Canada de les intercepter, et la grève a pris fin après des émeutes et l’arrestation des dirigeants syndicaux. Toutefois, les libéraux de Mackenzie King ont gagné l’élection suivante et aboli les camps, ce qui a donné lieu à la création de l’assurance-chômage en 1940.

    En 1945, la société Ford Motor de Windsor a voulu retirer au syndicat certains avantages consentis depuis la Grande dépression. Les cotisations syndicales étant encore volontaires, Ford a pu mettre à pied 1500 travailleurs. Les négociations ont achoppé sur la question de l’adhésion obligatoire, et le syndicat a été forcé de déclencher une grève. Les tactiques de confrontation de Ford ont suscité la solidarité dans le milieu, et 8000 travailleurs d’autres usines automobiles se sont joints à la grève.

    Afin d’éviter des affrontements avec la police, les grévistes ont utilisé leurs voitures personnelles pour stationner dans les rues tout autour de l’usine et former un blocus qui a duré trois jours. Le ministre fédéral, Paul Martin père, a fini par nommer un arbitre « sympathique ». Après 99 jours de grève, les syndiqués ont voté en faveur d’une entente qui incluait la sécurité syndicale.

    À la suite de cette grève, l’arbitre Ivan Rand – également juge à la Cour suprême – a rejeté l’adhésion obligatoire au syndicat, mais autorisé le prélèvement automatique des cotisations. Ce qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de formule Rand, c’est-à-dire le principe voulant que tous ceux qui profitent des avantages obtenus par le syndicat doivent y contribuer et que les syndicats peuvent inclure des cotisations automatiques dans les conventions collectives, est devenu incontournable en droit du travail. Il est inclus dans les ententes de la Fédération au Canada, avec des références aux membres temporaires ou aux permissionnaires.

    En 1960 la mort tragique de cinq hommes dans l’effondrement d’un tunnel à Hogg’s Hollow, à Toronto, a catalysé la lutte des syndicats pour la sécurité en Ontario et mené à l’adoption de la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, sur laquelle est fondée le Code canadien du travail.

    Les congés de maternité payés n’existent que depuis 1971, et encore, c’était pour une période très limitée et 66 % du salaire de la mère. C’est en 1980 que le syndicat canadien des travailleuses et travailleurs de la poste a tenu une grève de 42 jours et obtenu 17 semaines de congé pour les employés postaux partout au Canada. Depuis, les syndicats ont lutté pour gagner des congés d’adoption, des congés de paternité et des congés pour l’un ou l’autre parent; ils continuent également de négocier de meilleures conditions générales pour tous les travailleurs.

    Volontairement ou inconsciemment, un grand nombre de nos membres ne se considèrent pas comme partie prenante du mouvement syndical du fait qu’ils n’ont jamais participé personnellement à des actions collectives. Peut-être se voient-t-il comme des artistes indépendants sans lien avec un milieu de travail syndiqué. Rien n’est moins vrai, évidemment.

    Le secteur de la musique au grand complet dépend directement ou indirectement de la dynamique qui se joue entre la Fédération et la multitude d’employeurs de musiciens, des lieux de présentation et des restaurants aux théâtres, aux salles de concert ainsi qu’aux studios d’enregistrement et de radiodiffusion. Comme l’a souvent déclaré le président de la FAM, Ray Hair, les employeurs ne vous paient pas équitablement parce qu’ils vous aiment bien ou parce qu’ils sont gentils. Ils le font parce qu’ils ont peur de ce que vous feriez s’ils ne vous payaient pas – et ce « vous  » désigne les membres de la FAM, collectivement.

    Malheureusement, cette règle reste théorique si les musiciens s’éloignent de leur syndicat ou se laissent influencer et s’isolent de leurs collègues. L’éternelle stratégie consistant à diviser pour régner est exploitée partout. Les musiciens se font dire que quelqu’un d’autre fera le travail pour moins cher, ce qui crée une compétition sans fin à savoir qui travaillera pour le plus petit cachet. Les artistes se tirent dans le pied quand ils ne respectent pas les tarifs minimums établis dans les sections locales et les conventions collectives, et défont tout le travail accompli par la Fédération au fil de nombreuses années de négociations.

    Nous ne devons pas tenir pour acquis les sacrifices consentis par le mouvement ouvrier et le sang versé au cours du dernier siècle. Les générations précédentes se sont battues pour obtenir des salaires décents, de meilleures lois et conditions de travail, et la sécurité, ainsi que pour obliger les employeurs à prendre leurs responsabilités à l’égard de la santé et du bien-être de leurs travailleurs.

    Plutôt que de suivre cet exemple, de nombreux artistes sont si complaisants qu’ils acceptent toutes les demandes de leur employeur, se contentant d’occuper un « vrai » emploi le jour pour payer leurs factures et de se produire pour de la petite monnaie le soir venu. Quel message ce comportement envoie-t-il quant à la valeur de la musique vivante ? Ou pire encore, quant à votre valeur comme personne?

    La disparition des engagements de six soirs par semaine marque la fin d’une ère très lucrative, et la survie de la musique vivante comme carrière viable dépendra du degré de syndicalisation de la cohorte actuelle de musiciens. La densité syndicale dans le monde de la pige est une nécessité si l’on veut y obtenir des cachets équitables. Une scène fragmentée de musiciens indépendants ne sert que les intérêts des propriétaires de salles.

    Si vous connaissez des musiciens qui ne sont pas membres de la FAM, tenez cette difficile conversation avec eux. La solidarité est bénéfique pour nous tous, comme le démontrent les 150 ans du mouvement ouvrier. Le déni des bénéfices de la Fédération et de la valeur de l’union est voué à l’échec. Ne faisons pas fi des leçons de l’histoire.

    Read More

    Union Thugs or Your Best Friend?

    The pandemic has, among many other things, caused musicians to explore alternatives to live music, one being a pivot to digital. However, in doing so, members have often thrown caution to the wind and not bothered to cover their recordings with obligatory (and protective) agreements and report forms.

    Moreover, the desire to stay relevant with their fan base compels them to make their videos public through broadcasters (such as cable TV) or post them unprotected on YouTube. While musicians may feel they gain a competitive edge by giving product away, they are oblivious to the fact they have gifted Canadian content to a broadcaster (a requirement for a broadcast licence) who now doesn’t have to hire musicians to create programming.

    This undermines the AFM’s ability to bargain agreements with these parasites. Negotiating on behalf of members is a core function of unions. Employers will always strive to circumvent attempts to do so. Case in point, let’s look at the Honda Motor Company, and its operation in Alliston, Ontario, which employs an anti-union monitoring system.

    Honda management has created a zone map, which details complaints managers have heard from workers. Red represents hot spots, or work areas and shifts where workers may be sympathetic to unionization. To prevent workers from unionizing, management meets biweekly to monitor unions and its internal “weaknesses,” area by area, shift by shift.

    The company’s top managers review external union activity and map internal work areas vulnerable to union organizing. Their surveillance is more sophisticated than typically seen in a Canadian workplace. It is part of a comprehensive union avoidance programme. All 4,200 workers at the Ontario plant are provided with a copy of Honda’s associate handbook containing their “position on unionization,” which states:

    “A union can promise anything, but the only thing they can guarantee is that you will have to pay union dues, which is currently three hours of pay per month (1.35% of regular gross monthly earnings). During working hours, no one has the right to solicit you to sign or not to sign a union membership card.”

    When Honda first announced plans to build the Allison plant in 1984—the first Canadian plant operated by a Japan-based car company—it was a nonunion rival to the existing unionized North America-based companies. Since 1990, Honda of Canada Manufacturing (HCM) has been a target for various unions, including efforts by the Canadian Auto Workers in the 1990s and from 2007 to 2013, United Auto Workers from 2003 to 2007, and United Steelworkers in 2007. Then, in 2017, Unifor began an internal union drive which was promptly crushed by Honda’s system.

    Honda uses two main groups to monitor potential organizing activity. The first is the Associate Relations Committee that combines managers and a sounding board of elected workers. The committee meets quarterly to review workplace policy, like a quasi-union, except they don’t negotiate salaries and benefits or participate in discipline or terminations.

    The second is Honda’s Labour Relations Committee, made up of management from all departments tasked with tracking current and emerging issues and identifying “mosquitos.” All of Honda’s managers are sent to Positive Management Leadership (PML) for training. The PML website includes resources on vulnerability tests and advertises rapid response team training. It describes how to detect early warning signs, quickly shut off card-signing to maintain union-free operations, as well as organize decertification drives to terminate a union’s right to represent.

    Stores like Whole Foods, owned by Amazon, use similar “heat maps” to track stores at risk of unionization. Business Insider reported that Whole Foods’ heat maps track external risks (like high local unemployment and proximity to a union), store risks (such as low racial and ethnic diversity as well as compensation), and team member sentiment (data from internal employee surveys about the quality and safety of work environment). Tracking and addressing worker concerns reduces support for unionization. Monitoring can chill an organizing drive. If workers know the employer is conducting surveillance, they may fear retaliation and be less likely to support organizing.

    Honda works with other employers (chiefly its suppliers) to help monitor union organizing, leverage their network, and share best practices on union avoidance tactics.

    Employers in the music sector have the same objectives. If they can avoid a union contract, they will. If they can divide musicians and set up a competition between them, wonderful. Venues constantly talk to each other and set prices. Producers strategize on how to reduce obligations, while maximizing profit. They do this by reducing labour costs, as their first choice.

    In our sector, that means planned and deliberate exploitation of musicians. They cross their fingers that musicians won’t demand a contract or expect them to sign a letter of adherence to an AFM agreement. They will expropriate your product and avoid remuneration of any kind, now or in the future, and even try to convince you to relinquish your copyright for good measure.

    All of this can be avoided, if members would only resist buying into the rhetoric that employers are more honest, friendly, valuable, or powerful than their union, and stop believing vague promises of a big payday later. Take a page out of their playbook by conversing with other musicians and engaging with your local. Let the AFM do its job. And for heaven’s sake, stop recording off contract and giving away your product, as this will guarantee a race to the bottom. It’s not a bad thing to be painted as union “thugs.”


    Syndicat de gangsters ou votre meilleur ami?

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Parmi ses nombreux effets, la pandémie a poussé les musiciens à explorer des avenues autres que la musique sur scène, dont le numérique. Toutefois, ce faisant, plusieurs membres ont laissé toute prudence de côté et omis de protéger leurs enregistrements en déposant des contrats, pourtant obligatoires – et protecteurs – et des formulaires de rapports.

    De plus, le désir de conserver leur base de fans pousse ces musiciens à rendre leurs vidéos publiques par l’entremise de radiodiffuseurs tels que la télévision par câble ou à les publier sans protection sur YouTube. Ils pensent peut-être qu’offrir leur produit gratuitement leur procure un avantage concurrentiel, mais ils oublient qu’ils font ainsi cadeau de contenu canadien à un radiodiffuseur (une exigence pour l’obtention d’une licence de radiodiffusion) et le dispensent du même coup d’engager des musiciens pour créer sa programmation.

    Ce comportement sape la capacité de la FAM à négocier des ententes avec ces parasites. Or, la négociation au nom de ses membres constitue une fonction essentielle du syndicat, que les employeurs s’efforceront toujours de contourner ou d’éviter. Nous en voyons une illustration parfaite chez Honda Motor, qui utilise un système de surveillance antisyndicale dans ses installations d’Alliston, en Ontario.

    La direction de Honda a créé une carte par zones où figurent en détail les plaintes des travailleurs. Le rouge représente les points chauds, c’est-à-dire les aires et quarts de travail où les travailleurs risquent d’être favorables à la syndicalisation. Afin de l’empêcher, la direction se réunit deux fois par semaine pour suivre les syndicats et ses propres « faiblesses » internes, zone par zone et quart de travail par quart de travail.

    Les membres de la haute direction assurent le suivi de l’activité syndicale externe et cartographient les zones internes qui sont vulnérables. Leur surveillance est plus sophistiquée que ce qu’on a l’habitude de voir dans un milieu de travail canadien. Elle fait partie d’un programme complet d’évitement des syndicats. Chacun des 4 200 travailleurs de l’installation ontarienne possède un exemplaire du manuel de l’associé Honda qui contient la « Position relative à la syndicalisation », où on peut lire :

    « Un syndicat peut tout promettre, mais la seule chose qu’il peut garantir, c’est que vous aurez à payer des cotisations syndicales qui, actuellement, représentent trois heures de paye par mois (1,35 % d’un salaire mensuel de base brut). Pendant les heures de travail, personne n’a le droit de vous solliciter pour vous faire signer ou ne pas signer une carte de membre d’un syndicat. » [traduction]

    Lorsque Honda a d’abord annoncé son projet d’installation à Allison, en 1984 – la première au Canada à être exploitée par une compagnie basée au Japon – c’était un rival non syndiqué des compagnies Nord-Américaines syndiquées. Honda Canada Fabrication a été la cible de divers syndicats, y compris les Travailleurs canadiens de l’automobile dans les années 1990 et entre 2007 et 2013, les Travailleurs unis de l’automobile de 2003 à 2007, et le Syndicat des Métallos en 2007. Puis, en 2017, Unifor a lancé une campagne interne de syndicalisation qui a été écrasée promptement par le système de Honda.

    Honda a recours à deux groupes pour surveiller les risques d’activités de syndicalisation. Le premier, un comité de relations avec les associés, comprend des directeurs et un « conseil de réflexion » composé de travailleurs élus. Ce comité se rencontre tous les trois mois pour revoir la politique relative au milieu de travail, presque comme un syndicat, sauf qu’il ne négocie pas les salaires ou avantages sociaux et ne participe pas aux mesures disciplinaires ni aux congédiements.

    Le deuxième, c’est le comité des relations de travail de Honda. En font partie les directeurs de chaque section, qui sont chargés de suivre les enjeux courants et naissants, et de cerner les « moustiques ». Chez Honda, tous les directeurs suivent une formation dispensée par Positive Management Leadership (PML). Le site Web de PML offre des ressources en matière de tests de vulnérabilité et annonce de la formation pour des équipes d’intervention rapide. On y décrit comment détecter les signes annonciateurs de mouvements d’adhésions et comment y mettre fin rapidement afin d’éviter la syndicalisation; comment organiser aussi des campagnes visant le retrait de la certification des syndicats pour leur enlever le droit de représenter les travailleurs.

    Des magasins tels que Whole Foods, détenus par Amazon, utilisent des « cartes de chaleur » similaires pour surveiller les magasins qui présentent un risque de syndicalisation. Le site Web d’information Business Insider rapporte que Whole Foods cartographie les risques externes tels qu’un taux de chômage local élevé et la proximité d’un syndicat; les risques en magasin, par exemple un manque de diversité raciale et ethnique et des bas salaires; et le sentiment d’appartenance à l’équipe d’après des données obtenues par sondage interne auprès des employés relativement à la qualité et la sécurité du milieu de travail. Suivre et s’occuper des préoccupations des travailleurs permet de réduire l’appui à la syndicalisation. Et la surveillance peut refroidir les ardeurs d’une campagne d’adhésion. En effet, si les travailleurs sont conscients que l’employeur exerce une surveillance, ils peuvent craindre des représailles et hésiter à se compromettre.

    Honda collabore avec d’autres employeurs – essentiellement ses fournisseurs – pour les aider à suivre les activités de syndicalisation, pour profiter de leur réseau et pour partager les meilleures pratiques en matière d’évitement des syndicats.

    Les employeurs dans le secteur de la musique ont les mêmes objectifs. S’ils peuvent éviter de signer un contrat syndical, ils le feront. S’ils peuvent diviser les musiciens et créer une compétition entre eux, merveilleux. Les responsables des salles se parlent constamment et déterminent les prix. Les producteurs, eux, réfléchissent aux stratégies qui leur permettront de réduire leurs obligations et d’augmenter leurs profits. Leur premier choix en la matière consiste à réduire les frais de main-d’œuvre.

    Dans notre secteur, cela signifie l’exploitation délibérée et planifiée des musiciens. Les embaucheurs se croisent les doigts en espérant que les musiciens n’exigeront pas un contrat ou la signature d’une lettre d’adhésion à une entente de la FAM. Ils vous déposséderont de votre produit, éviteront de vous verser quelque rémunération que ce soit, présente ou à venir et, pour faire bonne mesure, essaieront même de vous convaincre de leur céder vos droits.

    Il serait possible d’éviter tout cela si seulement les membres résistaient à la rhétorique voulant que les employeurs soient plus honnêtes, plus aimables, plus précieux ou plus puissants que leur syndicat, et s’ils pouvaient arrêter de croire les vagues promesses d’un futur retour financier mirobolant. Inspirez-vous de leur scénario à eux en conversant avec d’autres musiciens et en vous appuyant sur votre section locale. Laissez la FAM faire son travail. Et pour l’amour du ciel, arrêtez de faire des enregistrements sans contrat et de donner votre produit, sinon c’est la course à l’abîme garantie. Être dépeint comme un syndicat de « gangsters » par ces gens-là, ce n’est pas une si mauvaise chose.

    Read More

    Canadian Government to Provide a Resilience Fund

    On February 1, 2022, the Government of Canada made a commitment to supporting the recovery of the arts and culture sector, which has been among the hardest hit throughout the COVID-19 pandemic. The impact of renewed shutdowns and public health restrictions due to the emergence of the omicron variant have been particularly severe for the live performance sector, negatively affecting the livelihoods of the artists, technicians, and other skilled cultural workers who bring live performances to stages across the country.

    In an effort to stand by these talented workers during these challenging times, Honourable Pablo Rodriguez, Minister of Canadian Heritage, announced the launch of the Canada Performing Arts Workers Resilience Fund (CPAWRF). This new temporary funding programme will provide $60 million to help workers in the live performance sector, financing initiatives led and delivered by organizations to directly support those independent and self-employed workers (gig workers).

    The purpose and objective of the CPAWRF is to retain Canadian skilled workers through a temporary programme that invests in sector-led and delivered initiatives, which improve the economic, career, and personal circumstances of gig workers in the live performance sector.

    The expected results of the CPAWRF are to:

    • fund organizations to provide programmes and services to gig workers in the live performance sector;
    • enable as many workers in this sector as possible to access programmes and services;
    • improve or stabilize employment levels for workers in this sector.

    The CPAWRF provides temporary funding for the fiscal year 2022-2023. By working with organizations that support the live performance sector, the Government of Canada will leverage industry expertise and capacity to best address the specific needs of its cultural workers and maximize the number of people who will benefit.

    This funding opportunity is available to eligible applicants such as artist unions, guilds, associations, service organizations, benevolent foundations, or Indigenous organizations that are mandated to represent the interests of cultural workers in live performance occupations. Examples include musicians, actors, directors, choreographers, designers, and technicians.

    Organizations receiving funding will be responsible for designing their own initiatives, which may include enhancements to existing programmes and activities, as well as new initiatives that align with the funding programme’s policy objective of directly supporting individuals. The deadline to apply is March 4, 2022.

    The Minister further stated, “Our workers in the live performance sector are not only critical to the Canadian economy, but more importantly they bring stories and musical performances that we all love to see on stages across the country. The Canada Live Performance Workers Resilience Fund will help support our artists and skilled technicians, so they are ready and able to bring our stages back to life when the time comes, giving Canadians and visitors the amazing cultural experiences they are craving and miss so much right now.”

    The department released further statistics as follows:

    • The cultural sector represents 726,600 workers, including 158,100 professional artists.
    • Gross domestic product (GDP) for culture recorded its fifth consecutive increase in the third quarter of 2021 and is at 97% of prepandemic level. However, live performance GDP lags significantly and sits at 53.4% of its fourth quarter 2019 level.
    • While jobs in the overall culture domain in the third quarter of 2021 were at 93.2% of their 2019 fourth quarter level, live performance jobs numbered 73,072, which is 62.3% of prepandemic level.
    • The CPAWRF builds on the $181.5 million investment in 2021–2022 supporting arts and live events workers in response to COVID-19, as announced in the 2020 Fall Economic Statement, and complements support to performing arts organizations available through the two-year (fiscal years 2021–2022 and 2022–2023) $300 million Recovery Fund for Arts, Culture, Heritage and Sport Sectors and the $200 million Reopening Fund, announced in Budget 2021.

    To be eligible for funding, the applicant must serve or represent workers in the live performance sector and be a:

    • union or guild;
    • artist association or arts service organization;
    • benevolent fund with a mandate related to the sector;
    • indigenous peoples institution or organization that represents workers in the sector.

    The following are not eligible:

    • individuals;
    • federal, provincial, territorial, and municipal governments; their institutions; and portfolio agencies.

    To be eligible for funding from the CPAWRF, the project must concentrate on one or more of the following priorities:

    • provide direct financial assistance for independent and self-employed workers in the live performance sector experiencing financial hardship and requiring emergency support; and/or
    • provide professional guidance, information, and training to independent and self-employed workers in the live performance sector to assist them in developing or maintaining financial health or career related skills, and increase career resiliency.

    Proposed programmes and services cannot be exclusive to members of an applicant organization and must be open to all workers in the live performance sector within an applicant’s mandate.

    For the emergency assistance aspect of the programme, the Canadian Office will be partnering with, and directing members to the Actors Fund of Canada (AFC). Alternatively, musicians can also apply to the Unison Benevolent Fund.

    The CFM will also be applying directly for funding to put musicians back to work, but at the time of writing, the exact details are undetermined. Ostensibly, it may be something similar to the Music Performance Trust Fund (MPTF), where musicians are contracted and paid scale to perform live in venues or stream to an audience. Members are encouraged to engage with their local for up-to-date information on how these initiatives will roll out.

    Le gouvernement canadien créera un fonds pour la résilience

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Le 1er février 2022, le gouvernement du Canada s’est engagé à soutenir la reprise du secteur des arts et de la culture, qui a été parmi les plus durement touchés durant la pandémie de COVID-19. L’incidence des nouvelles fermetures et des restrictions en matière de santé publique dues à l’émergence du variant Omicron a été particulièrement difficile pour le secteur des arts de la scène, ayant des répercussions négatives sur le gagne-pain des artistes, des techniciens et des autres travailleurs culturels qualifiés qui assurent la présentation de spectacles sur les scènes d’un bout à l’autre du pays.

    Afin de soutenir ces talentueux travailleurs en ces temps difficiles, l’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, a annoncé le lancement du Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada (FRTSSSC). Ce nouveau programme de financement temporaire fournira 60 millions de dollars pour aider les personnes œuvrant dans le secteur des arts de la scène. Le Fonds appuiera des projets menés et mis en œuvre par des organisations du secteur pour soutenir directement les travailleurs indépendants et autonomes (travailleurs à la demande) du milieu des arts de la scène

    Le but et l’objectif du FRTSSSC consiste à retenir les travailleurs canadiens qualifiés grâce à un programme temporaire qui investit dans des initiatives menées et réalisées par le secteur qui améliorent la situation économique, professionnelle et personnelle des travailleurs autonomes et indépendants dans le secteur des spectacles sur scène.

    Les résultats attendus du FRTSSSC sont les suivants :

    •financer des organismes qui offrent des programmes et des services aux travailleurs indépendants et autonomes du secteur des spectacles sur scène;

    •permettre au plus grand nombre de travailleurs de ce secteur d’accéder aux programmes et services;

    •améliorer ou stabiliser les niveaux d’emploi des travailleurs du secteur.

    Le FRTSSSC est un programme de financement temporaire pour l’année fiscale 2022-2023. En travaillant avec des organisations qui soutiennent le secteur des arts de la scène, le gouvernement du Canada tirera parti de l’expertise et de la capacité de l’industrie pour mieux répondre aux besoins particuliers de ses travailleurs culturels et maximiser le nombre de personnes pouvant recevoir un soutien financier.

    Cette occasion de financement est offerte aux candidats admissibles comme les syndicats d’artistes, les guildes, les associations, les organismes de service, les fondations de bienfaisance ou les organisations autochtones qui ont pour mission de représenter les intérêts des travailleurs culturels du secteur des arts de la scène, notamment les musiciens, les acteurs, les metteurs en scène, les chorégraphes, les concepteurs et les techniciens.

    Les organisations recevant un financement devront concevoir leurs propres projets, notamment des améliorations aux programmes et activités existants, ainsi que de nouveaux projets harmonisés avec l’objectif du programme de financement qui consiste à soutenir les travailleurs directement. La date limite de présentation des demandes est le 4 mars 2022.

    Le ministre a également déclaré : « Nos travailleurs du secteur des spectacles sur scène sont essentiels à l’économie canadienne, mais plus encore, ils nous permettent de voir sur les scènes partout au Canada les histoires et les prestations musicales que nous aimons tant. Le Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada aidera nos artistes et techniciens qualifiés à être prêts et aptes à redonner vie à nos scènes au moment opportun, faisant ainsi vivre aux Canadiens et aux visiteurs les incroyables expériences culturelles qu’ils recherchent et dont ils s’ennuient tellement en ce moment. »

    Le Ministère a également publié les statistiques suivantes :

    •Le secteur canadien de la culture compte 726 600 travailleurs, dont 158 100 artistes professionnels.

    •Le produit intérieur brut (PIB) lié à la culture a enregistré sa cinquième augmentation consécutive au troisième trimestre de 2021, atteignant 97 % du niveau prépandémie. Toutefois, le PIB du secteur des arts de la scène accuse un retard important, n’atteignant que 53,4 % de son niveau du quatrième trimestre de 2019.

    •Au troisième trimestre de 2021, quoique les emplois dans l’ensemble du domaine de la culture atteignaient 93,2 % de leur niveau du quatrième trimestre de 2019, le secteur des arts de la scène comptait 73 072 emplois, soit 62,3 % du niveau prépandémie.

    •Le FRTSSSC s’appuie sur l’investissement de 181,5 millions de dollars en 2021-2022 pour les travailleurs du secteur des arts et des événements devant public, en réaction à la COVID-19 dévoilé dans l’Énoncé économique de l’automne 2020. Il complète le soutien offert aux organismes voués aux arts de la scène dans le cadre du Fonds de relance pour les secteurs des arts, de la culture, du patrimoine et du sport de 300 millions de dollars sur deux ans (exercices 2021-2022 et 2022-2023) et le Fonds de réouverture de 200 millions de dollars annoncé dans le Budget de 2021.

    Pour être admissible au financement, l’organisme doit servir ou représenter les travailleurs du secteur des spectacles sur scène et être, selon le cas :

    •un syndicat ou une guilde;

    •une association d’artistes ou un organisme de services artistiques;

    •un fonds de bienfaisance ayant un mandat lié au secteur;

    •une institution ou un organisme des peuples autochtones qui représente les travailleurs du secteur.

    Ne sont pas admissibles :

    •les particuliers;

    •les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, les administrations municipales ainsi que leurs institutions et organismes de portefeuille.

    Pour être admissible au financement du FRTSSSC, le projet doit se concentrer sur une ou plusieurs des priorités suivantes :

    •fournir une aide financière directe aux travailleurs indépendants et autonomes du secteur des spectacles sur scène qui éprouvent des difficultés financières et ont besoin d’un soutien d’urgence; et/ou

    •fournir une orientation, des renseignements et une formation professionnelle aux travailleurs indépendants et autonomes du secteur des spectacles sur scène afin de les aider à acquérir ou à maintenir des compétences en matière de finances, de santé ou de carrière, et à accroître leur résilience professionnelle.

    Les programmes et services proposés ne peuvent être exclusifs aux membres d’une organisation candidate et doivent être ouverts à tous les travailleurs du secteur des spectacles sur scène dans le cadre du mandat du candidat.

    Quant au volet de l’aide d’urgence, le Bureau canadien travaillera en partenariat avec la Caisse des acteurs du Canada et y dirigera les membres. Autrement, les musiciens peuvent s’adresser au Fonds de bienfaisance Unison.

    La FCM fera aussi une demande directe de financement pour redonner du travail aux musiciens, mais au moment d’écrire ces lignes, nous n’en connaissons pas les détails exacts. Clairement, ce sera quelque chose de similaire au Music Performance Trust Fund (MPTF), qui permet d’engager des musiciens et de les payer selon nos tarifs syndicaux pour des prestations sur scène ou de la diffusion en continu pour un public. Nous encourageons les membres à s’adresser à leur section locale pour obtenir des renseignements à jour sur le fonctionnement de ces initiatives.

    Read More

    Here We Go Again …

    As the omicron variant pushes daily infections to the tens of thousands (in Ontario and Quebec), the provincial governments’ response has been to return to a modified Stage 2, once again precipitating capacity limits, along with complete shutdowns. This new wave of closures is particularly difficult because live performance workers were just beginning to get back to work and allow themselves some optimism.

    The AFM’s Canadian Office continues to be involved with lobbying, in conjunction with the International Alliance of Theatrical Stage Employees (IATSE), Canadian Actors’ Equity Association (CAEA), and the Associated Designers of Canada (ADC), in an effort to ease the strain on artists who are jobless. While not a total income replacement, the Canada Worker Lockdown Benefit (CWLB) became generally available on December 30. The portal can be accessed at this website: www.canada.ca/en/revenue-agency/services/benefits/worker-lockdown-benefit/cwlb-regional-lockdowns.html

    The postponement of Hamilton at the National Arts Centre, followed by the permanent closure of Mirvish’s Come From Away, has been like a death knell sounding across the country. The Liberal campaign contained a promise to launch a new Arts and Culture Recovery Program that would match ticket sales for performing arts, live theatres, and other cultural venues to compensate for reduced capacity. Enacting that programme in time might have helped to avert these closures and others.

    Elsewhere in the world, the UK and Australia introduced funding for both nonprofit and commercial live performance, allowing shows (including, ironically, Come From Away) in those countries to continue.

    Many politicians, in particular the Conservative party, fail to acknowledge that the financial contribution of the arts is significant wherever a venue is located. For Come From Away alone, Mirvish Productions reported that more than one million patrons saw the show during its run, from February 13, 2018 to March 13, 2020 and December 15 to 22, 2021, at the Royal Alexandra Theatre. The numbers they released were eye-opening. Box office sales surpassed $115 million (including over $15 million in harmonized sales tax). The estimated economic impact to the Toronto economy was $920 million. The show created 9,000 employment weeks for cast, stage managers, musicians, crew members, and front of house team members.

    Our pitch to the Ministry of Heritage is two-pronged. First, theatres and venues must be supported, in anticipation that, when some semblance of normal is achieved, these companies will have endured to be able to mount productions and create the thousands of arts jobs required. Equally important, live performance workers require income support for basic survival until those productions can safely resume. Many have been without employment since the Canada Recovery Benefit (CRB) ended October 23, 2021. The devastating effects on the mental health of artists, as a result of this fifth wave, is profound.

    While the government has stepped up and rolled out some support via the lockdown benefit, we have been pursuing some amendments. These are:

    • The expanded CWLB must be extended beyond February 12, at least until the Performing Arts Workers Resilience Fund is launched.
    • Currently, if someone was out of work before capacity limits were introduced, they would not qualify. Live performance workers must be eligible, regardless of their work status immediately prior to capacity limits. Further, if applicants are required to demonstrate a 50% decrease in average weekly income, it should be based on their 2019 income, not their 2020 income.
    • Live performance workers should be able to claim CWLB retroactive to October 24, when they first lost their CRB support. The majority still had no work.
    • Saskatchewan workers are not able to access support through the CWLB because their provincial government has not instituted capacity limits. They should not be penalized due to a provincial policy and should also be eligible.

    As previously stated, support must also be given to live performance venues and producers, in order for them to remain in existence post-pandemic. These are the applicable recommendations:

    • Current subsidy programmes only allow employers to claim for employees, which exempts gig workers. The language should be modified to include everyone on payroll, regardless of employment status.
    • A sense of stability must be established. For instance, a ticket subsidy, along with cancellation insurance due to COVID closures/postponements, would incentivize employers.
    • Live performance industry support has been totally federal. We urge the finance minister/deputy prime minister to press provincial counterparts to partner and offer their own support programs for the industry, as both levels of government must be part of the solution.
    • As a long-term solution to bolster the theatrical sector, Canada should implement tax credit programmes similar to those already in place for the film and television sector.

    In separate meetings with the minister of heritage and the deputy minister, there has been no objection to the recommendations. They are in full support. That said, most of the initiatives require the approval of Minister of Finance Chrystia Freeland. Meeting requests have been sent.

    Another outstanding issue is that $60 million has been allocated for additional assistance to the performing arts. The government will not distribute the funds, as the CRB has been discontinued. They have left it to our coalition of unions to devise a methodology for application, distribution, and accountability, while remembering that it must be available to the non-unionized workforce as well.

    A proposal for dissemination will be tendered to Heritage shortly. Interestingly, the minister agreed with our position that, since this allocation was not meant to be a wage replacement, any benefit derived should not be taxable. Final determination, of course, also lies within the hands of Finance.

    The primary concern is, and has been, the many musicians who have been out of work, with no prospects in the foreseeable future. That makes the timeliness of any programme even more critical. We therefore continue to implore the government to take affirmative action, but quickly. As more information becomes available, members will be notified.


    Et c’est reparti …

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Aux prises avec des dizaines de milliers d’infections quotidiennes (en Ontario et au Québec) depuis l’arrivée du variant omicron, les gouvernements provinciaux ont instauré un train de mesures sanitaires de stade 2 modifié, imposant de nouvelles limites en matière de capacités des salles de même que des fermetures complètes. Cette nouvelle vague d’arrêts est particulièrement difficile à vivre, car les travailleurs des arts de la scène commençaient à peine à reprendre le travail et à se permettre un peu d’optimisme.

    Conjointement avec l’IATSE (Alliance internationale des employés de la scène), la CAEA (Canadian Actors’ Equity Association) et l’ADC (Association des désigners canadiens), le Bureau canadien de la FAM a exercé des pressions de manière continue en vue d’obtenir des mesures d’atténuation pour les artistes restés sans travail. Bien qu’elle ne suffise pas à remplacer complètement un revenu, la Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement (PCTCC) est offerte depuis le 30 décembre, et vous pouvez accéder à son portail sur le site Web suivant : https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/prestations/prestation-travailleurs-confinement/pctcc-confinements-regionaux.html

    Le report de la comédie musicale Hamilton au Centre national des arts suivi de l’arrêt définitif de Come From Away de Mirvish a sonné comme un glas dans tout le pays. Lors de la campagne électorale, les libéraux ont promis un nouveau programme de relance des arts et de la culture. Celui-ci doublerait les recettes de billetterie pour les spectacles sur scène, les théâtres et les autres établissements culturels afin de compenser la réduction de capacité des salles. La mise en œuvre en temps opportun de ce programme aurait peut-être permis d’éviter ces fermetures et plusieurs autres.

    Ailleurs dans le monde, le Royaume-Uni et l’Australie ont accordé du financement aux productions tant commerciales que sans but lucratif de spectacles sur scène, permettant à ces derniers (incluant, ironiquement, Come From Away) de continuer.

    De nombreux politiciens, particulièrement au Parti conservateur, refusent de reconnaître que là où il y a un lieu de présentation, la contribution financière des arts est significative. Pour Come From Away seulement, les productions Mirvish ont attiré plus d’un million de spectateurs au Royal Alexandra Theatre entre le 13 février 2018 et le 13 mars 2020, et entre le 15 et le 22 décembre 2021. Les chiffres qu’ils ont publiés sont révélateurs. Les recettes de billetterie ont dépassé les 115 millions de dollars (y compris plus de 15 millions de dollars en taxes harmonisées). Les retombées pour l’économie de Toronto sont estimées à 920 millions de dollars, et le spectacle a créé neuf mille semaines d’emploi pour les artistes, les régisseurs de plateau, musiciens, techniciens et membres du personnel d’accueil.

    Le soutien que nous demandons au ministère du Patrimoine comporte deux volets. Tout d’abord, les théâtres et autres lieux de présentation doivent recevoir de l’aide afin qu’une fois qu’un semblant de normalité sera revenu, ces compagnies soient encore là et puissent monter des productions et créer les milliers d’emplois dont nous avons besoin. Ensuite, et de façon tout aussi importante, les travailleurs des arts de la scène ont besoin de soutien pour survivre en attendant que ces productions puissent reprendre. Ils sont nombreux à ne pas avoir travaillé depuis la fin de la Prestation canadienne pour la reprise économique, le 23 octobre 2021. Les effets de cette cinquième vague sur la santé mentale des artistes sont profondément dévastateurs.

    Bien que le gouvernement ait réagi et offert du soutien par l’entremise de la prestation de confinement, nous tentons d’obtenir certains amendements à ce dernier. Les voici :

    •La PCTCC élargie doit être maintenue au-delà du 12 février, au moins jusqu’au lancement du Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène.

    •À l’heure actuelle, si une personne était sans travail avant l’introduction des limites de capacité, elle n’est pas admissible. Les travailleurs du secteur des spectacles sur scène doivent être admissibles peu importe leur situation de travail immédiatement avant l’instauration des limites de capacité. De plus, si les demandeurs doivent faire la démonstration d’une perte de 50 % de leur revenu hebdomadaire moyen, ce calcul devrait être fondé sur leurs revenus de 2019 et non sur ceux de 2020.

    •Les travailleurs du secteur des spectacles devraient pouvoir demander la PCTCC rétroactivement au 24 octobre, date à laquelle ils ont perdu le soutien de la Prestation canadienne pour la relance économique (PCRE). La majorité d’entre eux étaient toujours sans travail.

    •Les travailleurs de la Saskatchewan n’ont pas eu accès au soutien de la PCTCC parce que leur gouvernement provincial n’a pas institué de limites de capacité. Ils n’ont pas à être pénalisés à cause d’une politique provinciale et devraient également être admissibles.

    Comme je l’ai dit plus haut, il faut également soutenir les lieux de présentation et les producteurs afin de leur permettre de survivre jusqu’à la fin de la pandémie. Voici ce que nous recommandons :

    •Les programmes de subventions actuels permettent aux employeurs de réclamer des sommes pour leurs employés seulement, ce qui exclut les pigistes. Il faudrait modifier les règles afin d’inclure tous ceux qui sont sur les listes de paye, peu importe leur situation d’emploi.

    •Il faut établir une certaine stabilité. Par exemple, une subvention à la billetterie assortie d’une assurance annulation couvrant les fermetures et reports liés à la COVID constituerait un bon incitatif pour les employeurs.

    •Le soutien à l’industrie du spectacle sur scène est venu exclusivement du gouvernement fédéral. Nous exhortons la ministre des finances et vice-première ministre à exercer des pressions sur ses homologues provinciaux afin qu’ils contribuent à l’effort en offrant leur propres programmes de soutien à l’industrie. Nous estimons que les deux ordres de gouvernement doivent faire partie de la solution.

    •Comme solution à long terme pour renforcer le secteur théâtral, le Canada devrait mettre en œuvre des programmes de crédit d’impôt semblables à ceux déjà en place pour le secteur du film et de la télévision.

    Lors de rencontres distinctes avec le ministre du Patrimoine et sa sous-ministre, aucune objection à ces recommandations n’a été soulevée. Cela dit, la plupart des initiatives doivent être approuvées par la ministre des Finances, Chrystia Freeland. Nous avons demandé à la rencontrer.

    Une autre question qui reste en suspens concerne les 60 millions de dollars qui ont été alloués comme aide supplémentaire aux arts de la scène. Le gouvernement ne distribuera pas ces fonds, car la PCRE a été discontinuée. Plutôt, on a laissé à notre coalition de syndicats le soin d’élaborer une méthodologie pour la demande et la distribution des aides ainsi que la reddition de comptes s’y rapportant, en tenant compte du fait qu’elles doivent être accessibles à la main-d’œuvre non syndiquée également.

    Nous présenterons sous peu à Patrimoine Canada une proposition pour la distribution de cet argent. Fait intéressant, le ministre a été d’accord avec notre position selon laquelle aucune prestation tirée de cette allocation ne devrait être imposable, puisqu’elle n’était pas destinée à remplacer un revenu. Bien sûr, la décision finale à cet égard reviendra aux Finances.

    Notre préoccupation première a toujours été, et demeure encore, les nombreux musiciens qui sont restés sans travail et qui n’en ont pas en vue. Pour eux, il est essentiel que tout programme d’aide soit mis en œuvre promptement. Nous continuons donc d’implorer le gouvernement de prendre des mesures énergiques, mais surtout de le faire rapidement. Au fur et à mesure que nous aurons plus d’informations, nous les communiquerons aux membres.

    Read More




NEWS