Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM

Vice President from Canada

awillaert

Alan Willaert – AFM Vice President from Canada

    More Silly Rabbits and Wily Coyotes

    As I write this, Canadian locals have just attended a presentation by Lisa Freeman, executive director of the Canadian Private Copying Collective (CPCC). My sincere appreciation goes out to Freeman, who took the time to apprise those in attendance on the status and short-term objectives her team faces in anticipation of pending updates to Canada’s Copyright Act. The main thrust is to include “devices” (any digital storage units) in the definition of what platforms should carry a levy, and therefore generate a royalty to the artists as compensation for financial losses incurred through unlicensed copying of their content.

    As background, private copying has been an issue worldwide for several decades now, with the European Union leading the way with progressive copyright language in many countries. Canada has lagged sorely behind, still relying on legislation that requires a levy only on recordable CDs. While the Copyright Board (silly rabbits) acknowledged that the language within the act (particularly the French translation) included digital devices, the Harper government (wily coyotes) deliberately excluded SD cards, knowing they are an integral part of device storage.

    Thinking back to 2012, the issue was used by the conservatives (wily coyotes) as a political football, as their slogan became, “No iPod tax!” pretending it was an expense borne by taxpayers to infuriate the general public. It was not a tax at all, but rather a levy that applied only to those who purchased the devices, and even then, represented a meager $3 rolled into the price by the manufacturer (silly rabbits).

    The day’s discussion also brought back a painful memory of trying to achieve other copyright reforms during the Harper era. At a large town hall meeting in the Canadian room of the Royal York hotel, stakeholders made their case to a panel of ministers from Heritage and Industry.

    During some of Minister James Moore’s (wily coyote) remarks, one lovely individual (silly rabbit) rose to a microphone to brag how he had several terabytes of illegally obtained movies that he shared prolifically. Instead of signally for an RCMP officer to drag the individual away for his date in court, Moore complimented him on his ingenuity. There could be no more transparent indication of the Conservative Party’s (wily coyotes) nonchalant attitude toward copyright law.

    Now back to the issue at hand for the CPCC. There is an ongoing review of the act, and therefore an opportunity to amend language to specifically include devices (and yes, that also means servers, the “cloud,” and all unlicensed sources). From the research conducted, this would add almost $40 million per year to the collective for distribution to stakeholders. This would certainly be a welcome addition after the devastation to artists courtesy of an unwelcome pandemic. Worse, think about how much has been lost due to the inadequacy of our laws since the storage du jour moved on from CDs (those silly rabbits)!

    So how can you help move the needle forward?

    •Follow @CPCC_SCPCP on Facebook, @cpcc_scpcp on Twitter and @cpcc.scpcp on Instagram.

    •Use their hashtags: #standonguardformusic and #pournotremusique.

    •Subscribe to their mailing list (https://mailchi.mp/8a45c01f8a06/cpccmailinglist) for all of the latest developments in private copying.

    •Share their brochure (www.cpcc.ca/en/wp-content/uploads/2018/10/CPCC-for-Website-Slants-Cover.png) with clients, colleagues, and friends in the music industry.

    •Know a stakeholder interested in adding their voice to the fight? Get in touch at lfreeman@cpcc.ca.

    •Invite them to present to industry groups; email lfreeman@cpcc.ca.

    Any assistance will be appreciated, and in the best interests of all artists.

    Through the grapevine, I have heard the real reason for the Status of the Artist exclusion from Bill C-11. Apparently, the government (silly rabbits) is concerned about labour instability with foreign productions and that, if they upset big tech (wily coyotes), the opposition may use it as a political issue to defeat the bill, in favour of the employers. So, our worst fears are realized—performers are being sacrificed in order to preserve the good spirits of corporations (wily coyotes) and their political allies (silly rabbits).

    Breaking News!

    We have submitted a backgrounder and requested an appearance before the committee, as have other sister unions such as the Alliance of Canadian Cinema Television and Radio Artists (ACTRA), the Directors’ Guild of Canada, and the Writers’ Guild of Canada. Interestingly, I had a conversation with the director of policy at Canadian Heritage, to glean more clarity. It seems that government has, right or wrong, definitive lines of jurisdiction. While the broadcaster is federally regulated, the productions are provincial.

    Therefore, they believe they have maintained the status quo, and not detracted from performer unions’ abilities to represent. I argued that, in fact, they had! The bill, by excluding online broadcasters such as Netflix and Amazon, has removed the equal access to corporate entities that we have with traditional broadcasters. I continued that, if status quo was the objective, they must specifically include those big tech broadcasters as subject to Status of the Artist legislation, even if their productions are not.

    The director has agreed to go back to committee, look at the infringing amendment, and at least consider changes to achieve a balance, as per my suggestion. While faint, a glimmer of hope exists.

    In other news, the General Production Agreement for Commercial Announcements has been extended to March 31, 2023, primarily due to ACTRA filing a complaint against one of the agencies with the Ontario Labour Relations Board. Hopefully, we can return to normal bargaining in the New Year.

    The BreakOut West Music Festival is coming up soon, with Calgary being the host city. Please remember that this event remains on the International Unfair List, and members must not render services. We will continue with our efforts to reach out and work toward a mutually beneficial agreement, but for now they are an employer we do not work for. There is more to come on this issue, I’m sure.

    Autres lapins idiots et coyotes rusés

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Au moment où j’écris ces lignes, les sections locales canadiennes viennent d’assister à une présentation de Lisa Freeman, directrice générale de la Société canadienne de perception de la copie privée (SCPCP). Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance à Mme Freeman, pour avoir pris le temps de renseigner l’auditoire quant à la situation où se trouve son équipe et aux objectifs à court terme que celle-ci doit réaliser pour être prête à réagir aux modifications annoncées à la Loi sur le droit d’auteur au Canada. L’idée maîtresse est que le mot « appareils » (c’est-à-dire tout dispositif de stockage numérique) soit inclus dans la définition des supports de diffusion qui devront faire l’objet d’une redevance et généreront, par conséquent, des droits d’auteur pour les artistes en guise de compensation pour les pertes financières encourues de par la reproduction non autorisée de leurs contenus.

    Rappelons d’abord que la notion de copie privée soulève des enjeux partout dans le monde depuis des dizaines d’années maintenant. L’Union européenne fait figure de chef de file dans ce domaine, grâce à l’adoption par de nombreux pays membres d’une formulation progressiste du droit d’auteur. Le Canada est à la traine, loin, loin derrière : la redevance imposée par les lois en vigueur ne s’applique qu’aux CD enregistrables. Tandis que la Commission du droit d’auteur (un groupe de lapins idiots) reconnaissait que le libellé de la loi (dans sa traduction française en particulier) englobait les appareils numériques, le gouvernement Harper (formé de coyotes rusés) en excluait délibérément les cartes mémoire SD, sachant très bien qu’elles font partie intégrante des dispositifs de stockage.

    Reportons-nous à 2012, quand les conservateurs (coyotes rusés) ont fait de ce problème un enjeu de politique partisane; leur slogan « Pas de taxe iPod ! » cherchait à rallier le grand public contre l’idée de redevance, en sous-entendant que c’était les contribuables qui allaient en assumer le coût. Dans les faits, ce n’était pas du tout une taxe, mais bien une redevance, qui s’appliquait uniquement aux appareils achetés et qui, de toute façon, ne représentait qu’un maigre 3 $ déjà fondu dans le prix de fabrication (lapins idiots).

    La conversation a fait ressurgir d’autres souvenirs douloureux liés aux tentatives de réforme de la Loi sur le droit d’auteur à l’époque de Harper. Lors d’une grande assemblée publique tenue dans la salle Canadian de l’hôtel Royal York, le milieu avait exposé ses arguments à un panel composé de ministres et de sous-ministres du Patrimoine et de l’Industrie.

    Au cours d’une intervention du ministre James Moore (coyote rusé), un charmant individu (lapin idiot) s’était amené au microphone pour se vanter de ses multiples téraoctets de films téléchargés illégalement, qu’il partageait abondamment, qui plus est. Au lieu d’appeler d’urgence la GRC et de fixer la date où ce désarmant personnage passerait devant le juge, le ministre Moore l’a complimenté sur sa franchise. Rien ne pouvait rendre plus claire la désinvolture du Parti conservateur (coyotes rusés) à l’égard de la Loi sur le droit d’auteur.

    Mais bon, revenons à nos moutons. Cette loi est en cours de révision, ce qui constitue l’occasion de modifier sa formulation pour y inclure expressément les appareils (et oui, ça inclut les serveurs, le « nuage » et toutes autres sources non autorisées). D’après les recherches de la SCPCP, cela ajouterait presque 40 millions de dollars annuellement à la cagnotte collective redistribuée à ses membres – ajout fort bienvenu n’est-ce pas, après les dommages infligés aux artistes, gracieuseté de la pandémie. Sans penser à tout ce qu’on a perdu à cause de nos lois inadéquates depuis que le stockage sur CD est devenu plus ou moins obsolète (ces lapins idiots) …

    Ce que vous pouvez faire pour aider à rattraper le tempo :

    •Suivre le fil @CPCC_SCPCP sur Facebook, @cpcc_scpcp sur Twitter et @cpcc.scpcp sur Instagram.

    •Ajouter les mots-clics de la SCPCP à vos messages : #standonguardformusic et #pournotremusique.

    •Vous abonner à sa liste de diffusion (https://mailchi.mp/8a45c01f8a06/cpccmailinglist) pour suivre tous les développements de la question de la copie privée.

    •Faire circuler son dépliant (https://www.cpcc.ca/en/wp-content/uploads/
    2018/10/CPCC-for-Website-Slants-Cover-150x150.png) auprès de votre clientèle, de vos collègues et de vos connaissances dans l’industrie musicale.

    •Prendre contact (lfreeman@cpcc.ca)si vous connaissez un organisme ou une personne du milieu qui voudrait joindre sa voix aux nôtres et lutter pour cette cause.

    •Inviter cet organisme ou cette personne à faire une présentation aux groupes du secteur ; pour ce faire, écrivez à lfreeman@cpcc.ca.

    Toute forme d’aide est la bienvenue et servira les intérêts des artistes.

    J’ai appris, entre les branches, la vraie raison pour laquelle la Loi sur le statut de l’artiste est exclue du projet de loi C-11. Il semblerait que le gouvernement (lapins idiots) s’inquiète d’une instabilité de la main-d’œuvre dans les productions étrangères, ainsi que d’un rejet du projet de loi par l’opposition, s’il advenait que le gouvernement froisse les grandes entreprises du secteur technologique (coyotes rusés), rejet qui serait à l’avantage des employeurs. C’est ainsi que nos plus grandes craintes se concrétisent : on sacrifie les interprètes pour préserver la bonne humeur des compagnies (ces coyotes rusés) et de leurs alliés politiques (des lapins idiots).

    Grande nouvelle !

    Nous avons déposé un document d’information et demandé une rencontre avec le comité, comme l’ont fait d’autres syndicats tels que l’Alliance des artistes canadiens du cinéma, de la télévision et de la radio (ACTRA), la Guilde canadienne des réalisateurs et la Writers’ Guild of Canada. J’ai eu à ce sujet une conversation fort intéressante avec la direction des politiques à Patrimoine Canada, pour essayer d’y voir plus clair. Apparemment, le gouvernement établit, à tort ou à raison, des domaines de compétence clairs. Ainsi, si la diffusion est de compétence fédérale, les productions, elles, relèvent du provincial.

    Par conséquent, la direction des politiques est convaincue d’avoir préservé le statu quo et de ne pas avoir érodé la capacité juridique des syndicats d’artistes à représenter leurs membres. J’ai soutenu que, dans les faits, c’est précisément ce qu’elle a fait. En excluant les diffuseurs en ligne comme Netflix et Amazon, le projet de loi nous prive de l’accès égal aux personnes morales dont nous disposons auprès des diffuseurs traditionnels. J’ai dit aussi que, si le but est de préserver le statu quo, il faut indiquer explicitement que ces grands diffuseurs numériques sont soumis à la Loi sur le statut de l’artiste, même si leurs productions, elles, ne le sont pas.

    La direction a accepté de retourner devant le comité, de revoir la modification portant sur les infractions et d’au moins envisager les modifications qui permettraient d’équilibrer le jeu, telles que je les ai suggérées. La lueur d’espoir vacille, mais elle existe encore.

    Autre nouvelle : l’Entente collective générale pour les messages publicitaires (Canada) est prolongée jusqu’au 31 mars 2023, conséquence essentiellement du dépôt d’une plainte par l’ACTRA contre l’une des agences membres de la Commission des relations de travail de l’Ontario. Si tout va rondement, les négociations ordinaires reprendront en début d’année.

    La ville de Calgary se prépare à recevoir le festival de musique BreakOut West. Je vous rappelle que cet évènement figure toujours sur la liste noire internationale de l’AFM et que ses membres ne doivent pas s’y produire. Nous poursuivons nos efforts de rapprochement et cherchons à conclure une entente mutuellement profitable, mais pour l’instant, nous refusons de travailler pour cet employeur. Il y aura d’autres nouvelles à ce sujet, j’en suis certain.

    Read More

    Paying the Price for Union Strength

    At the risk of being repetitive, I must lament at hearing nonmember musicians (and a disturbing number of members) parroting the corporate slogan: “perhaps there once was a need for unions, but not anymore.”

    Nothing could be further from the truth. Giving any credence to that statement is a recipe for disaster. Corporations, or any employer for that matter, salivate over the way things used to be, when employees worked for a pittance and every aspect of their lives was controlled by the employer; not much different, in fact, from the lords and serfs model of the Middle Ages.

    Today’s reality was achieved through labour unrest, job action, pain, suffering, and death. An example is the case of Albert “Ginger” Goodwin, a coal miner born in Yorkshire, England, who began mining at age 12, right alongside his father. In 1906, at the age of 19, Goodwin migrated to Glace Bay in Cape Breton, to work in the mines there. In 1909, he participated in the long and ugly Cape Breton coal miners’ strike for union recognition.

    Miners had been represented by the company-friendly and corrupt Provincial Workman’s Association but wanted the United Mine Workers to be recognized in what was described as practically a civil war. For 10 months, miners and their families suffered eviction from their company homes and starvation by being denied access to the employer-owned stores. Their strike was broken through the use of scabs who were protected by 500 members of the Royal Canadian Regiment.

    Goodwin moved to British Columbia afterwards to work at the Cumberland mines on Vancouver Island, which was infamous for the 64 miners who lost their lives in an explosion. From 1912 to 1914, the miners staged an incredible effort to gain union recognition, erase company unions, and force the employers to bargain a contract, in what was to be known as the Vancouver Island Coal Wars. Unfortunately, massive strike-breaking action was backed by armed police. The ensuing riots and destruction of company property resulted in hundreds of troops being deployed to break the strike via military occupation of the mining towns.

    Goodwin experienced brutal and deadly conditions, with company control of housing, stores, and all utilities, assisted by an unjust legal system, armed thugs, police, and the military. It transformed him into a socialist and an opponent of capitalism. Blacklisted for his activities, he moved to Trail. There he became a prominent union leader and a member of the Socialist Party of Canada, which was the first socialist organization in Canada to elect members to provincial office.

    Goodwin opposed WWI, viewing it as a war between empires where workers were forced to kill each other for the profit of their bosses. He was drafted in 1917, when conscription was enacted, but was deemed unfit because of stomach issues, bad teeth, and low weight. In November of that year, he led a strike for eight-hour days at the Trail smelter. Within a week, his conscription status was suddenly switched to “fit for duty,” motivating him to escape into the countryside with other war resisters through the assistance of locals. Meanwhile, the strike was defeated in a month, but it resulted in the BC government legislating an eight-hour day in 1919.

    Meanwhile, in July 1918, bounty hunters hired by a local hotel owner began scouring the countryside for war resisters. One of them, Dominion Police Special Constable Dan Campbell, had been ejected from the force for shaking down two women for a bribe during a traffic stop. Coal miner, trade unionist, and socialist Albert “Ginger” Goodwin died July 27, 1918, after being gunned down by Campbell, who was arrested and charged with manslaughter July 31, although the charge was later dismissed.

    When news of Goodwin’s murder reached the Vancouver Trades and Labour Council, they voted 117 to one for a 24-hour general strike on August 2, 1918. Union workers across the city walked off the job, and similar to Winnipeg’s strike a year later, the business elites declared it a Bolshevik conspiracy. And, again as in Winnipeg, it turned violent. A right-wing nationalist mob involving returned soldiers invaded and smashed the Vancouver Labour Temple. Men and women workers were brutally beaten, and one labour leader thrown out a window.

    Goodwin’s legacy lives on through his words:

    “Now, then, we know that all this misery is the outcome of someone’s carelessness, and that someone is the capitalists, those who own the machinery of production. Now, as this class of parasites have been living on the blood of the working class, they are responsible for the conditions existing at the present time. And so I say we have got to back our forces against them, and our weapons are education, organization, and agitation, and read and study up on the principles of socialism, for it is necessary that you know when to strike and how to strike, and if we have not these weapons when the time comes, we shall not be able to predict the outcome of the fight.”

    While Goodwin’s message may not have the urgency or relevance to our membership today, it remains important to acknowledge that he fought and died for his beliefs in the labour movement. What is significant is the call for education, organization, and agitation. Education and organizing are tools for bargaining more favourable terms and conditions. Each day we fail to do so results in multiple steps backward.

    Never feel overly confident or let apathy dilute lessons learned, or the lives of activists like Ginger Goodwin become meaningless. As the saying goes, if we do not learn from history, we are destined to repeat it.


    Le prix de la force syndicale

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Au risque de me répéter, je déplore que des musiciens non-membres – et un nombre dérangeant de membres – fassent écho au slogan des employeurs : « les syndicats ont peut-être été nécessaires dans le passé, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui ».

    Rien n’est moins vrai, et prêter foi à cette déclaration ne peut que mener au désastre. Les entreprises, ou n’importe quel employeur, salivent lorsqu’ils pensent au monde d’autrefois où on faisait travailler les employés pour une bouchée de pain et où on avait la main haute sur tous les aspects de leur vie; un monde pas très différent, de fait, du modèle féodal du Moyen Âge.

    La réalité actuelle est le résultat de conflits de travail, de moyens de pression, de douleur, de souffrance et de morts. L’histoire d’Albert “Ginger” Goodwin en est une bonne illustration. Né dans le Yorkshire, en Angleterre, il a commencé à travailler dans les mines de charbon à l’âge de 12 ans aux côtés de son père. En 1906, à l’âge de 19 ans, il a émigré pour travailler dans celles de Glace Bay, au cap Breton. En 1909, il y a participé à la longue et terrible grève visant à obtenir la reconnaissance syndicale.

    Jusque-là, les mineurs avaient été représentés par l’association provinciale des travailleurs, qui était corrompue et acoquinée avec l’employeur. Ils voulaient obtenir la reconnaissance des United Mine Workers (mineurs unis d’Amérique) ce qui a provoqué presque une guerre civile. En effet, pendant 10 mois, les mineurs et leurs familles ont été évincés des logements de leur employeur et ont connu la faim parce qu’on leur refusait l’accès aux magasins, également détenus par la compagnie. Le conflit s’est terminé par l’intervention de briseurs de grève protégés par 500 membres du Royal Canadian Regiment.

    Goodwin a déménagé sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique, pour travailler dans les mines Cumberland, tristement célèbres pour les 64 mineurs qui y ont perdu la vie lors d’une explosion. De 1912 à 1914, dans ce qui a été appelé les Vancouver Island Coal Wars (guerres du charbon de l’île de Vancouver), les mineurs ont déployé des efforts considérables pour obtenir la reconnaissance syndicale, éliminer les syndicats liés aux patrons et forcer les employeurs à négocier une entente collective.

    Malheureusement, une intervention massive pour briser la grève a été appuyée par des policiers armés. Il s’en est suivi des émeutes et de la destruction de biens des employeurs. Les autorités ont alors déployé des centaines de soldats qui ont mis fin à la grève en occupant les villes minières.

    Goodwin a connu des conditions de travail brutales, mortelles même, la mainmise des compagnies sur les logements, les magasins et tous les services publics, tout cela appuyé par un système judiciaire injuste, par des fiers-à–bras armés, la police et les militaires. Ces expériences l’ont transformé. Il est devenu socialiste et fermement opposé au capitalisme. Inscrit sur la liste noire par les employeurs en raison de ses activités, il a déménagé à Trail. Il y est devenu un chef syndical influent et membre du parti socialiste du Canada, la première organisation socialiste au Canada à faire élire des membres à une fonction provincial.

    Goodwin était opposé à la Première Guerre mondiale qu’il voyait comme un conflit entre empires où les travailleurs étaient forcés de s’entre-tuer pour le bénéfice de leurs patrons. Il a été mobilisé en 1917, au moment de la conscription, mais déclaré inapte en raison de problèmes à l’estomac, d’une mauvaise dentition et d’un poids insuffisant. En novembre de la même année, il a mené une grève à la fonderie de Trail en faveur de la journée de huit heures. En moins d’une semaine, son statut de conscrit est passé à « apte au service ». Avec l’aide de résidents locaux, il s’est caché à la campagne parmi d’autres résistants contre la guerre. La grève a échoué au bout d’un mois, mais a quand même amené le gouvernement de la Colombie-Britannique à instituer la journée de travail de huit heures en 1919.

    Entre-temps, en juillet 1918, des chasseurs de primes engagés par un propriétaire d’hôtel local ont commencé à fouiller la campagne à la recherche de résistants. Un des chasseurs de prime, le gendarme spécial de la Police fédérale, Dan Campbell, avait été éjecté de ce corps de police pour avoir tenté d’obtenir un pot-de-vin auprès de deux femmes dans le cadre d’une interpellation pour une infraction routière. Le mineur de charbon, syndicaliste et socialiste Albert “Ginger” Goodwin est mort le 27 juillet 1918 sous les balles de Campbell, qui a été mis sous arrêt le 31 et inculpé d’homicide involontaire. Plus tard, l’accusation a été rejetée.

    Lorsque la nouvelle du meurtre de Goodwin est arrivée aux oreilles du Conseil de la main-d’œuvre de Vancouver, les membres ont voté à 117 contre un en faveur d’une grève générale de 24 heures, le 2 août 1918. Partout dans la ville, des travailleurs syndiqués ont quitté leur poste et, comme lors de la grève de Winnipeg un an plus tard, les élites du milieu des affaires ont déclaré qu’il s’agissait d’une conspiration bolchévique. Toujours comme à Winnipeg, il y a eu violence. Une foule nationaliste de droite composée de soldats revenus de la guerre a envahi et saccagé le Temple du travail de Vancouver. Des travailleurs, hommes et femmes, ont été brutalement battus et un dirigeant syndical a été jeté par une fenêtre.
    Toutefois, le legs de Goodwin lui survit par ses paroles :

    « Alors, nous savons que toute cette misère est le résultat de la négligence de certains, des capitalistes qui sont propriétaires des moyens de production. Comme cette classe de parasites vit du sang de la classe ouvrière, ils sont responsables des conditions qui ont cours actuellement. Je déclare donc que nous devons appuyer nos forces vives pour les combattre, et nos armes, ce sont l’éducation, la syndicalisation et l’agitation; lisez et étudiez les principes du socialisme également, car vous devez savoir quand et comment faire la grève. Si nous n’avons pas ces outils, le moment venu, nous ne pourrons pas garantir le résultat du combat. »

    Bien que le message de Goodwin ne soit pas aussi urgent et pertinent pour nos membres aujourd’hui, il demeure important de reconnaître qu’il s’est battu et qu’il est mort pour ses convictions syndicales. Ce qui importe, c’est son appel à l’éducation, la syndicalisation et l’agitation. L’éducation et la syndicalisation sont des outils pour la négociation de meilleures conditions de travail et de rémuneration. Chaque jour où nous les négligeons nous vaut des reculs multiples.

    Ne vous laissez jamais aller à un excès de confiance ni à l’apathie qui dilue les leçons apprises, sans quoi les vies de militants tels que Ginger Goodwin perdent leur sens. Comme le veut le dicton, si nous ne tirons pas les leçons de l’histoire, nous sommes condamnés à la répéter.

    Read More

    Silly Rabbits and Wily Coyotes

    Bill C11, the online streaming bill, passed its third reading in the House of Commons and has now landed in the Senate for approval. If passed, the bill would compel streaming platforms, such as Netflix, YouTube, Amazon Prime, Spotify, and others to add more Canadian content, or in the wording of the bill, “contribute in an equitable manner to strongly support the creation, production, and presentation of Canadian programming.” The Canadian Radio-Television and Telecommunications Commission (CRTC) would be responsible for enforcing the bill.

    With roughly 150 last-minute amendments, the bill was rushed through Parliament with the third reading of the bill passing with 208 votes in favour to 117 against. This is the second go-around for the bill, which has drawn criticism from both government opposition parties, as well as from private sector stakeholders. Those opposed often recited their favourite rhetoric that it would infringe upon individual rights and prevent internet users from “uploading their cat videos.” None of that is true, of course.

    If you recall, the conservative MP from Lethbridge (silly rabbit), vehemently attacked artists over C-11, especially in Quebec, compelling the CFM to respond with an extremely critical and public letter to correct her damage.

    John Nater, conservative shadow minister for Canadian Heritage (another silly rabbit), reportedly called the bill “deeply flawed” and said that it “would throw up barriers to innovation and global competitiveness that would hold back the Canadian broadcasting industry.”

    TikTok Canada (wily coyotes) and a new advocacy group (more wily coyotes), quietly held a presentation for digital creators and online influencers in February. They told them that the bill could harm their international success and earnings potential, as well as deprioritize their content abroad, if they had to manipulate the algorithm to promote Canadian content to domestic users to comply with the bill.

    The bill first found its genesis back in 2018, when the CRTC recommended that the federal government impose levies on internet service providers and foreign streaming services to ensure the health of Canada’s media production industry (wily coyotes). In addition, they called for the support of promotion or discoverability of content by Canadian creators, and providing content of various types, such as news, drama, and programming for official language minority communities, in Indigenous languages, or accessible programming (e.g., through closed captioning and described video).

    The Broadcasting Act has three traditional functions:

    •outlines Canada’s broadcasting policy

    •gives CRTC the authority to regulate the Canadian broadcasting system

    •sets the mandate of the CBC/Radio-Canada

    In doing so, it supports Canada’s creators, artists, and creative industries, and ensures that Canadian music and stories are available and accessible.

    The last major reform of the Broadcasting Act was in 1991—in the very early days of the internet. The rise of online streaming services has dramatically changed how we watch series and movies and listen to music. We all enjoy these services, but a number of foreign companies (wily coyotes) stream into Canada without regulations or the obligation to contribute to and distribute Canadian stories and music.

    Ostensibly, the new legislation would clarify that online streaming services fall under the Broadcasting Act. It would ensure that the CRTC has the proper tools to put in place a modern and flexible regulatory framework, including the ability to make rules, gather information, and assign penalties for noncompliance.

    An update of the Broadcasting Act would also support greater diversity and inclusion in the broadcasting sector, ensuring greater representation of Indigenous peoples, racialized communities, cultural and linguistic minorities, LGBTQ2S+ communities, and persons with disabilities, better reflecting 21st century Canada.

    The Federation was in support of and highly anticipated the bill. Regulation of online undertakings by the CRTC means the natural inclusion of the federal Status of the Artists Act (SAA). This would finally give entertainment unions the ability to compel big tech to bargain collectively, rather than leave artists to die in a world where the giant multinationals engulf and devour content, leaving a trail of nonunion, low wages, no pension, jobs lost overseas, and royalties and residuals expropriated in favour of profit. The salivation among the unions was audible.

    Then, lightning strikes. Either government bureaucrats were persuaded by the corporations (wily coyotes), or they thought this up for themselves (silly rabbits), but the liberal MP for Don Valley, Michael Coteau (silly rabbit), put forward this last-minute amendment:

    31.1 Section 6 of the Status of the Artist Act is amended by adding the following after subsection (2):

    Non-application

    (3) This Part does not apply in respect of an online undertaking, as defined in subsection 2(1) of the Broadcasting Act.

    That’s right, the silly rabbits and wily coyotes have effectively destroyed the most important aspect of Bill C-11: the Federation’s right (and the rights of other entertainment unions) to compel collective bargaining. Once word spread, the rage throughout the industry was salient. Local 406 (Montreal, PQ) President Luc Fortin, CFM Executive Director Liana White, and I participated in a Zoom call with representatives from ACTRA, the Writers’ Guild, Union des Artists, the Screen Composers Guild of Canada, and the Directors Guild of Canada, as well as legal representatives, to start dialogue on what necessary steps we will take, as a group, to effect a change to this disastrous amendment while it resides and is debated in the Senate.

    As I write this, Fortin and I have just completed an online meeting with several government officials:

    Political staff from the Office of the Minister of Canadian Heritage

                - Matthew Gray, policy advisor, lead, Bill C-11

                - Simon Ross, policy advisor

                - Ron Ahluwalia, director of policy

    Officials and public servants from Canadian Heritage

                - Kelly Beaton, director general arts policy

                - Richard Davis, director arts policy

                - Isabelle Ringuet, director arts policy

                - Ramzi Saad, director general cultural industries

                - Drew Olson, associate director general, cultural industries

                - Amy Awad, acting senior director broadcasting, copyright & creative marketplace branch

    I won’t belabour the details of the meeting, but suffice to say, they are defending their sudden amendment by trying to attest that online broadcasting is provincial jurisdiction, while traditional broadcasting is federal. There is no legal basis for this and it was clear they were taken aback by the evident rage of the creative unions. They (silly rabbits) also exhibited a horrific lack of knowledge of how this would negatively impact other agreements that do include online undertakings, or the devastating effect on applying production in reverse. Productions (wily coyotes) created for the internet, and not under agreement, that find their way to television later, would produce zero residuals or royalties for artists.

    Further defending their mistake, they sought approval from Fortin, who as president of a local based in Quebec, has the advantage of provincial Status of the Artist. Fortin, of course, pointed out that the producers (wily coyotes) would simply move production to another province to avoid having to interact with unions or collective agreements. Yet another devastating effect they missed (silly rabbits).

    We have less than two months before the Senate returns from summer break. All the affected parties must pool their knowledge and resources to either convince senators to remove the SAA exclusion, or unfortunately, lobby to defeat the bill in its entirety. Having it pass into law as is would set musicians, and the artistic world in general, back by 50 years, in respect to collective bargaining. More to come as we dance with the silly rabbits and wily coyotes.


    Lapins idiots et coyotes rusés

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Le projet de loi C-11 qui porte sur la diffusion continue en ligne a franchi l’étape de la troisième lecture à la Chambre des communes; il se trouve maintenant devant le Sénat. S’il est adopté, il obligera les plateformes de diffusion continue telles que Netflix, YouTube, Amazon Prime, Spotify et autres à bonifier leur contenu canadien ou, pour citer le texte du projet, « contribuer fortement, de façon équitable, à la création, à la production et à la présentation de programmation canadienne ». C’est le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui serait chargé de sa mise en application.

    Le projet de loi a fait l’objet d’environ 150 amendements de dernière minute. Il a été adopté à la sauvette par le Parlement, la troisième lecture passant avec 208 votes en faveur et 117 contre. Il en est à sa deuxième lecture au Sénat. Il a suscité des critiques des deux partis d’opposition de même que d’intervenants du secteur privé. Ceux qui sont contre ont été nombreux à tenir leur discours préféré selon lequel le projet porterait atteinte aux droits individuels et empêcherait les utilisateurs d’Internet de « téléverser leurs vidéos de chats ». Rien de tout cela n’est vrai, bien sûr.

    Rappelez-vous que la députée conservatrice de Lethbridge (du groupe des lapins idiots) a attaqué les artistes avec véhémence relativement au projet, particulièrement au Québec, obligeant la FCM – pour contrer les dommages – à répondre par une lettre publique extrêmement critique.

    John Nater, ministre du cabinet fantôme conservateur responsable du Patrimoine canadien (un autre lapin idiot), aurait qualifié le projet de loi de « profondément imparfait » ajoutant qu’il « entraverait l’innovation et la compétitivité mondiale de l’industrie de la radiodiffusion canadienne ».

    En février, TikTok Canada (coyote rusé) et un nouveau groupe de pression (encore d’autres coyotes rusés) ont discrètement fait une présentation aux créateurs numériques et aux influenceurs en ligne. Ils leur ont affirmé que le projet de loi pourrait nuire à leur succès international et à leurs revenus potentiels, et qu’ils pourraient perdre la priorisation de leur contenu à l’étranger si l’algorithme devait faire l’objet de manipulations afin de promouvoir le contenu canadien auprès des utilisateurs nationaux en vue de se conformer à la nouvelle loi.

    La genèse du projet de loi C-11 remonte à 2018 lorsque le CRTC a recommandé que le gouvernement fédéral impose une contribution aux fournisseurs de services Internet et aux services de diffusion continue à l’étranger pour garantir la santé de l’industrie canadienne de la production média (coyotes rusés). De plus, le CRTC a demandé l’adoption de mesures visant à promouvoir ou à favoriser la découverte de contenu de créateurs canadiens et une offre de contenus de types variés tels que des informations, des émissions dramatiques et de la programmation pour les collectivités de langue officielle en situation minoritaire, en langues autochtones ou de la programmation accessible, c’est-à-dire avec sous-titres ou vidéodescription.

    La Loi sur la radiodiffusion comporte traditionnellement trois fonctions :

    •définir la politique de la radiodiffusion canadienne

    •habiliter le CRTC à réglementer le système canadien de radiodiffusion

    •établir le mandat de la SRC/CBC

    Ce faisant, elle soutient les créateurs et artistes du Canada et garantit l’accessibilité et la mise à disposition de la musique et des histoires canadiennes.

    La dernière réforme majeure de la Loi sur la radiodiffusion remonte à 1991, dans les tout débuts d’Internet. Depuis, la montée des services de diffusion continue en ligne a modifié de manière dramatique la façon dont nous regardons les séries et les films et écoutons de la musique. Nous apprécions tous ces services, mais un certain nombre d’entreprises étrangères (coyotes rusés) diffusent en continu au Canada en échappant à toute réglementation ou obligation de contribuer aux histoires et à la musique canadienne, et de les distribuer.

    Prétendument, la nouvelle loi permettrait de clarifier que la diffusion continue en ligne relève de la Loi sur la radiodiffusion. Elle garantirait que le CRTC dispose des outils nécessaires pour mettre en place un cadre réglementaire moderne et flexible, incluant la capacité d’établir des règles, de colliger de l’information et d’imposer des sanctions en cas d’infraction.

    Une mise à jour de la Loi sur la radiodiffusion permettrait également de favoriser plus de diversité et d’inclusion dans le secteur de la radiodiffusion et de représenter davantage les peuples autochtones, les communautés racisées, les communautés culturelles et linguistiques minoritaires, les communautés LGBTQ2S+ et les personnes ayant un handicap, et d’ainsi mieux refléter le Canada du XXIe siècle.

    La Fédération appuyait le projet de loi et l’attendait avec impatience. En effet, la réglementation par le CRTC des entreprises en ligne suppose l’inclusion de la loi fédérale sur le statut de l’artiste. Cela donnerait enfin aux syndicats du divertissement le pouvoir d’obliger les géants du numérique à négocier collectivement. Sinon, les artistes sont abandonnés dans un monde où les multinationales engloutissent et dévorent le contenu, laissant dans leur sillage du travail non syndiqué, de faibles cachets, l’absence de cotisations de retraite, des emplois perdus à l’étranger et l’expropriation de redevances et de droits de suite au nom du profit. On entendait les syndicats entendait.

    Et puis la foudre est tombée. Soit les bureaucrates du gouvernement se sont laissé convaincre par les corporations (coyotes rusés), soit ils ont pondu ça par eux-mêmes (lapins idiots). Quoi qu’il en soit, le député fédéral de Don Valley, Michael Coteau (lapin idiot), a proposé l’amendement suivant à la dernière minute :

    31.1 L’article 6 de la Loi sur le statut de l’artiste est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :

    Non-application

    (3) La présente partie ne s’applique pas aux entreprises en ligne, au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur la radiodiffusion.

    Eh oui ! Les lapins idiots et les coyotes rusés ont effectivement détruit l’aspect le plus important du projet de loi C-11 : le droit de la Fédération et des autres syndicats du divertissement d’imposer la négociation collective. La nouvelle a suscité la rage dans toute l’industrie. Le président de la section locale 406 (Montréal, Qué.), Luc Fortin, la directrice générale de la FCM, Liana White, et moi-même avons participé à un appel Zoom avec des représentants de l’ACTRA, de la Writers’ Guild, de l’Union des artistes, de la Guilde des compositeurs de film canadien et de la Guilde canadienne des réalisateurs de même qu’avec des représentants juridiques. Il s’agissait de lancer un dialogue quant aux prochaines actions à entreprendre comme groupe pour faire changer cet amendement désastreux pendant qu’il fait encore l’objet de débats au Sénat.

    Au moment d’écrire ces lignes, Fortin et moi-même venons de terminer une rencontre en ligne avec plusieurs représentants du gouvernement :

    Personnel politique, bureau du ministre du Patrimoine canadien

                - Matthew Gray, conseiller politique principal, projet de loi C-11

                - Simon Ross, conseiller politique

                - Ron Ahluwalia, directeur politique

    Directeurs et fonctionnaires de Patrimoine canadien

                - Kelly Beaton, directrice générale, politique des arts

                - Richard Davis, directeur, politique des arts

                - Isabelle Ringuet, directrice, politique des arts

                - Ramzi Saad, directeur général, industries culturelles

                - Drew Olson, directeur général adjoint, industries culturelles

                - Amy Awad, directrice principale par intérim, Direction générale de la radiodiffusion, du droit d’auteur et du marché créatif

    Sans entrer dans les détails de la réunion, je me bornerai à dire qu’ils défendent leur amendement de dernière minute en essayant d’attester que la radiodiffusion en ligne est de compétence provinciale tandis que la radiodiffusion traditionnelle relèverait du fédéral. Il n’y a aucun fondement juridique pour une telle affirmation et, clairement, ils ont été pris de court par la fureur manifeste des syndicats du secteur créatif. Ils (lapins idiots) ont également fait preuve d’une horrible ignorance des effets négatifs de leur proposition sur d’autres ententes qui, elles, couvrent les entreprises en ligne, et de l’effet dévastateur de son application à la production inversée. Les productions (coyotes rusés) créées pour Internet et non assujetties à une entente qui prennent le chemin de la télévision plus tard ne généreraient aucun droit d’auteur ou droit de suite pour les artistes.

    Cherchant à défendre plus avant leur erreur, ils ont tenté d’obtenir l’appui de Fortin qui, à titre de président d’une section locale située au Québec, profite d’une loi provinciale sur le statut de l’artiste. Fortin a bien sûr fait remarquer que les producteurs (coyotes rusés) déplaceraient tout simplement leurs productions dans une autre province afin d’éviter d’avoir à composer avec les syndicats et les ententes collectives. Encore un autre effet dévastateur qui leur a échappé (lapins idiots).

    Il nous reste moins de deux mois avant le retour du Sénat après la pause estivale. Toutes les parties visées doivent contribuer leurs connaissances et leurs ressources pour soit convaincre les sénateurs d’enlever l’exclusion, soit, malheureusement, exercer des pressions afin qu’ils rejettent le projet de loi au grand complet. Son adoption marquerait un recul de 50 ans pour les musiciens et le milieu artistique en général en ce qui a trait à la négociation collective. Restez à l’écoute tandis que nous dansons avec les lapins idiots et les coyotes futés.

    Read More

    Canadian Bargaining Roundup

    “Apparently, some believe musicians are unworthy and should be afforded less rights than movie stars’ dog walkers.”

    As the sixth wave driven by the Omicron variant begins to fade, hope springs eternal that life may soon return to whatever normal will be. Bargaining with employers has been particularly difficult, since two-dimensional negotiating via zoom is a poor substitute for in-person table pounding. Add to that the inherent risks of air travel, and the preference has been to extend agreements with appropriate increases. Following, is the status of some of our Canadian collective agreements (CA).

    National Film Board (NFB)—Upon expiration of the CA, an extension was agreed to that included 4% increases. The extended period is up, and the NFB has indicated they are not available for bargaining at the moment and are proposing we extend one more time. A date for an online meeting is being sought, where a further increase can be addressed. Ideally, regular bargaining can resume in late fall.

    Commercial Announcements—This agreement has also been extended to August 31, for reasons other than the pandemic. First, the Association of Canadian Advertisers (ACA) and Institute of Canadian Agencies (ICA) lead negotiator had fallen ill, and the meeting in her absence would be unproductive. Next, the Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA) has been in very tough negotiations for over a year, and even after signing a one-year deal with the ACA, they have filed a bad faith bargaining charge against ICA. ACTRA claims that ICA’s insistence to reduce bargaining rights amounts to nothing more than union busting. While it is unlikely that the CFM would extend again, in lieu of negotiating an updated agreement, it certainly will be far more difficult against the backdrop of these charges, which are before the Ontario Labour Relations Board.

    TV Ontario—TVO, which is operated by the Ontario Educational Communications Authority, has been problematic. Various roadblocks and events caused the agreement to expire; however, neither side issued the other with the mandatory notice to terminate. In the interim, TVO has continued using musicians, except through third-party producers, some of which have applied for recognition under other film/production agreements. However, others have seized the opportunity to utilize questionable contracts with shoddy hiring practices.

    While the CA specifically calls for all musical content to be produced pursuant to our agreement, TVO has ignored the commissioning obligations. Further, now that we have had our first bargaining session, they are alleging that they are not subject to the federal Status of the Artist Act, and therefore not compelled to bargain an agreement with the CFM. We have requested clarification from the registrar at the Canadian Industrial Relations Board. If that is not sufficient, we will file a notice of dispute with our own bad faith bargaining charges. That said, TVO has already offered additional dates to bargain.

    General Production Agreement (CBC)—Our long-standing contract with the Canadian Broadcasting Corporation will not expire until July 31, 2023, and contains increases to fees on a year-over-year basis. This has been the go-to agreement for television and new media, the latest example being the May 16 national broadcast of Canada’s Juno Awards, produced for the CBC by Insight Productions. The CFM logo was prominently displayed in the closing credits.

    Canadian Media Producers Association (CMPA)—COVID-19 has been the primary reason why we are entering a fourth year of negotiations with the CMPA—but it has not been without strife. The objective is to develop a brand-new agreement, tentatively called the Independent Production Agreement (IPA) to fill a void specific to Canadian productions. There are roughly 500 independent producers in Canada, from tiny mom-and-pop shops to large corporations such as Entertainment One. Unlike their US counterparts, the majority are not distributors, but are engaged by a broadcaster (Canadian or foreign) to produce one movie or a series. They set up shop for a specific shoot under a number company, and when the production wraps, that company closes down.

    Since they are not broadcasters, our GPA is ill-fitting. Promulgated in the mid-1990s, the agreement of choice has been our Canadian Content Production Rules (CCPR), which was authorized by the IEB as an addendum to the Motion Picture/TV Film Agreements. At the time of its inception, a distribution buyout (for a much higher scale) was the preferred avenue to produce Canadian content. However, with new media’s dominance of the broadcast world and the CMPA being engaged by an increasing number of non-Canadian companies, CCPR is no longer sufficient. Therefore, our objective is to create the IPA as a replacement.

    However, the employers have other ideas. CMPA has, up until now, vehemently opposed our insistence that secondary platforms (such as subscription or advertising-supported distribution) should generate additional payments for musicians, as should additional years of use. They have maintained their position of demanding a complete buyout, in perpetuity, worldwide, all markets and platforms, including moral rights. In posing as typical greedy corporations, they are demanding this because big tech is placing those same expectations upon them—in either a sale or for the duration of the licence deal. Interestingly, while CMPA continues to tell us our demands are unreasonable, the same protections already exists in their agreement with ACTRA. Apparently, some believe musicians are unworthy, and should be afforded less rights than the movie stars’ dog walkers. Well, we’ll see about that.

    Résumé des négociations canadiennes

    « Apparemment, certains pensent que les musiciens sont indignes et méritent moins de droits que les promeneurs de chiens des vedettes. »

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Tandis que s’estompe peu à peu la sixième vague portée par le variant Omicron, l’espoir renaît éternellement que la vie retrouve sa normalité, quelle qu’elle soit. Négocier avec les employeurs a été particulièrement difficile, les rencontres en deux dimensions via zoom étant un bien piètre substitut pour un bon coup de poing sur la table en personne. Ajoutez à cela les risques associés aux voyages en avion et voilà, nous avons préféré prolonger les ententes existantes avec des augmentations appropriées. Voici un état des lieux de certaines de nos ententes collectives canadiennes.

    Office national du film (ONF) – À l’expiration de l’entente collective (EC), nous avons convenu d’une prolongation comportant des augmentations de 4 %. Cette période est maintenant terminée, et les représentants de l’ONF ont fait savoir qu’ils ne sont pas disposés à négocier pour le moment; ils proposent plutôt une autre extension. Nous cherchons une date de rencontre en ligne en vue de discuter d’une nouvelle augmentation. Idéalement, des négociations normales pourraient reprendre à la fin de l’automne.

    Messages publicitaires – Cette entente a été prolongée également, jusqu’au 31 août, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la pandémie. En effet, la négociatrice principale des deux agences, l’Association canadienne des annonceurs (ACA) et l’Institut de la publicité canadienne (ICA), est tombée malade, et se rencontrer en son absence aurait été peu productif. Et puis l’ACTRA (Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists) connaît des négociations très difficiles depuis plus d’un an et, si ses dirigeants ont paraphé une entente d’un an avec l’ACA, ils ont par ailleurs déposé une plainte contre l’ICA pour négociation de mauvaise foi. L’ACTRA soutient que l’insistance de l’ICA à réduire les droits de négociation équivaut à rien de moins qu’une tentative de démanteler le syndicat. Bien que la FCM ne prolongera probablement pas l’entente encore plutôt que d’en négocier une nouvelle, le chemin à parcourir sera certainement plus ardu dans le contexte de ces accusations, qui sont à l’étude devant la Commission des relations de travail de l’Ontario.

    TV Ontario – TVO, exploitée par l’Office de la télécommunication éducative de l’Ontario, a posé problème. Divers événements et obstacles ont mené à l’expiration de l’entente; toutefois, aucune des deux parties n’a signifié à l’autre l’avis obligatoire de résiliation. Dans l’intervalle, TVO a continué à faire appel à des musiciens, mais par l’entremise de producteurs tiers dont certains ont demandé la reconnaissance en vertu d’autres ententes de production de films. En revanche, certains ont sauté sur l’occasion pour avoir recours à des contrats douteux et des pratiques d’embauche mesquines.

    Bien que l’EC exige explicitement que tout contenu musical soit produit au terme de notre entente, TVO a ignoré ses obligations en la matière. De plus, depuis que nous avons eu notre première séance de négociation, la partie patronale prétend qu’ils ne sont pas assujettis à la loi fédérale sur le statut de l’artiste et donc pas tenus de négocier avec la FCM. Nous avons demandé des éclaircissements auprès du registraire au Conseil canadien des relations industrielles. Et si cela ne suffit pas, nous déposerons un avis de litige pour cause de négociation de mauvaise foi. Cela dit, TVO a déjà offert d’autres dates de négociation.

    Entente générale de production SRC – Notre contrat de longue date avec la Société Radio-Canada/CBC n’expirera pas avant le 31 juillet 2023, et il prévoit des augmentations annuelles de cachets. Il a été l’entente de référence pour la télévision et les nouveaux médias, le dernier exemple en date étant la diffusion nationale, le 16 mai, des prix Juno du Canada, produite pour la CBC par Insight Productions. Le logo de la FCM figurait au générique de façon bien visible.

    Association canadienne de production de films et de télévision (ACPFT) – C’est principalement en raison de la COVID-19 que nous entrons dans une quatrième année de négociations avec l’ACPFT, mais cela ne s’est pas passé sans heurts. L’objectif consiste à élaborer une toute nouvelle entente, temporairement intitulée Entente de production indépendante (EPI) afin de combler une lacune particulière aux productions canadiennes. En effet, il y a environ 500 producteurs indépendants au Canada, allant de minuscules sociétés familiales à de grandes entreprises telles qu’Entertainment One. Contrairement à leurs homologues américaines, la plupart d’entre elles ne sont pas des distributeurs; elles sont plutôt engagées par un diffuseur, canadien ou étranger, pour produire un film ou une série. Une fois réalisé sous le nom d’une compagnie à numéro, le tournage plie bagage et l’entreprise ferme.

    Puisque ces sociétés ne sont pas des diffuseurs, notre entente générale de production ne leur convient pas. Elles ont plutôt recours aux Règles sur le contenu canadien d’une production (CCPR), qui ont été promulguées au milieu des années 1990 et autorisées par l’IEB (conseil de direction internationale de la FAM) comme addendum aux ententes de production pour le film et la télévision. Au moment de l’instauration des CCPR, c’est le rachat des droits de distribution – pour des cachets beaucoup plus élevés – qui était privilégié pour la production de contenu canadien. Toutefois, étant donné la prédominance des nouveaux médias dans l’univers de la diffusion et l’engagement de membres de l’ACPFT par un nombre croissant de sociétés non canadiennes, les CCPR ne suffisent plus. D’où notre objectif de les remplacer par une EPI.

    Toutefois, les employeurs ne voient pas les choses du même œil. Jusqu’à maintenant, l’ACPFT s’est opposée haut et fort à notre demande insistante que les plates-formes secondaires – telles que la diffusion par abonnement ou soutenue par de la publicité – procurent des cachets additionnels pour les musiciens, tout comme le devraient les années supplémentaires d’utilisation. Leurs négociateurs maintiennent leur position, exigeant un rachat complet, à perpétuité, pour le monde entier, pour tous les marchés et plates-formes, y compris les droits moraux. Elle se comporte comme une entreprise rapace typique et fait cette demande parce que les géants de la techno ont les mêmes attentes vis-à-vis d’elles, dans le cas d’une vente ou pour la durée d’un accord de licence. Fait intéressant, alors même que l’ACPFT soutient que nos demandes sont déraisonnables, elles existent déjà dans leur entente avec l’ACTRA. Apparemment, certains pensent que les musiciens sont indignes et méritent moins de droits que les promeneurs de chiens des vedettes. Eh bien, c’est ce que nous verrons.

    Read More

    Denial Is Just a River in Egypt

    For those who still believe conditions in the workplace are something you’re entitled to, you may be surprised that unfair labour practices (in Canada) were only defined and prohibited in 1938! While the Industrial Revolution of the 19th century gave birth to the labour movement in Europe and North America, there were many significant events that took place before workers’ rights were finally recognized.

    A brief list would include the Nine-Hour Movement in 1872, when a then-illegal strike against 12-hour workdays eventually resulted in the Trade Union Act, legalizing and protecting unions. The largest and bloodiest strike in Canadian history, the Winnipeg General Strike of 1919, would eventually lead to significant labour reform.

    Between 1929 and 1939, an oppressive conservative government created work camps where the unemployed toiled for paltry wages. Workers in Vancouver went on strike and travelled to Ottawa in a journey known as the “On to Ottawa Trek.” The government ordered the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) to stop them. After rioting and arrests of union leaders, the strike ended. However, Mackenzie King’s liberals won the next election, and abolished the camps, resulting in the birth of unemployment insurance in 1940.

    In 1945, the Ford Motor Company in Windsor wanted to break some of the union’s gains since the depression. Union dues being still voluntary, Ford laid off 1,500 workers. Talks broke down over mandatory membership, and the union was forced to strike. Ford’s confrontational tactics spawned community solidarity, and 8,000 additional workers from other auto plants joined the strike.

    To avoid violence with police, strikers used their personal automobiles to park in streets all around the plant, forming a blockade that would last for three days. Federal cabinet minister Paul Martin, Sr. eventually appointed a “sympathetic” arbitrator. After 99 days on strike, the union voted to approve a deal that included union security.

    Subsequent to that strike, arbiter Ivan Rand (also a Supreme Court judge) brought down an award that ruled against mandatory membership but required automatic dues check-off. The notion that everyone in a workplace who benefits from the union should contribute, and that unions could write automatic dues into collective agreements, has become a staple in labour known as the Rand Formula. (Federation agreements in Canada contain this concept, with language referring to either Temporary Members or Permittees.)

    The 1960 tragic death of five men in a tunnel cave-in at Hogg’s Hollow in Toronto was the catalyst for unions to fight for safety in Ontario, leading to the passing of the Ontario Safety Act, which was the foundation for the Canada Labour Code.

    Paid maternity leave benefits have only been around since 1971, with limited leave and 66% of the mother’s previous salary. But in 1981, the Canadian Union of Postal Employees waged a 42-day strike, which won 17 weeks for postal workers across Canada. Since then, unions have fought for adoption leave, paternity leave, and parental leave for either parent and continue to negotiate better conditions for workers.

    Many of our members, either deliberately or subconsciously, do not identify as part of the labour movement, because they have never been directly involved in collective action. Conversely, they may consider themselves independent artists with no connection to an organized workplace. Of course, nothing could be further from the truth.

    The entire music sector is either directly or indirectly impacted by the dynamic between the Federation and the multitude of employers who range from venues and restaurants to theatres and concert halls to recording and broadcasting studios. As AFM President Ray Hair has stated many times, employers don’t pay you what is deserved because they like you, or because they are nice people. They pay you because they are afraid of what you will do if they don’t—and “you” means AFM members, collectively.

    Unfortunately, this last rule of thumb is moot when musicians distance themselves from their union or are influenced to isolate from other musicians/members. The age-old divide and conquer is ubiquitous, where musicians are told someone else will do the job for less, setting up the never-ending competition for who will work for the least. By not adhering to the recommended minimums established in local scales and collective agreements, artists shoot themselves in the proverbial foot and unravel all the work done by the Federation through many years of bargaining.

    We must not take for granted the blood and sacrifice from the last century of the labour movement. Previous generations fought for a living wage, better laws and conditions, and safety, making employers take responsibility for the health and welfare of their workers.

    Instead of following that example, many artists are so complacent that they comply with whatever the employer asks, content to hold a “real” job in the daytime to pay the bills and perform for pocket change at night. What message does that send about the value of live music? Or worse, your worth as an individual?

    While the demise of six-nighters has signalled the end of a very lucrative era, live music’s survival as a viable career choice will be dependent upon how organized the current crop of musicians are. Union density in the freelance world is necessary to set the bar high enough for fair wages. A fragmented scene of indie musicians plays into the disorganization that benefits venue owners.

    If you know musicians who are not AFM members, try to have the tough conversation with them. We all benefit when there is solidarity, as demonstrated by 150 years of the labour movement. Being in denial about the benefits of the Federation and the value in unity leads to self-induced failure. Let’s not ignore the history lessons.


    Le déni n’est pas une option

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Ceux qui croient encore que leurs conditions de travail leur reviennent de droit seront peut-être surpris d’apprendre que ce n’est qu’en 1938 que les pratiques de travail inéquitables ont été définies et interdites au Canada! La révolution industrielle du XIXe siècle avait bien donné naissance au mouvement ouvrier en Europe et en Amérique du Nord, mais avant que les droits des travailleurs ne soient reconnus il a fallu que surviennent plusieurs événements importants.

    Une liste brève de ces derniers comprendrait le Mouvement pour une journée de travail de neuf heures en 1872 : une grève – illégale à l’époque – contre les journées de travail de 12 heures a fini par engendrer la Loi sur les syndicats ouvriers, légalisant et protégeant les syndicats. La grève générale de Winnipeg, en 1919, la plus massive et la plus sanglante de l’histoire du Canada, a ultimement entraîné d’importantes réformes en matière de travail.

    Entre 1929 et 1939, un gouvernement conservateur répressif a créé des camps de travail où les chômeurs s’échinaient pour des salaires de famine. Les travailleurs des camps de Vancouver ont fait la grève et se sont rendus à Ottawa, un voyage connu comme « la marche sur Ottawa ». Le gouvernement a ordonné à la Gendarmerie royale du Canada de les intercepter, et la grève a pris fin après des émeutes et l’arrestation des dirigeants syndicaux. Toutefois, les libéraux de Mackenzie King ont gagné l’élection suivante et aboli les camps, ce qui a donné lieu à la création de l’assurance-chômage en 1940.

    En 1945, la société Ford Motor de Windsor a voulu retirer au syndicat certains avantages consentis depuis la Grande dépression. Les cotisations syndicales étant encore volontaires, Ford a pu mettre à pied 1500 travailleurs. Les négociations ont achoppé sur la question de l’adhésion obligatoire, et le syndicat a été forcé de déclencher une grève. Les tactiques de confrontation de Ford ont suscité la solidarité dans le milieu, et 8000 travailleurs d’autres usines automobiles se sont joints à la grève.

    Afin d’éviter des affrontements avec la police, les grévistes ont utilisé leurs voitures personnelles pour stationner dans les rues tout autour de l’usine et former un blocus qui a duré trois jours. Le ministre fédéral, Paul Martin père, a fini par nommer un arbitre « sympathique ». Après 99 jours de grève, les syndiqués ont voté en faveur d’une entente qui incluait la sécurité syndicale.

    À la suite de cette grève, l’arbitre Ivan Rand – également juge à la Cour suprême – a rejeté l’adhésion obligatoire au syndicat, mais autorisé le prélèvement automatique des cotisations. Ce qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de formule Rand, c’est-à-dire le principe voulant que tous ceux qui profitent des avantages obtenus par le syndicat doivent y contribuer et que les syndicats peuvent inclure des cotisations automatiques dans les conventions collectives, est devenu incontournable en droit du travail. Il est inclus dans les ententes de la Fédération au Canada, avec des références aux membres temporaires ou aux permissionnaires.

    En 1960 la mort tragique de cinq hommes dans l’effondrement d’un tunnel à Hogg’s Hollow, à Toronto, a catalysé la lutte des syndicats pour la sécurité en Ontario et mené à l’adoption de la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, sur laquelle est fondée le Code canadien du travail.

    Les congés de maternité payés n’existent que depuis 1971, et encore, c’était pour une période très limitée et 66 % du salaire de la mère. C’est en 1980 que le syndicat canadien des travailleuses et travailleurs de la poste a tenu une grève de 42 jours et obtenu 17 semaines de congé pour les employés postaux partout au Canada. Depuis, les syndicats ont lutté pour gagner des congés d’adoption, des congés de paternité et des congés pour l’un ou l’autre parent; ils continuent également de négocier de meilleures conditions générales pour tous les travailleurs.

    Volontairement ou inconsciemment, un grand nombre de nos membres ne se considèrent pas comme partie prenante du mouvement syndical du fait qu’ils n’ont jamais participé personnellement à des actions collectives. Peut-être se voient-t-il comme des artistes indépendants sans lien avec un milieu de travail syndiqué. Rien n’est moins vrai, évidemment.

    Le secteur de la musique au grand complet dépend directement ou indirectement de la dynamique qui se joue entre la Fédération et la multitude d’employeurs de musiciens, des lieux de présentation et des restaurants aux théâtres, aux salles de concert ainsi qu’aux studios d’enregistrement et de radiodiffusion. Comme l’a souvent déclaré le président de la FAM, Ray Hair, les employeurs ne vous paient pas équitablement parce qu’ils vous aiment bien ou parce qu’ils sont gentils. Ils le font parce qu’ils ont peur de ce que vous feriez s’ils ne vous payaient pas – et ce « vous  » désigne les membres de la FAM, collectivement.

    Malheureusement, cette règle reste théorique si les musiciens s’éloignent de leur syndicat ou se laissent influencer et s’isolent de leurs collègues. L’éternelle stratégie consistant à diviser pour régner est exploitée partout. Les musiciens se font dire que quelqu’un d’autre fera le travail pour moins cher, ce qui crée une compétition sans fin à savoir qui travaillera pour le plus petit cachet. Les artistes se tirent dans le pied quand ils ne respectent pas les tarifs minimums établis dans les sections locales et les conventions collectives, et défont tout le travail accompli par la Fédération au fil de nombreuses années de négociations.

    Nous ne devons pas tenir pour acquis les sacrifices consentis par le mouvement ouvrier et le sang versé au cours du dernier siècle. Les générations précédentes se sont battues pour obtenir des salaires décents, de meilleures lois et conditions de travail, et la sécurité, ainsi que pour obliger les employeurs à prendre leurs responsabilités à l’égard de la santé et du bien-être de leurs travailleurs.

    Plutôt que de suivre cet exemple, de nombreux artistes sont si complaisants qu’ils acceptent toutes les demandes de leur employeur, se contentant d’occuper un « vrai » emploi le jour pour payer leurs factures et de se produire pour de la petite monnaie le soir venu. Quel message ce comportement envoie-t-il quant à la valeur de la musique vivante ? Ou pire encore, quant à votre valeur comme personne?

    La disparition des engagements de six soirs par semaine marque la fin d’une ère très lucrative, et la survie de la musique vivante comme carrière viable dépendra du degré de syndicalisation de la cohorte actuelle de musiciens. La densité syndicale dans le monde de la pige est une nécessité si l’on veut y obtenir des cachets équitables. Une scène fragmentée de musiciens indépendants ne sert que les intérêts des propriétaires de salles.

    Si vous connaissez des musiciens qui ne sont pas membres de la FAM, tenez cette difficile conversation avec eux. La solidarité est bénéfique pour nous tous, comme le démontrent les 150 ans du mouvement ouvrier. Le déni des bénéfices de la Fédération et de la valeur de l’union est voué à l’échec. Ne faisons pas fi des leçons de l’histoire.

    Read More




NEWS