Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM

Vice President from Canada

awillaert

Alan Willaert – AFM Vice President from Canada

    Building Upon Youth

    A recent three-day web meeting of the International Labour Organization (ILO) was especially interesting. It not only confirmed many of the assumptions we had about the impact of COVID internationally, but it revealed alarming similarities between countries that could not be more different socially or economically. Further, there was affirmation of the necessity for change in many aspects of how organized labour operates.

    Here are some take-away observations from the 160-country event:

    •Health and frontline workers are the categories of workers most affected by the COVID-19 crisis worldwide.

    •Self-employed and casual workers have been disproportionally hit due to the lack of protection and income replacement or savings, the precariousness of their employment relationship, and their exclusion from support measures.

    •Women, young people, migrant workers, refugees, and people with disabilities are the workers in the most vulnerable situations due primarily to the informal and precarious nature of the work performed, poor working conditions, exposure to violence and marginalization, and the lack of protection or support by public services.

    •Tourism, road and maritime transportation, aviation, construction, commerce, hospitality, manufacturing, and the entertainment sectors were the hardest hit by the COVID-19 outbreak, resulting in temporary suspension or stoppage of operations, restrictions in movement, border closures, serious risk of bankruptcy, and severe downturns with negative consequences on employment, the provision of services, and the availability of raw materials.

    Sound familiar?

    Meanwhile, bilateral interactions between governments and trade unions took place in 46 out of 133 countries/territories (34%). The topics negotiated included amendments to existing legislation in light of the COVID-19 crisis, retrenchment and unemployment benefits for workers who lost their jobs, income support for the self-employed and persons in need, additional benefits for health care workers, and necessary safety and health measures. Canada was one of the countries where our union was successful in obtaining benefits for those in the live music sector.

    The ILO reaffirmed that young workers are very important for the organization’s future. Unions must play a key role in shaping the global economy. However, the ability to reach young people through traditional methods is limited. The age gap, relative to taking up the issues, and negative rhetoric aimed at trade unions contribute to the reluctance of young people to join. Many perceive unions as only for seniors.

    In fact, millions of young women and men work in vulnerable conditions. In the public sector, there is a growing trend for gig work or contracting out of services. Many youth have little knowledge of their rights and even less ability to defend themselves. They know very little about unions or labour laws when they enter the workforce.

    Some identifiable challenges in organizing young workers:

    1)         Privatization: This issue threatens the existence of the public sector, particularly because of deteriorating working conditions. As a result, there is a depletion of the workforce. This factor must be addressed by public sector unions.

    2)         The Age Gap: Two-thirds of the world population is below 35 years old. One in five people is between 15 and 24 years old. However, in most countries, the younger generation is regarded as if it were a minority and the concept of seniority is highly valued. Young members are sometimes excluded from trade union activities and decision-making bodies, especially in international activities.

    3)         A Voice for Young Members in the Union: Policies and programmes are often incoherent regarding their commitment to youth. Forming youth committees so that young members feel engaged and part of the decision-making process is an important tool in building the capacity of youth so that they play an effective and meaningful role.

    4)         Commitment of Young Workers to the Union Movement: Many young members are unable to give their full commitment to union activities due to time constraints (with work and young families). There is an alarming trend among young people to avoid union activities. Interest and understanding in the union movement and its principles is declining. This generation has no investment in labour’s historical events.

    5)         Restriction on Organizing: Some national laws are not labour-friendly and discourage workers from joining unions.

    6)         Young Women: Young women are even more likely to be regarded as a minority and face the double whammy of being both female and young. Society traditionally differentiates the roles expected between genders, and especially those who are young and female. Worse, this extends to the workplace, where young people may feel like second-class members and be overlooked for important roles.

    From these challenges we can discern some key factors for organizing young workers. Many unions allocate a significant portion of their budget to organizing, since renewal is key to survival, and young workers represent renewal. There must be a commitment to engaging young workers and including them in all aspects of union policy and work, with emphasis on youth-to-youth strategies and campaigns.

    Setting annual quotas on initiating young members is an affirmative incentive. These new members should be provided with committees to give them both voice and participation in all aspects of governance. This integration will refresh the union to ultimately make it more attractive to the next generation as well as ensure strength and solidarity for the future.


    Place aux jeunes

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    L’Organisation internationale du Travail (OIT) a récemment tenu une rencontre Web de trois jours qui a été particulièrement intéressante. Elle a non seulement permis de confirmer ce que nous croyions déjà au sujet des effets de la COVID à l’échelle internationale, mais aussi de révéler des similitudes alarmantes entre des pays très différents socialement ou économiquement. De plus, on y a reconnu formellement l’importance la nécessité de revoir plusieurs aspects du fonctionnement de nos syndicats.

    Voici quelques observations à retenir de cet événement qui a réuni 160 pays :

    • Les travailleurs de la santé et de première ligne ont été les plus affectés par la crise de la COVID-19 à l’échelle mondiale.

    •Les travailleurs autonomes et les travailleurs temporaires ont souffert de façon disproportionnée en raison de l’absence de protection, de remplacement du revenu ou d’épargne, de la précarité de leur relation d’emploi et de leur exclusion des mesures de soutien.

    •Les femmes, les jeunes, les travailleurs migrants, les réfugiés et les personnes handicapées se retrouvent dans les situations les plus vulnérables en raison de la nature informelle et précaire du travail qu’ils effectuent, de leur exposition à la violence et à la marginalisation, et au manque de protection ou de soutien par les services publics.

    •Le tourisme, le transport routier et maritime, l’aviation, la construction, le commerce, l’hébergement, la fabrication et le divertissement sont les secteurs qui ont été les plus durement touchés par l’éclosion de COVID-19, entraînant suspensions ou arrêts temporaires des opérations, restrictions sur les déplacements, fermetures des frontières, risques sérieux de faillite et ralentissement sévère de l’économie avec des conséquences négatives sur l’emploi, la prestation de services et l’approvisionnement en matières premières.

    Cela vous semble familier?

    Entre-temps, il y a eu des discussions bilatérales entre les gouvernements et les syndicats de travailleurs dans 46 sur 133 pays ou territoires (34 %). Les négociations ont notamment porté sur des amendements législatifs se rapportant à la crise de la COVID-19, les compressions et les prestations de chômage pour les travailleurs qui ont perdu leur emploi, le soutien au revenu pour les travailleurs autonomes et les personnes dans le besoin, les bénéfices supplémentaires pour les travailleurs de la santé, et la nécessité de mesures additionnelles en matière de sécurité et de santé. Le Canada compte parmi les pays dont le syndicat a réussi à obtenir des prestations pour ses travailleurs de la musique vivante.

    L’OIT a réaffirmé l’importance des jeunes travailleurs pour l’avenir de notre organisation. Les syndicats doivent jouer un rôle clé dans le façonnement de l’économie mondialisée. Toutefois, les moyens traditionnels pour établir le contact ne suffisent pas avec les jeunes. L’écart des générations lorsqu’il s’agit de se saisir des préoccupations et la rhétorique négative visant les syndicats de travailleurs contribuent à la réticence des jeunes à joindre nos rangs. Ils sont nombreux à penser que les syndicats, c’est seulement pour les vieux.

    En réalité, des millions de jeunes, femmes et hommes, travaillent dans des conditions précaires. Dans le secteur public, la tendance est au travail à contrat ou à la sous-traitance des services. De nombreux jeunes sont peu informés de leurs droits et ne savent pas comment se défendre. Au moment où ils entrent sur le marché du travail, ils sont peu familiers avec les lois qui le régissent ou avec les syndicats de travailleurs.

    Voici certains défis que nous aurons à relever pour réussir à syndiquer les jeunes :

    1)         La privatisation : Elle menace l’existence du secteur public, surtout à cause de la détérioration des conditions de travail. Il s’ensuit une déperdition de main-d’œuvre. Cet enjeu relève des syndicats du secteur public.

    2)         La différence d’âge : À l’échelle mondiale, les deux tiers de la population est âgée de moins de 35 ans, et une personne sur cinq, a de 15 à 24 ans. Pourtant, dans la plupart des pays, les jeunes sont considérés comme une minorité, et l’ancienneté est fortement valorisée. Les jeunes membres sont parfois exclus des activités syndicales et des instances décisionnelles, surtout lorsque ces activités sont d’ordre international.

    3)         Une voix pour les jeunes dans les syndicats : Les politiques et les programmes des syndicats manquent souvent de cohérence en ce qui a trait aux jeunes. Former des comités de jeunes afin qu’ils se sentent investis et partie prenante du processus décisionnel permet de renforcer leurs compétences afin qu’ils puissent jouer un rôle significatif et effectif au sein de leur syndicat.

    4)         L’engagement des jeunes travailleurs envers le mouvement syndical : De nombreux jeunes membres ne peuvent pas s’engager pleinement dans les activités syndicales par manque de temps (travail, jeunes familles). D’ailleurs, on constate une tendance alarmante parmi eux à éviter les activités syndicales. L’intérêt envers le mouvement syndical et la connaissance de ses principes est en déclin, et la génération actuelle ne se sent pas concernée par les événements historiques du mouvement syndical.

    5)         Les restrictions en matière de syndicalisation : Certaines lois nationales ne sont pas favorables aux travailleurs et les découragent de se joindre aux syndicats.

    6)         Les jeunes femmes : Les jeunes femmes risquent encore plus d’être considérées comme une minorité et sont donc confrontées au double désavantage d’être à la fois femmes et jeunes. Traditionnellement, la société a des attentes différentes selon le genre, particulièrement en ce qui concerne les personnes jeunes et de sexe féminin. Pire encore, cela se transpose dans le milieu du travail où la jeune personne se sent comme une citoyenne de seconde zone et n’est jamais considérée pour les rôles importants.

    De ces défis, nous pouvons dégager certaines clés pour la syndicalisation des jeunes travailleurs. En effet, de nombreux syndicats allouent une part importante de leur budget au recrutement, car il est essentiel pour la survie, et les jeunes travailleurs représentent le renouvellement. Il faut travailler à intéresser les jeunes travailleurs et à les inclure dans tous les aspects des activités et des politiques des syndicats, en mettant l’accent sur des stratégies et des campagnes par et pour les jeunes.

    Établir des quotas annuels en regard de l’initiation de jeunes membres est un bon incitatif. Il faudrait offrir des comités à ces jeunes pour leur donner une voix et leur permettre de participer à tous les aspects de la gouvernance. Cette intégration permettra de rajeunir les syndicats afin ultimement de les rendre plus attrayants pour la prochaine génération et d’en assurer la vigueur et la solidarité pour le futur.

    Read More

    The Social Safety Net (and Other Political Foolery)

    The Canada Recovery Benefit (CRB) ended October 23, 2021. CRB was a continuation of the Canada Emergency Recovery Benefit (CERB), first implemented April 2020, only weeks after the COVID-19 Pandemic was declared. A lifesaver for millions, the benefit saw an estimated 8.5 million Canadians accessing the $2000 per month within the first four months.

    Between September 2020 and July 2021, the CRB paid out $1,000 (minus taxes) every two weeks, but the amount was lowered in July 2021 to $600. The annual CRB cap was $6,000. Popular and much needed, about 880,000 people drew on the CRB during its last two-week pay period, ending October 23, 2021.

    With both programmes, a person had to earn at least $5,000 in the year before the pandemic to be eligible and they could not quit their job and collect. Despite these limits, CERB and CRB proved superior to traditional employment insurance, by supporting many thousands of independent contractors and gig workers. Understandably, the experience has rekindled debate about what a real safety net should be, an example of which is universal basic income.

    So … why did the Employment Insurance (EI) system fail?

    With 3 million jobs lost in March and April 2020, and another 2.5 million workers with hours cut, EI was incapable of meeting the demands of the largest loss of jobs in history. Couldn’t the EI application be streamlined and conditions for access waived, or is it inflexible and unadaptable? Apparently the former, since a parallel system to deliver benefits had to be created in order to respond quickly enough. But if EI is broken for working people that means it’s functioning as intended in the eyes of the business class.

    Originally called Unemployment Insurance, when it came into effect in 1940, it reflects the compromise struck between the federal government, provincial governments, business interests, and organized labour, with funding through contributions from workers, employers, and the federal government. In the early 1970s roughly 95% of unemployed workers were eligible for UI, with a wage replacement at 75%, providing the workforce with significant bargaining leverage and halting the wage race to the bottom.

    It wouldn’t last. New organizations like the Business Council on National Issues (now the Business Council of Canada) countered with relentless propaganda against labour. Fed up with the shaky post-war “compromise,” they now demanded rollbacks in every sector, from public healthcare spending to corporate taxes to UI, with the wage replacement rate falling to 60% and penalties lengthened for those who quit, were fired, or refused to accept “suitable” employment.

    The 1990 recession prompted the Mulroney Conservatives to ram through further destructive changes, initially by curtailing federal contributions. Next, anyone quitting, fired for cause, or refusing to accept offered employment was deemed ineligible altogether. The wage replacement rate fell to 57%.

    By 1993, eligibility for the (now renamed) EI plummeted to 49% of those unemployed, bottoming out at 39% under Stephen Harper in 2012, and resulting in the working majority being forced to accept lower pay and dead-end jobs to make ends meet. The consequence, suddenly, was ballooning numbers of people on welfare. But make no mistake—this was by the design of business, which created the phrase “culture of dependency” and spread stories of laziness and a spoiled working class, supported by provincial conservatives claiming welfare fraud.

    Work-for-welfare programmes were introduced, along with fraud snitch lines, special benefits for single mothers were scrapped, and the rates were slashed and frozen. The two assistance programmes, which together formed the social safety net, suddenly pivoted against workers and were structured to deny and dissuade applications, rather than provide a means of securing employment.

    By the late 1990s, EI eligibility was so ineffective that more money was collected than paid out. However, the surplus was not banked for future catastrophes like the 2020 pandemic, but cycled back into federal government revenues to finance tax cuts for the rich and reducing employer EI contributions. By 2010, the surplus reached $57 billion. The Quebec union federation CSN brought a challenge that was predictably lost due to a conservative-appointed Supreme Court.

    Now, with the end of the CERB/CRB, conditions are almost back to prepandemic days, with two important notes. First, COVID has caused acknowledgement of the 15% of the workforce that is referred to as the “gig economy” and the desperation triggered by exclusion from EI. While changes are coming in January 2023, the fact remains that business encourages the classification of independent contractors, which is nothing but a union-busting tactic due to the provincial jurisdiction of labour laws. Second is the obvious need for a stronger social safety net, but achieving change will require the militancy and perseverance seen in the 1930s.

    While a universal basic income (UBI) in many ways provides a comprehensive alternative by eliminating the need for so many other departments (and their costly infrastructures), there are dangers. Many right-wingers advocate for UBI, and would support providing subsidies to encourage spending, while challenging the need for social programmes and public sector unions. A subsidy is of little value, if coupled with the demise of universal healthcare, public transit, libraries, free education, and rent controls. The trick will be executing what is right for society without allowing business to erode the achievements of more than 100 years of labour’s blood, death, and sacrifice.

    On a more positive note, we are at that time of the year dedicated to peace, love, and joy for family and friends. Regardless of how you celebrate, please take the time to reach out to one another with understanding and respect. May the new year be happy, healthy, and prosperous for all.

    Le filet de protection sociale (et autres sottises politiques)

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    La Prestation canadienne pour la reprise économique (PCRE) s’est terminée le 23 octobre 2021. Elle avait pris le relais de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), instituée en avril 2020, quelques semaines à peine après la déclaration de la pandémie de COVID-19. Véritable bouée de sauvetage, on estime à 8,5 millions le nombre de Canadiens qui ont accédé aux 2000 $ par mois du programme au cours de ses quatre premiers mois.

    Entre septembre 2020 et juillet 2021, la PCRE donnait droit à 1000 $ (moins l’impôt) toutes les deux semaines, mais a été réduite à 600 $ en juillet 2021. La limite annuelle de la PCRE a été fixée à ٦٠٠٠ $. Très populaire et répondant à un réel besoin, environ ٨٨٠ ٠٠٠ personnes en ont bénéficié au cours de la dernière période de paye de deux semaines qui se terminait le 23 octobre 2021.

    Une personne qui voulait bénéficier de l’un ou l’autre des deux programmes devait avoir gagné au moins 5000 $ dans l’année précédant la pandémie, et ne pouvait pas quitter son emploi et ensuite collecter. En dépit de ces limites, la PCU et la PCRE se sont avérées supérieures à l’assurance-emploi traditionnelle, captant plusieurs milliers d’entrepreneurs indépendants et de travailleurs autonomes. Il n’est pas étonnant que l’expérience ait relancé le débat sur ce que devrait comprendre un véritable filet social, par exemple un revenu universel de base.

    Alors … pourquoi l’assurance-emploi (AE) a–t-elle échoué ?

    Il y a eu 3 millions de pertes d’emploi en mars et avril 2020, et un autre 2,5 millions de travailleurs ont perdu des heures de travail; l’AE n’a pas pu répondre aux exigences de la plus importante perte d’emplois de notre histoire. La demande d’AE ne pourrait-elle pas être simplifiée et certaines conditions d’accès abandonnées ou est-ce que le programme est trop rigide pour qu’on puisse l’adapter? Selon toute apparence, c’est la première des deux réponses qui est la bonne puisqu’il a fallu instituer un système parallèle pour livrer des prestations suffisamment rapidement. Mais si l’AE est dysfonctionnelle pour les travailleurs, c’est qu’elle fonctionne bien du point de vue du monde des affaires.

    Appelée assurance-chômage (AC) au moment de son entrée en vigueur en 1940, elle reflète le compromis intervenu entre les gouvernements fédéral et provinciaux, le milieu des affaires et les syndicats, dont le financement était assuré l’entremise de contributions des travailleurs, des employeurs et du gouvernement fédéral. Au début des années 1970, environ 95 % des chômeurs étaient admissibles à l’AC, et le taux de remplacement de la rémunération était de 75 %, offrant à la main-d’œuvre un levier de négociation significatif qui a permis de mettre fin à la course à l’abîme des salaires.

    Cela n’a pas duré. De nouvelles organisations telles que le Conseil canadien des chefs d’entreprise (devenu le Conseil canadien des affaires) ont riposté par une incessante propagande antisyndicale. Lassés du « compromis » chancelant d’après-guerre, les gens d’affaires ont demandé des réductions dans tous les domaines, des dépenses de santé publique à l’impôt sur les sociétés et à l’AC. Le taux de remplacement du revenu a chuté à ٦٠ ٪ et les périodes de pénalité se sont allongées pour quiconque quittait son emploi, était congédié ou refusait un emploi « convenable ».

    La récession de 1990 a incité les conservateurs de Mulroney à adopter d’autres changements à toute vapeur, d’abord en limitant les contributions du fédéral. Ensuite, quiconque démissionnait, faisait l’objet d’un congédiement justifié ou refusait n’importe quel emploi offert était tout simplement considéré inadmissible. Le taux de remplacement des salaires est tombé à 57 %.

    En 1993, la proportion des chômeurs admissibles à l’AE – son nouveau nom – a chuté à 49 % et même jusqu’à 39 % sous Stephen Harper en 2012, forçant la majorité des travailleurs à accepter des salaires moindres et des emplois sans avenir afin de joindre les deux bouts. Le nombre de prestataires de l’aide sociale a soudainement explosé. Mais n’en doutez pas, c’était à dessein. Les gens d’affaires ont créé l’expression « attitude de dépendance » et ont propagé des histoires d’employés paresseux et capricieux, appuyés en cela par les conservateurs provinciaux qui criaient à la fraude de l’aide sociale.

    On a introduit des programmes d’assistance travail ainsi que des lignes de dénonciation, les prestations spéciales pour mères monoparentales ont été abolies, et les taux ont été coupés et gelés. Les deux programmes d’aide qui formaient le filet de protection sociale ont soudainement pivoté contre les travailleurs; ils ont été structurés de manière à ce que les demandes soient refusées, et même à dissuader les gens d’en faire, plutôt qu’à leur offrir un moyen de trouver un emploi.

    À la fin des années 1990, l’admissibilité à l’AE était tellement réduite que la caisse collectait plus d’argent qu’elle n’en versait. Toutefois, les surplus n’ont pas été conservés en vue de catastrophes futures comme la pandémie de 2020, mais plutôt intégrés aux revenus du gouvernement fédéral pour financer des baisses d’impôts aux riches et réduire les contributions des employeurs à l’AE. En 2010, le surplus avait atteint 57 milliards de dollars. La CSN, une fédération de syndicats québécois, a contesté cette gestion, mais, comme on pouvait s’y attendre, a perdu sa cause devant une Cour suprême nommée par les conservateurs.

    La PCU et la PCRE terminées, les conditions du marché sont revenues à peu près à ce qu’elles étaient avant la pandémie. Notons tout de même deux points importants. Le premier, c’est que la COVID a fait reconnaître le 15 % de la main-d’œuvre qui est soumise à ce qu’on appelle « l’économie à la demande », et le désespoir que suscite l’exclusion de l’AE. Bien que des changements soient annoncés pour janvier 2023, il reste que le milieu des affaires appuie la classification d’entrepreneur indépendant. Ce n’est rien d’autre qu’une tactique antisyndicale rendue possible par les lois du travail des provinces. Le deuxième point, c’est qu’il nous faut clairement un filet de protection sociale plus fort. Pour l’obtenir, il va falloir autant de militantisme et de persévérance que dans les années 1930.

    Bien qu’un revenu de base garanti (RBG) soit une option intéressante à beaucoup d’égards, notamment parce qu’il éliminerait tant d’autres ministères et leurs coûteuses infrastructures, il comporte des dangers. En effet, beaucoup d’intervenants de la droite sont en faveur d’un RBG, et appuieraient des subventions pour encourager les dépenses, tout en contestant les programmes sociaux et les syndicats du secteur public. Une subvention ne vaut pas grand-chose si elle est assortie du démantèlement de l’assurance-maladie universelle, du transport collectif, des bibliothèques, de l’éducation gratuite et du contrôle des loyers. L’astuce consistera à effectuer ce qui est bon pour la société sans permettre au monde des affaires d’éroder les accomplissements de plus de 100 ans de sacrifices, de sang et de morts de travailleurs.

    Sur une note plus positive, nous sommes à l’époque de l’année qui est dédiée à la paix, l’amour et la joie pour nos familles et nos amis. Quelle que soit votre façon de célébrer, je vous en prie, prenez le temps de tendre la main les uns aux autres avec compréhension et respect. Que la nouvelle année vous apporte bonheur, santé et prospérité.

    Read More

    Look Out, Spotify, the Clock’s Ticking

    It’s not a secret that streaming companies and record labels profit colossally, some would say blasphemously, from the consumption of music, while artists are left savouring mere pennies. It follows as no surprise that the aforementioned entities are loathe to divulge information on how the artists’ share is calculated.

    In the United Kingdom, an influential group of lawmakers, along with various artists, have been pushing for a reset of the business model, much to the coffee-spitting alarm of big tech companies like Spotify, Amazon, and Apple. Since last October, testimony was heard from at least 100 artists, record labels, producers, and the maleficent streaming companies by the Department for Digital, Culture, Media, and Sport Committee. Their findings were exactly as suspected—musicians and songwriters make “pitiful” returns, if they make anything at all. To exacerbate things further, the clandestine deals between record labels and streaming services are subject to nondisclosure agreements, further creating an environment of opacity.

    UK musical artists earned, on average, £23,059 ($31,963) in 2018, (the median annual income in the country is just under £30,000), but 92% of these artists estimated that less than 5% of their income comes from streaming, according to a survey by the Ivors Academy of Music Creators. Star power means very little in this context, as Nadine Shah, a singer-songwriter whose third album was nominated for the prestigious Mercury prize, lamented, “I am in a position now where I am struggling to pay my rent.”

    The same cannot be said for the streaming services, who in 2019 hoarded $11.2 billion out of the music industry’s $20 billion revenue, sparking profiteering investors to devote hundreds of millions to obtain the rights to stars’ catalogues.

    So, how do streaming services pay artists? Officially, 30 seconds of streaming a song is deemed a “play.” Estimates are that between 30-35% of gross revenue is retained by the service. On a monthly basis, each label’s song plays are tallied, with a payout based on an agreed-upon percentage. The lion’s share of those earning are retained by the label, with a barely-detectable morsel begrudgingly sprinkled among the artists.

    Is the distribution accurate? Ostensibly, all parties must trust each other, as well as the algorithm that selects/serves the music. Neither the artist nor the label has access to the algorithm’s workings, but they do have a legal right to audit the service’s reporting. Colin Young, a music accountant, told the committee, “I am constantly met with much resistance and there are always reasons why [the data] is not available.”

    When audits do happen, music creators often find evidence of underreported song plays and money that should have been paid out but wasn’t. In his statement to the committee, musician Nile Rogers testified, “Every single time—and I’m not making this up for dramatic or comedic purposes—I have audited a label, I have found money … sometimes a staggering amount.”

    The committee further confirmed that musicians, especially those who are not household names, depend on live performance for more than 70% of their income—a revenue stream that dried up entirely courtesy of the pandemic.

    But what about copyright? If you listen to the companies, deciding how to apportion revenue is difficult because no one can figure out what a streamed song is, exactly. Is it a sale, the way customers bought CDs? Is it a rental of a song for a period of time? “It’s hard to find analogs in the physical world of what streaming is,” Horacio Gutierrez, Spotify’s chief legal officer, told the committee.

    That committee, in its report, backed a different model, closer to radio broadcast or DVDs rented from libraries. Under UK copyright law, this would result in a more equitable scenario, splitting revenues 50:50 between the artists and record labels. Last April, more than 230 leading musicians, including Paul McCartney, Sting, Kate Bush, and Lily Allen, endorsed a letter to Prime Minister Boris Johnson recommending this approach.

    Since 2006, Spain has been using a model where a collective management organization (CMO) obtains royalty payments directly from streaming services for disbursement to artists and songwriters. The viability of this is also under discussion in Canada, as various stakeholders weigh in on what should be the appropriate methodology of getting artists paid.

    Of course, restoring a fair balance of revenues will chase away venture capitalists, who were used to cashing in on unregulated profits. That will, in all likelihood, increase subscription fees. Regardless, forcing transparency along with reporting accuracy will enable a system to emerge that will increase the artists’ share. And that can’t come soon enough.


    Gare à vous, Spotify, votre règne achève

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    Ce n’est un secret pour personne que les sociétés de diffusion en continu et les maisons de disques tirent des profits colossaux, voire indécents diraient certains, de la consommation de musique pendant que les artistes, eux, ne reçoivent que des miettes. Il s’ensuit, sans surprise, que lesdites entreprises se montrent réticentes à divulguer leurs méthodes de calcul de la part qui revient aux artistes.

    Au Royaume-Uni (R.-U.), un groupe influent de législateurs en collaboration avec divers artistes milite en faveur d’une refonte du modèle d’affaires, alarmant les grandes sociétés technologiques telles que Spotify, Amazon et Apple dont les dirigeants doivent s’étouffer dans leur café. Depuis octobre dernier, le comité du ministère britannique pour le numérique, la culture, les médias et le sport a entendu les témoignages d’au moins 100 artistes, maisons de disques, producteurs et entreprises malfaisantes de diffusion en continu. Les conclusions du comité confirment ce que nous soupçonnions déjà : les musiciens et les auteurs-compositeurs reçoivent des montants « pitoyables », s’ils en reçoivent même. Ce qui aggrave encore la donne, c’est que les ententes clandestines entre les maisons de disques et les services de diffusion en continu font l’objet d’accords de non-divulgation, ajoutant à l’opacité de la situation.

    En 2018, les musiciens du R.-U. ont gagné £23,059 ($31,963) en moyenne, (le revenu annuel médian au pays est d’un peu moins de £30,000), mais selon une enquête menée par les Ivors Academy of Music Creators, 92 % de ces artistes ont estimé que la diffusion en continu ne représentait que 5 % ou moins de leurs revenus. Le fait d’être une vedette n’a que bien peu de poids dans ce contexte se plaint Nadine Shah, une auteure-compositrice dont le troisième album été mis en nomination pour le prestigieux prix Mercury : « je peine à payer mon loyer ».

    On ne peut certainement pas dire la même chose des services de diffusion en continu qui, en 2019, ont accaparé 11,2 milliards de dollars des 20 milliards de revenus de l’industrie de la musique dans son ensemble, poussant les investisseurs à la recherche de profits exorbitants à engager des centaines de millions de dollars pour obtenir les droits sur les catalogues de musiciens connus.

    Alors, comment les services de diffusion en continu paient-ils les artistes au juste? Officiellement, 30 secondes de diffusion d’une chanson constituent une écoute. On estime que le service de diffusion retient entre 30 et 35 pour cent du revenu brut qu’il en tire. Les écoutes de chaque maison de disques sont comptabilisées mensuellement et payées selon un pourcentage qui a été convenu d’avance. De ce montant, la part du lion revient à la maison de disques et une portion à peine détectable est cédée, à contrecœur, aux artistes, et saupoudrée parmi eux.

    Est-ce que les sommes distribuées sont justes? Les parties doivent se faire mutuellement confiance de même qu’à l’algorithme qui sélectionne et sert la musique. Ni l’artiste, ni la maison de disques n’a accès aux opérations de l’algorithme, mais ils ont le droit légalement de vérifier les rapports financiers du service de diffusion. Colin Young, un comptable spécialiste de la musique, a affirmé au comité : « on m’oppose constamment une résistance, et il y a toujours des raisons pour lesquelles [les données] ne sont pas accessibles ».

    Lorsque les vérifications ont bel et bien lieu, les créateurs de musique découvrent souvent que le nombre d’écoutes rapportées est sous-estimé et qu’en conséquence, ils n’ont pas reçu des sommes qui leur étaient dues. Le musicien Nile Rogers a déclaré au comité que « chaque fois – et je n’invente pas cela pour dramatiser ou vous jouer la comédie – chaque fois que j’ai fait une vérification dans une maison de disques, j’ai trouvé de l’argent, parfois un montant stupéfiant ».

    Le comité a également confirmé que les musiciens, surtout ceux qui ne sont pas très connus, dépendent de leurs spectacles pour plus de 70 % de leurs revenus, une source qui s’est complètement tarie à cause de la pandémie.

    Alors, qu’en est-il du droit d’auteur? Si vous écoutez les sociétés, décider comment répartir les revenus est difficile parce que personne n’arrive à déterminer exactement ce qu’est une chanson diffusée en continu. S’agit-il d’une vente au même titre que l’achat d’un CD? Est-ce une location d’une chanson pour une durée déterminée ? « Ce n’est pas facile de trouver des analogies de la diffusion en continu dans le monde physique », a indiqué au comité Horacio Gutierrez, conseiller juridique principal de Spotify.

    Dans son rapport, le comité a appuyé un modèle différent, plus près de celui de la radiodiffusion ou de la location de DVD dans une bibliothèque. Aux termes de la loi sur le droit d’auteur du Royaume-Uni, il en résulterait un scénario plus équitable avec un partage égal des revenus entre les musiciens et les maisons de disques. En avril dernier, plus de 230 musiciens très en vue, y compris Paul McCartney, Sting, Kate Bush et Lily Allen, ont cosigné une lettre au premier ministre Boris Johnson recommandant cette approche.

    Depuis 2006, dans le modèle qui a cours en Espagne, une organisation de gestion collective reçoit les redevances directement des services de diffusion en continu et les verse aux artistes et auteurs-compositeurs. La viabilité de ce modèle fait l’objet de discussions au Canada aussi, où les diverses parties prenantes font valoir leurs points de vue sur la meilleure façon de faire en sorte que les musiciens soient payés.

    Évidemment, rétablir une répartition équitable des revenus fera fuir les détenteurs de capital de risque qui ont l’habitude d’encaisser des profits échappant à toute réglementation. Il est fort probable qu’il s’ensuivra une augmentation des tarifs d’abonnement. Peu importe, exiger la transparence et l’exactitude dans la tenue de comptes permettra qu’émerge un système dans lequel la part dévolue aux artistes sera bonifiée. Et ce ne sera pas trop tôt.

    Read More

    Border Crossing in the COVID Era

    by Liana White, Executive Director, AFM Canadian Office

    Finally, as of November 8, the US-Canada land borders are officially reopened for all types of travelers. The US border (by air, land, and sea) was open throughout COVID for essential workers (US visa holders). The issue for visa holders wasn’t so much getting across the border, but it was closed venues, no one engaging musicians, and overall concerns about live performance in public venues. In addition, people were afraid to travel in the height of the pandemic.

    The recent land border announcement is mostly specific to nonessential (pleasure/vacation) travelers to the US, as long as they are fully vaccinated with a vaccine recognized by the US government (see list below). We can also confirm that anyone who received mixed doses of the vaccine will be permitted. As of January 2022, everyone, including essential workers, must be fully vaccinated. Currently, essential workers can enter via land and seaports without being fully vaccinated. Air travel to the US requires everyone to be vaccinated, essential worker or not.

    Upon return to Canada (by air), musicians must present a negative test that is no more than 72-hours old. In a nutshell, as of January 2022, atop visa fees and securing work, one must now be vaccinated, should they wish to tour in the US.

    Visa Processing

    In other news, we have recently had to increase the recommended processing time from 60 days to 90 days. While some petitions are still approved within a 45 to 60-day period, some petitions are taking more than 60 days. Allowing 90 days processing time will most likely ensure success in receiving approval in time for entry.

    Also, in respect of the constantly moving target of processing times and the overall process, we continue our lobbying efforts to see a reduction in the times and some of the red tape. There were many changes to the USCIS processing system during the last administration, some of which are being corrected and/or changed under the new administration. We also understand that the USCIS is short-staffed. These factors impact the time and general administrative process of obtaining a P-2 and all other classifications of artist visas.

    FDA, CDC, WHO Approved and Authorized Vaccines:

    • Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine—FDA-authorized (labeled as COMIRNATY in European Union), two doses for adults and adolescents 12 to 15 years old
    • Moderna COVID-19 Vaccine—FDA-authorized, two doses for persons 18 years and older
    • Johnson & Johnson’s Janssen COVID-19 Vaccine: FDA-authorized (labeled as Janssen-Cilag in European Union), one dose for persons 18 years and older
    • AstraZeneca COVID-19 Vaccine—WHO-listed (labeled as COVISHIELD in Canada and others, labeled as AstraZeneca/SKBio in Republic of Korea), two doses for persons 18 years and older
    • Sinopharm BIBP COVID-19 Vaccine— WHO-listed, two doses for persons 18 years and older
    • Sinovac-CoronaVac COVID-19 Vaccine—WHO-listed, two doses, for persons 18 years and older


    Traverser la frontière à l’ère de la COVID

    par Liana White, directrice générale, Bureau canadien de la FAM

    Oui, les frontières terrestres entre le Canada et les États-Unis sont officiellement rouvertes pour tous les voyageurs en date du 8 novembre. Notons que, pour les travailleurs essentiels, c’est-à-dire tout détenteur d’un visa des États-Unis, les frontières tant aériennes que terrestres et maritimes sont restées ouvertes tout au long de la COVID. Pour ces personnes, le problème ne concernait pas tant la traversée elle-même que la fermeture d’un grand nombre de lieux de présentation, l’absence d’engagements pour les musiciens et les préoccupations générales relatives aux prestations live devant public. À cela s’ajoutait la crainte de voyager au plus fort de la pandémie.

    L’annonce récente relative aux frontières terrestres vise principalement les voyages non essentiels des touristes et des vacanciers, en autant que ces derniers soient vaccinés avec l’un des vaccins reconnus par le gouvernement des États-Unis (voir la liste ci-dessous). Nous pouvons également confirmer que toute personne qui aura reçu des doses de vaccin mixtes sera admise. Toutefois, à compter de janvier 2022, tous devront être pleinement vaccinés, y compris les travailleurs essentiels. Actuellement, les travailleurs essentiels peuvent entrer aux États-Unis sans être pleinement vaccinés, mais seulement par voie terrestre ou maritime. Les voyages aériens aux États-Unis ne sont autorisés qu’aux personnes pleinement vaccinées, travailleurs essentiels ou non.

    Pour leur retour au Canada (par voie aérienne), les musiciens doivent présenter un test négatif administré au plus 72 heures avant. Pour résumer, en plus de devoir acquitter des frais de visa et trouver du travail, d’ici janvier 2022, il faudra être pleinement vacciné pour pouvoir effectuer des tournées aux États-Unis.

    Traitement des visas

    Par ailleurs, nous avons récemment dû allonger de 60 à 90 jours le délai à prévoir pour le traitement des demandes de visa. En effet, bien que certaines demandes soient encore approuvées dans les 45 à 60 jours, plusieurs autres ont mis plus de temps à nous parvenir. Prévoir 90 jours devrait vous assurer de recevoir votre approbation à temps pour votre départ vers les États-Unis.

    Également, compte tenu des variations constantes dans les délais de traitement et dans l’ensemble du processus, nous avons maintenu nos pressions en vue d’une réduction de ce temps d’attente et de la lourdeur bureaucratique à laquelle nous sommes confrontés. Il y a eu beaucoup de modifications dans le système de traitement des services frontaliers américains (USCIS) sous l’administration précédente, dont certaines sont en cours de correction ou de changement sous la nouvelle administration. En plus de tout cela, les USCIS manquent de personnel, ce qui affecte le délai et le processus administratif général liés à l’obtention d’un visa P2 ou de tout autre visa d’artiste.

    Vaccins approuvés et autorisés par la Food and Drug Administration (FDA), les Centers for Disease Control (CDC) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) :

    • Vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech — autorisé par la FDA (sous étiquette COMIRNATY dans l’Union européenne), 2 doses, pour les adolescents âgés de 12 à 15 ans
    • Vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech (COMIRNATY) — autorisé par la FDA, 2 doses, pour les personnes âgées de 16 ans ou plus
    • Vaccin COVID-19 de Moderna — autorisé par la FDA, 2 doses, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus
    • Vaccin COVID-19 Janssen de Johnson and Johnson—autorisé par la FDA, (sous étiquette Janssen-Cilag dans l’Union européenne), 1 dose, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus
    • Vaccin COVID-19 d’AstraZeneca — autorisé par l’OMS (sous étiquette COVISHIELD au Canada et dans d’autres pays, sous étiquette AstraZeneca/SKBio dans la République de Corée), 2 doses, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus
    • Sinopharm BIBP COVID-19 Vaccine—autorisé par l’OMS, 2 doses, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus
    • Sinovac-CoronaVac COVID-19 Vaccine — autorisé par l’OMS, 2 doses, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus

    Read More

    Big Tech’s Big Fight

    More and more, artists are tiring of the notion that platforms such as Spotify pay a ridiculous 3/100 of a cent per stream. And, because of the way payout is weighted, the majority of the money goes to only the most heavily streamed artists. This is part of the “value gap.” Online content sharing platforms obtain unreasonable value from enabling their users to share copyright content, without ensuring that the underlying rights holders receive their share.

    So, how do they get away with this? The primary culprit is the “safe harbour” provision in copyright law, which recognizes that it is very difficult for online service providers to screen each post by a user to make sure the post does not infringe a copyright. Thus, it is easy for the providers to inadvertently (or deliberately in many cases) host an infringing work. To date, companies like YouTube and Google have been given a free pass to exhibit copyright content, unless the rights holder has specifically requested it be taken down. If there is noncompliance, it’s up to the rights holder to file a lawsuit. However, placing the onus on artists and creators to monitor the entire internet for occurrences of their content is next to impossible.

    Big tech spends millions lobbying to ensure the laws don’t change (which would make them more culpable), allowing them to continue their exploitation of artists and expropriation of intellectual property. Will it ever change?

    In a perfect world, there is a balance between creators, platforms, and users. However, new technology has always triggered an absolute rejection of authority. Laws are slow to catch up with the piracy and corporate greed that inevitably ensue. Big tech will continue to exploit creators until lawmakers respond to sufficient public outcry.

    Enter the European Union (EU) Copyright Directive, specifically Article 17. In a first step to level the playing field, Article 17 was passed in 2019, and is in the process of making its way into the laws of each participant country.

    Representing an unprecedented shift in liability for copyright infringement toward content-sharing platforms, Article 17 of the Copyright Directive stands to replace the safe harbor with a major overhaul of the rules for online platforms. Rather than relying on rights holders to monitor the internet for infringing content and submit takedown notices, Article 17 saddles online content-sharing service providers with affirmative obligations, forcing internet services to be far more cautious in the content they allow users to post.

    Article 17 imposes three main obligations on internet services. First, they are required to make “best efforts” to obtain licenses from rights holders for content appearing on their sites, including when that content is posted by their users. Second, Article 17 requires all but the newest, smallest internet services to use “best efforts to ensure the unavailability of specific works” identified by rights holders. For example, a record label could provide a social media company with a library of copyright tracks that the company would then be required to block from being posted.

    The third requirement, which also applies to all but the newest, smallest internet services, mandates those services to make “best efforts” to block future uploads of content that has previously been removed pursuant to a takedown notice. This will force internet services to implement filters to check every piece of content uploaded against a database of known copyright works. If the upload matches, it must be blocked.

    The directive did not pass easily. Big tech has spent millions, employed robocalls, and spread false rumors that user rights would be violated and freedom of expression curtailed. They have employed various buzzwords and scare tactics, which were relatively effective, evidenced by the 100,000 people who marched in Germany to oppose the law. Politicians were threatened with suggestions that support of the directive would lead to them not being re-elected.

    If this all sounds familiar, think about the recent tactics employed by the conservative party, in their zeal to torpedo Bill C-10, which at its core was all about regulating big tech and obligating them to the same rules as traditional broadcasters. If all of this is mind-boggling, all you have to do is follow the money. That always tells the story.

    As of June 7, there are 23 countries who have yet to implement a national version of the directive into law, which will spark legal action by the European Commission. These countries are France, Spain, Italy, Austria, Belgium, Bulgaria, Croatia, Cyprus, the Czech Republic, Denmark, Estonia, Greece, Finland, Ireland, Lithuania, Luxembourg, Latvia, Poland, Portugal, Romania, Sweden, Slovenia, and Slovakia. They have two months to respond to the commission or receive a warning. The next step is a referral to the EU’s top court in Luxembourg. The EU executive has asked France, Spain, and the 19 other EU countries to explain why they missed a June 7 deadline to enact separate copyright rules for online transmission of radio and TV programmes.

    Changing mindsets is time consuming, revising laws even more so. The good news is that the mistreatment of artists is finally on the radar, and hopefully other countries will follow suit.


    Respect du droit d’auteur : le grand combat des GAFAM

    par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

    De plus en plus d’artistes en ont assez de voir les plateformes comme Spotify leur verser un ridicule trois centièmes de cent par diffusion. De plus, la formule de pondération des redevances fait en sorte que l’argent va en grande partie aux artistes les plus écoutés. Cette situation contribue à l’« écart de valeur ». En effet, les plateformes de partage de contenu en ligne retirent une valeur démesurée du partage par leurs utilisateurs des œuvres protégées par le droit d’auteur du fait qu’elles ne s’assurent pas que les titulaires de droits touchent leur juste part.

    Si elles peuvent agir ainsi sans subir de conséquences, c’est principalement en raison des dispositions d’exemption de responsabilité (safe harbour) prévues dans les lois sur le droit d’auteur. Celles-ci reconnaissent en effet qu’il est très difficile pour les fournisseurs de services en ligne de vérifier chaque message publié par un utilisateur pour s’assurer qu’il n’y a pas violation du droit d’auteur. Les fournisseurs peuvent donc héberger par inadvertance (ou délibérément dans de nombreux cas) une œuvre contrefaite. Des sociétés comme YouTube et Google sont donc libres de présenter du contenu protégé par le droit d’auteur, à moins que le titulaire de droits n’en demande le retrait. Ainsi, en cas de non-conformité, c’est au titulaire de droits d’intenter des poursuites. Or, il est pratiquement impossible pour les artistes et les créateurs d’assurer seuls la surveillance du Web.

    Les GAFAM dépensent des millions de dollars en activités de lobbying auprès des élus pour éviter que les lois ne soient modifiées (et ne condamnent leurs pratiques), et peuvent ainsi continuer d’exploiter les artistes et s’approprier leur propriété intellectuelle. Cela changera-t-il un jour ?

    Dans un monde idéal, il y aurait un équilibre entre les créateurs, les plateformes et les utilisateurs. Cependant, les nouvelles technologies ont toujours donné lieu à un rejet absolu de l’autorité. Et il faut du temps pour adapter les lois afin de combattre le piratage et l’avidité des grandes sociétés qui s’ensuivent inévitablement. Les GAFAM ne font pas exception et continueront d’exploiter les artistes et les créateurs tant que le tollé du public ne forcera pas les législateurs à mettre fin à ces pratiques.

    L’Union européenne a choisi d’agir en adoptant la directive sur le droit d’auteur de l’Union européenne, et plus particulièrement l’article 17 de cette directive. Premier pas vers l’atteinte d’un équilibre, l’article 17 a été adopté en 2019 et il est en voie d’être intégré aux lois de chacun des pays participants.

    Constituant un déplacement sans précédent de la responsabilité en cas de violation du droit d’auteur vers les plateformes de partage de contenu, l’article 17 a pour objet de remplacer les exemptions de responsabilité par une refonte en profondeur des règles régissant les pratiques des plateformes en ligne. Au lieu d’imposer aux titulaires de droits le fardeau de la surveillance du Web à la recherche de possibles violations du droit d’auteur et de soumettre des avis de retrait, l’article 17 oblige expressément les fournisseurs de services qui partagent du contenu en ligne à surveiller beaucoup plus étroitement le contenu dont ils autorisent la publication.

    L’article 17 impose trois grandes obligations aux fournisseurs de services Internet. Premièrement, les fournisseurs doivent dans la mesure du possible obtenir des titulaires de droits les licences requises pour la publication de leur contenu sur leurs sites Web, même lorsque le contenu est publié par les utilisateurs.

    Deuxièmement, l’article 17 exige que tous les fournisseurs de services Internet, à l’exception des très petits joueurs nouvellement arrivés sur le marché, s’assurent dans la mesure du possible de la non-publication de certaines œuvres ciblées par les titulaires de droits. Par exemple, une étiquette de disques pourrait fournir à une plateforme de médias sociaux un répertoire d’œuvres protégées par le droit d’auteur dont la publication doit être bloquée.

    Troisièmement, les fournisseurs de services Internet doivent bloquer dans la mesure du possible le téléversement futur de contenu qui a déjà été retiré à la suite d’un avis de retrait. Seuls les très petits joueurs nouvellement arrivés sur le marché échappent à cette exigence qui oblige les fournisseurs de services Internet à appliquer des filtres pour s’assurer qu’aucun élément de contenu téléversé ne figure pas dans une base de données d’œuvres protégées par le droit d’auteur. En cas de concordance, le contenu doit être bloqué.

    Cette directive s’est heurtée à une vive opposition de la part des GAFAM, qui ont dépensé des millions de dollars, fait des appels automatisés et répandu de fausses rumeurs voulant que les droits des utilisateurs seraient violés et que la liberté d’expression en souffrirait. Ils ont eu recours à différents mots à la mode et utilisé la peur comme tactique, avec une relative efficacité, puisque 100 000 personnes sont descendues dans les rues en Allemagne pour s’opposer à la loi. Des élus se sont fait menacer de perdre leur siège s’ils appuyaient la directive.

    La situation n’est pas si différente ici. Souvenez-vous des tactiques employées récemment par le parti conservateur pour torpiller le projet de loi C-10, qui visait fondamentalement à régir les activités des GAFAM et à les soumettre aux mêmes obligations que les diffuseurs traditionnels. Si vous trouvez que la situation échappe à toute logique, il suffit de vous demander à qui ces pratiques profitent, car c’est toujours une question d’argent.

    Au 7 juin, 23 pays n’avaient toujours pas intégré la directive à leur réglementation nationale et s’exposaient ainsi à des actions en justice de la part de la Commission européenne. Il s’agit de la France, de l’Espagne, de l’Italie, de l’Autriche, de la Belgique, de la Bulgarie, de la Croatie, de Chypre, de la République tchèque, du Danemark, de l’Estonie, de la Grèce, de la Finlande, de l’Irlande, de la Lituanie, du Luxembourg, de la Lettonie, de la Pologne, du Portugal, de la Roumanie, de la Suède, de la Slovénie et de la Slovaquie. Ces pays disposent de deux mois pour répondre à la Commission avant de recevoir un avertissement. Ils seront ensuite convoqués devant le plus haut tribunal de l’Union européenne, au Luxembourg. Les dirigeants de l’Union ont demandé à la France, à l’Espagne et aux 19 autres pays membres pourquoi ils n’ont pas agi avant la date limite du 7 juin et adopté des règlements relatifs au droit d’auteur pour encadrer la transmission en ligne d’émissions de radio et de télévision.

    Il faut du temps pour changer les mentalités, et encore plus de temps pour modifier les lois. Réjouissons-nous cependant que les mauvais traitements réservés aux artistes soient désormais un véritable enjeu, et souhaitons que d’autres pays emboîtent le pas.

    Read More




NEWS