Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM



Home » Officer Columns » Silly Rabbits and Wily Coyotes


Silly Rabbits and Wily Coyotes

  -  AFM Vice President from Canada

Bill C11, the online streaming bill, passed its third reading in the House of Commons and has now landed in the Senate for approval. If passed, the bill would compel streaming platforms, such as Netflix, YouTube, Amazon Prime, Spotify, and others to add more Canadian content, or in the wording of the bill, “contribute in an equitable manner to strongly support the creation, production, and presentation of Canadian programming.” The Canadian Radio-Television and Telecommunications Commission (CRTC) would be responsible for enforcing the bill.

With roughly 150 last-minute amendments, the bill was rushed through Parliament with the third reading of the bill passing with 208 votes in favour to 117 against. This is the second go-around for the bill, which has drawn criticism from both government opposition parties, as well as from private sector stakeholders. Those opposed often recited their favourite rhetoric that it would infringe upon individual rights and prevent internet users from “uploading their cat videos.” None of that is true, of course.

If you recall, the conservative MP from Lethbridge (silly rabbit), vehemently attacked artists over C-11, especially in Quebec, compelling the CFM to respond with an extremely critical and public letter to correct her damage.

John Nater, conservative shadow minister for Canadian Heritage (another silly rabbit), reportedly called the bill “deeply flawed” and said that it “would throw up barriers to innovation and global competitiveness that would hold back the Canadian broadcasting industry.”

TikTok Canada (wily coyotes) and a new advocacy group (more wily coyotes), quietly held a presentation for digital creators and online influencers in February. They told them that the bill could harm their international success and earnings potential, as well as deprioritize their content abroad, if they had to manipulate the algorithm to promote Canadian content to domestic users to comply with the bill.

The bill first found its genesis back in 2018, when the CRTC recommended that the federal government impose levies on internet service providers and foreign streaming services to ensure the health of Canada’s media production industry (wily coyotes). In addition, they called for the support of promotion or discoverability of content by Canadian creators, and providing content of various types, such as news, drama, and programming for official language minority communities, in Indigenous languages, or accessible programming (e.g., through closed captioning and described video).

The Broadcasting Act has three traditional functions:

•outlines Canada’s broadcasting policy

•gives CRTC the authority to regulate the Canadian broadcasting system

•sets the mandate of the CBC/Radio-Canada

In doing so, it supports Canada’s creators, artists, and creative industries, and ensures that Canadian music and stories are available and accessible.

The last major reform of the Broadcasting Act was in 1991—in the very early days of the internet. The rise of online streaming services has dramatically changed how we watch series and movies and listen to music. We all enjoy these services, but a number of foreign companies (wily coyotes) stream into Canada without regulations or the obligation to contribute to and distribute Canadian stories and music.

Ostensibly, the new legislation would clarify that online streaming services fall under the Broadcasting Act. It would ensure that the CRTC has the proper tools to put in place a modern and flexible regulatory framework, including the ability to make rules, gather information, and assign penalties for noncompliance.

An update of the Broadcasting Act would also support greater diversity and inclusion in the broadcasting sector, ensuring greater representation of Indigenous peoples, racialized communities, cultural and linguistic minorities, LGBTQ2S+ communities, and persons with disabilities, better reflecting 21st century Canada.

The Federation was in support of and highly anticipated the bill. Regulation of online undertakings by the CRTC means the natural inclusion of the federal Status of the Artists Act (SAA). This would finally give entertainment unions the ability to compel big tech to bargain collectively, rather than leave artists to die in a world where the giant multinationals engulf and devour content, leaving a trail of nonunion, low wages, no pension, jobs lost overseas, and royalties and residuals expropriated in favour of profit. The salivation among the unions was audible.

Then, lightning strikes. Either government bureaucrats were persuaded by the corporations (wily coyotes), or they thought this up for themselves (silly rabbits), but the liberal MP for Don Valley, Michael Coteau (silly rabbit), put forward this last-minute amendment:

31.1 Section 6 of the Status of the Artist Act is amended by adding the following after subsection (2):

Non-application

(3) This Part does not apply in respect of an online undertaking, as defined in subsection 2(1) of the Broadcasting Act.

That’s right, the silly rabbits and wily coyotes have effectively destroyed the most important aspect of Bill C-11: the Federation’s right (and the rights of other entertainment unions) to compel collective bargaining. Once word spread, the rage throughout the industry was salient. Local 406 (Montreal, PQ) President Luc Fortin, CFM Executive Director Liana White, and I participated in a Zoom call with representatives from ACTRA, the Writers’ Guild, Union des Artists, the Screen Composers Guild of Canada, and the Directors Guild of Canada, as well as legal representatives, to start dialogue on what necessary steps we will take, as a group, to effect a change to this disastrous amendment while it resides and is debated in the Senate.

As I write this, Fortin and I have just completed an online meeting with several government officials:

Political staff from the Office of the Minister of Canadian Heritage

            – Matthew Gray, policy advisor, lead, Bill C-11

            – Simon Ross, policy advisor

            – Ron Ahluwalia, director of policy

Officials and public servants from Canadian Heritage

            – Kelly Beaton, director general arts policy

            – Richard Davis, director arts policy

            – Isabelle Ringuet, director arts policy

            – Ramzi Saad, director general cultural industries

            – Drew Olson, associate director general, cultural industries

            – Amy Awad, acting senior director broadcasting, copyright & creative marketplace branch

I won’t belabour the details of the meeting, but suffice to say, they are defending their sudden amendment by trying to attest that online broadcasting is provincial jurisdiction, while traditional broadcasting is federal. There is no legal basis for this and it was clear they were taken aback by the evident rage of the creative unions. They (silly rabbits) also exhibited a horrific lack of knowledge of how this would negatively impact other agreements that do include online undertakings, or the devastating effect on applying production in reverse. Productions (wily coyotes) created for the internet, and not under agreement, that find their way to television later, would produce zero residuals or royalties for artists.

Further defending their mistake, they sought approval from Fortin, who as president of a local based in Quebec, has the advantage of provincial Status of the Artist. Fortin, of course, pointed out that the producers (wily coyotes) would simply move production to another province to avoid having to interact with unions or collective agreements. Yet another devastating effect they missed (silly rabbits).

We have less than two months before the Senate returns from summer break. All the affected parties must pool their knowledge and resources to either convince senators to remove the SAA exclusion, or unfortunately, lobby to defeat the bill in its entirety. Having it pass into law as is would set musicians, and the artistic world in general, back by 50 years, in respect to collective bargaining. More to come as we dance with the silly rabbits and wily coyotes.


Lapins idiots et coyotes rusés

par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

Le projet de loi C-11 qui porte sur la diffusion continue en ligne a franchi l’étape de la troisième lecture à la Chambre des communes; il se trouve maintenant devant le Sénat. S’il est adopté, il obligera les plateformes de diffusion continue telles que Netflix, YouTube, Amazon Prime, Spotify et autres à bonifier leur contenu canadien ou, pour citer le texte du projet, « contribuer fortement, de façon équitable, à la création, à la production et à la présentation de programmation canadienne ». C’est le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui serait chargé de sa mise en application.

Le projet de loi a fait l’objet d’environ 150 amendements de dernière minute. Il a été adopté à la sauvette par le Parlement, la troisième lecture passant avec 208 votes en faveur et 117 contre. Il en est à sa deuxième lecture au Sénat. Il a suscité des critiques des deux partis d’opposition de même que d’intervenants du secteur privé. Ceux qui sont contre ont été nombreux à tenir leur discours préféré selon lequel le projet porterait atteinte aux droits individuels et empêcherait les utilisateurs d’Internet de « téléverser leurs vidéos de chats ». Rien de tout cela n’est vrai, bien sûr.

Rappelez-vous que la députée conservatrice de Lethbridge (du groupe des lapins idiots) a attaqué les artistes avec véhémence relativement au projet, particulièrement au Québec, obligeant la FCM – pour contrer les dommages – à répondre par une lettre publique extrêmement critique.

John Nater, ministre du cabinet fantôme conservateur responsable du Patrimoine canadien (un autre lapin idiot), aurait qualifié le projet de loi de « profondément imparfait » ajoutant qu’il « entraverait l’innovation et la compétitivité mondiale de l’industrie de la radiodiffusion canadienne ».

En février, TikTok Canada (coyote rusé) et un nouveau groupe de pression (encore d’autres coyotes rusés) ont discrètement fait une présentation aux créateurs numériques et aux influenceurs en ligne. Ils leur ont affirmé que le projet de loi pourrait nuire à leur succès international et à leurs revenus potentiels, et qu’ils pourraient perdre la priorisation de leur contenu à l’étranger si l’algorithme devait faire l’objet de manipulations afin de promouvoir le contenu canadien auprès des utilisateurs nationaux en vue de se conformer à la nouvelle loi.

La genèse du projet de loi C-11 remonte à 2018 lorsque le CRTC a recommandé que le gouvernement fédéral impose une contribution aux fournisseurs de services Internet et aux services de diffusion continue à l’étranger pour garantir la santé de l’industrie canadienne de la production média (coyotes rusés). De plus, le CRTC a demandé l’adoption de mesures visant à promouvoir ou à favoriser la découverte de contenu de créateurs canadiens et une offre de contenus de types variés tels que des informations, des émissions dramatiques et de la programmation pour les collectivités de langue officielle en situation minoritaire, en langues autochtones ou de la programmation accessible, c’est-à-dire avec sous-titres ou vidéodescription.

La Loi sur la radiodiffusion comporte traditionnellement trois fonctions :

•définir la politique de la radiodiffusion canadienne

•habiliter le CRTC à réglementer le système canadien de radiodiffusion

•établir le mandat de la SRC/CBC

Ce faisant, elle soutient les créateurs et artistes du Canada et garantit l’accessibilité et la mise à disposition de la musique et des histoires canadiennes.

La dernière réforme majeure de la Loi sur la radiodiffusion remonte à 1991, dans les tout débuts d’Internet. Depuis, la montée des services de diffusion continue en ligne a modifié de manière dramatique la façon dont nous regardons les séries et les films et écoutons de la musique. Nous apprécions tous ces services, mais un certain nombre d’entreprises étrangères (coyotes rusés) diffusent en continu au Canada en échappant à toute réglementation ou obligation de contribuer aux histoires et à la musique canadienne, et de les distribuer.

Prétendument, la nouvelle loi permettrait de clarifier que la diffusion continue en ligne relève de la Loi sur la radiodiffusion. Elle garantirait que le CRTC dispose des outils nécessaires pour mettre en place un cadre réglementaire moderne et flexible, incluant la capacité d’établir des règles, de colliger de l’information et d’imposer des sanctions en cas d’infraction.

Une mise à jour de la Loi sur la radiodiffusion permettrait également de favoriser plus de diversité et d’inclusion dans le secteur de la radiodiffusion et de représenter davantage les peuples autochtones, les communautés racisées, les communautés culturelles et linguistiques minoritaires, les communautés LGBTQ2S+ et les personnes ayant un handicap, et d’ainsi mieux refléter le Canada du XXIe siècle.

La Fédération appuyait le projet de loi et l’attendait avec impatience. En effet, la réglementation par le CRTC des entreprises en ligne suppose l’inclusion de la loi fédérale sur le statut de l’artiste. Cela donnerait enfin aux syndicats du divertissement le pouvoir d’obliger les géants du numérique à négocier collectivement. Sinon, les artistes sont abandonnés dans un monde où les multinationales engloutissent et dévorent le contenu, laissant dans leur sillage du travail non syndiqué, de faibles cachets, l’absence de cotisations de retraite, des emplois perdus à l’étranger et l’expropriation de redevances et de droits de suite au nom du profit. On entendait les syndicats entendait.

Et puis la foudre est tombée. Soit les bureaucrates du gouvernement se sont laissé convaincre par les corporations (coyotes rusés), soit ils ont pondu ça par eux-mêmes (lapins idiots). Quoi qu’il en soit, le député fédéral de Don Valley, Michael Coteau (lapin idiot), a proposé l’amendement suivant à la dernière minute :

31.1 L’article 6 de la Loi sur le statut de l’artiste est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :

Non-application

(3) La présente partie ne s’applique pas aux entreprises en ligne, au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur la radiodiffusion.

Eh oui ! Les lapins idiots et les coyotes rusés ont effectivement détruit l’aspect le plus important du projet de loi C-11 : le droit de la Fédération et des autres syndicats du divertissement d’imposer la négociation collective. La nouvelle a suscité la rage dans toute l’industrie. Le président de la section locale 406 (Montréal, Qué.), Luc Fortin, la directrice générale de la FCM, Liana White, et moi-même avons participé à un appel Zoom avec des représentants de l’ACTRA, de la Writers’ Guild, de l’Union des artistes, de la Guilde des compositeurs de film canadien et de la Guilde canadienne des réalisateurs de même qu’avec des représentants juridiques. Il s’agissait de lancer un dialogue quant aux prochaines actions à entreprendre comme groupe pour faire changer cet amendement désastreux pendant qu’il fait encore l’objet de débats au Sénat.

Au moment d’écrire ces lignes, Fortin et moi-même venons de terminer une rencontre en ligne avec plusieurs représentants du gouvernement :

Personnel politique, bureau du ministre du Patrimoine canadien

            – Matthew Gray, conseiller politique principal, projet de loi C-11

            – Simon Ross, conseiller politique

            – Ron Ahluwalia, directeur politique

Directeurs et fonctionnaires de Patrimoine canadien

            – Kelly Beaton, directrice générale, politique des arts

            – Richard Davis, directeur, politique des arts

            – Isabelle Ringuet, directrice, politique des arts

            – Ramzi Saad, directeur général, industries culturelles

            – Drew Olson, directeur général adjoint, industries culturelles

            – Amy Awad, directrice principale par intérim, Direction générale de la radiodiffusion, du droit d’auteur et du marché créatif

Sans entrer dans les détails de la réunion, je me bornerai à dire qu’ils défendent leur amendement de dernière minute en essayant d’attester que la radiodiffusion en ligne est de compétence provinciale tandis que la radiodiffusion traditionnelle relèverait du fédéral. Il n’y a aucun fondement juridique pour une telle affirmation et, clairement, ils ont été pris de court par la fureur manifeste des syndicats du secteur créatif. Ils (lapins idiots) ont également fait preuve d’une horrible ignorance des effets négatifs de leur proposition sur d’autres ententes qui, elles, couvrent les entreprises en ligne, et de l’effet dévastateur de son application à la production inversée. Les productions (coyotes rusés) créées pour Internet et non assujetties à une entente qui prennent le chemin de la télévision plus tard ne généreraient aucun droit d’auteur ou droit de suite pour les artistes.

Cherchant à défendre plus avant leur erreur, ils ont tenté d’obtenir l’appui de Fortin qui, à titre de président d’une section locale située au Québec, profite d’une loi provinciale sur le statut de l’artiste. Fortin a bien sûr fait remarquer que les producteurs (coyotes rusés) déplaceraient tout simplement leurs productions dans une autre province afin d’éviter d’avoir à composer avec les syndicats et les ententes collectives. Encore un autre effet dévastateur qui leur a échappé (lapins idiots).

Il nous reste moins de deux mois avant le retour du Sénat après la pause estivale. Toutes les parties visées doivent contribuer leurs connaissances et leurs ressources pour soit convaincre les sénateurs d’enlever l’exclusion, soit, malheureusement, exercer des pressions afin qu’ils rejettent le projet de loi au grand complet. Son adoption marquerait un recul de 50 ans pour les musiciens et le milieu artistique en général en ce qui a trait à la négociation collective. Restez à l’écoute tandis que nous dansons avec les lapins idiots et les coyotes futés.







NEWS





https://totoabadi23.com/ abadicash abadislot https://menarampo78.com/ royalbola abadislot abadislot menara368 abadicash vipmaxwin menara368 totoabadi Menara368