Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM



Home » Recent News » La Conférence 2018 de l’OMOSC donne lieu à des discussions d’actualité
Print This Post Print This Post

La Conférence 2018 de l’OMOSC donne lieu à des discussions d’actualité

  -  

par Melissa Goodchild, secrétaire de l’OMOSC et membre de la section locale 553 (Saskatoon, Sask.), et Matt Heller, vice-président de l’OMOSC et membre de la section 547 (Calgary, Alb.)

To view this article in English, click here.

La 43e Conférence annuelle de l’Organisation des musiciens d’orchestre symphonique du Canada (OMOSC) a eu lieu du 13 au 17 août, à l’Hôtel Pur de Québec, au Québec. C’est l’Association des musiciens et musiciennes de l’Orchestre symphonique de Québec qui en a été l’hôte.

Québec et le bilinguisme

Depuis 2008, l’Association des musiciens et musiciennes de l’Orchestre symphonique de Québec fonctionne comme un agent de négociation indépendant de la FAM. Les délégués ont adopté une résolution exhortant les musiciens de l’Orchestre symphonique de Québec et la section locale 406 de la FAM, qui représente tout le Québec, à la réconciliation.
Le conseil de direction a reconnu que l’OMOSC n’en a pas fait assez pour attirer des membres francophones et interagir avec eux. L’OMOSC est une organisation bilingue et, à ce titre, aimerait en faire plus. Les délégués ont adopté une résolution réitérant l’engagement de l’OMOSC à créer une culture accueillante pour les membres francophones, à favoriser davantage d’échanges et d’interactions avec les membres dans leur langue maternelle et à travailler selon les idéaux et principes du bilinguisme qui sont mis de l’avant dans la Charte canadienne des droits et libertés.

Médias et communications

L’Entente symphonique canadienne pour les médias, négociée par la FCM et un groupe de gestionnaires d’orchestres symphoniques canadiens, est maintenant proposée aux orchestres canadiens. Cette entente établit des cachets et conditions pour la diffusion de concerts en continu et sur demande. Elle est considérée expérimentale. Pour plus de détails, veuillez contacter Bernard Leblanc, directeur de la Division des services symphoniques du Canada.

L’année a été riche en révélations de harcèlement sexuel et de milieux de travail toxiques. Notre conseiller juridique, Michael Wright, nous a parlé de processus d’enquête sur de telles allégations et de moyens pour les organisations d’offrir une procédure régulière à toutes les parties concernées, ainsi que de mesures de réparation là où les circonstances le permettent.

Un atelier de jeu de rôles intitulé « The Curious Case of Charles the Cellist » (l’histoire curieuse de Charles, le violoncelliste) a permis de mettre en évidence les ambiguïtés complexes qui se présentent lorsqu’une rencontre disciplinaire est tenue dans un contexte d’allégations non fondées. C’est Rochelle Skolnick, la directrice de la Division des services symphoniques de la FAM, qui en a conçu le scénario. Elle en a également dirigé une séance très éclairante d’analyse, explorant au passage la jurisprudence pertinente tant canadienne qu’americaine.

Lisa Chisholm, membre de la section 149 (Toronto, Ont.) a animé un atelier sur les partis pris dans les processus décisionnels se rapportant aux auditions. Elle y a démontré de quelle façon les membres de comités, même bien intentionnés, peuvent être influencés par des facteurs non musicaux et par des messages verbaux et non verbaux de collègues.

Les dirigeants de la Caisse de retraite des musiciens du Canada (CRMC) ont signalé des changements législatifs récents et à venir visant les régimes de retraite multiemployeurs à prestations déterminées. La CRMC est régie par les lois de l’Ontario, et le statut des règles ontariennes proposées est très incertain.

Sujets issus de la conférence

Les auditions demeurent un sujet permanent de débat; dans une résolution récente, la Conférence canadienne des sections locales recommande que les orchestres ajoutent des précisions dans leurs ententes collectives concernant les exigences pour l’admissibilité aux auditions nationales. Un des orchestres du Canada a déterminé que la tenue d’auditions nationales n’est plus nécessaire pour satisfaire aux exigences fédérales en matière d’immigration.

La diversité, l’inclusion et la représentation sont toutes des préoccupations importantes dans les orchestres. Une discussion très large a porté sur les enjeux du colonialisme, sur l’effet dans la communauté, l’engagement, la parité en fonction du genre, la programmation, les orchestres de jeunes, les organismes et critères de subventions, et les discours relatifs à la reconnaissance du territoire.

Les politiques aériennes et la réglementation relative à l’importation de matières provenant d’espèces rares ou menacées ont également fait l’objet de discussions, la FAM ayant poursuivi ses représentations sur ces deux enjeux au cours de la dernière année. La FAM et l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien ont élaboré un livret d’information que peuvent consulter les membres et les agents pour prendre connaissance de l’état actuel des politiques.

Résolutions et élections

Un hommage a été rendu à Tommy Banks, musicien exceptionnel et grand défenseur des intérêts des musiciens. Banks a été le conférencier principal de la conférence 2016 de l’OMOSC, à Calgary, et il a joué un rôle clé dans la création du Centre Winspear, à Edmonton. Son nom a été inscrit au tableau d’honneur de l’OMOSC.

Un hommage a également été rendu à deux dévoués syndicalistes et administrateurs pour leur contribution à la vie des musiciens canadiens : Ellen Versteeg-Lytwyn, qui prend sa retraite après 46 ans de service comme directrice administrative de la Caisse de retraite des musiciens du Canada, et Len Lytwyn, qui a été directeur du Bureau canadien de la FAM et directeur fondateur de la Musicians’ Rights Organization of Canada (MROC, Organisation des droits des musiciens du Canada). Len Lytwyn est décédé en juillet. Les deux ont été inscrits au tableau d’honneur de l’OMOSC.
Les délégués ont adopté une résolution dans laquelle ils demandent à la FAM de soutenir et de communiquer les meilleures pratiques relativement à la protection des données. Le vol d’identité constitue une préoccupation croissante pour les musiciens, et la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques recommande fortement d’éviter le recours aux numéros d’assurance sociale pour l’identification des clients; la FAM utilise maintenant un système unique de numéros de membres.

La déléguée du Saskatoon Symphony, Melissa Goodchild, a été élue secrétaire tandis que la trésorière, Liz Johnston, et le premier vice-président, Matt Heller, ont été réélus. Le mandat de tous les dirigeants de l’OMOSC est de deux ans.







NEWS