Now is the right time to become an American Federation of Musicians member. From ragtime to rap, from the early phonograph to today's digital recordings, the AFM has been there for its members. And now there are more benefits available to AFM members than ever before, including a multi-million dollar pension fund, excellent contract protection, instrument and travelers insurance, work referral programs and access to licensed booking agents to keep you working.

As an AFM member, you are part of a membership of more than 80,000 musicians. Experience has proven that collective activity on behalf of individuals with similar interests is the most effective way to achieve a goal. The AFM can negotiate agreements and administer contracts, procure valuable benefits and achieve legislative goals. A single musician has no such power.

The AFM has a proud history of managing change rather than being victimized by it. We find strength in adversity, and when the going gets tough, we get creative - all on your behalf.

Like the industry, the AFM is also changing and evolving, and its policies and programs will move in new directions dictated by its members. As a member, you will determine these directions through your interest and involvement. Your membership card will be your key to participation in governing your union, keeping it responsive to your needs and enabling it to serve you better. To become a member now, visit www.afm.org/join.

FIND OUT MORE ABOUT THE AFM



Home » Officer Columns » Denial Is Just a River in Egypt


Denial Is Just a River in Egypt

  -  AFM Vice President from Canada

For those who still believe conditions in the workplace are something you’re entitled to, you may be surprised that unfair labour practices (in Canada) were only defined and prohibited in 1938! While the Industrial Revolution of the 19th century gave birth to the labour movement in Europe and North America, there were many significant events that took place before workers’ rights were finally recognized.

A brief list would include the Nine-Hour Movement in 1872, when a then-illegal strike against 12-hour workdays eventually resulted in the Trade Union Act, legalizing and protecting unions. The largest and bloodiest strike in Canadian history, the Winnipeg General Strike of 1919, would eventually lead to significant labour reform.

Between 1929 and 1939, an oppressive conservative government created work camps where the unemployed toiled for paltry wages. Workers in Vancouver went on strike and travelled to Ottawa in a journey known as the “On to Ottawa Trek.” The government ordered the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) to stop them. After rioting and arrests of union leaders, the strike ended. However, Mackenzie King’s liberals won the next election, and abolished the camps, resulting in the birth of unemployment insurance in 1940.

In 1945, the Ford Motor Company in Windsor wanted to break some of the union’s gains since the depression. Union dues being still voluntary, Ford laid off 1,500 workers. Talks broke down over mandatory membership, and the union was forced to strike. Ford’s confrontational tactics spawned community solidarity, and 8,000 additional workers from other auto plants joined the strike.

To avoid violence with police, strikers used their personal automobiles to park in streets all around the plant, forming a blockade that would last for three days. Federal cabinet minister Paul Martin, Sr. eventually appointed a “sympathetic” arbitrator. After 99 days on strike, the union voted to approve a deal that included union security.

Subsequent to that strike, arbiter Ivan Rand (also a Supreme Court judge) brought down an award that ruled against mandatory membership but required automatic dues check-off. The notion that everyone in a workplace who benefits from the union should contribute, and that unions could write automatic dues into collective agreements, has become a staple in labour known as the Rand Formula. (Federation agreements in Canada contain this concept, with language referring to either Temporary Members or Permittees.)

The 1960 tragic death of five men in a tunnel cave-in at Hogg’s Hollow in Toronto was the catalyst for unions to fight for safety in Ontario, leading to the passing of the Ontario Safety Act, which was the foundation for the Canada Labour Code.

Paid maternity leave benefits have only been around since 1971, with limited leave and 66% of the mother’s previous salary. But in 1981, the Canadian Union of Postal Employees waged a 42-day strike, which won 17 weeks for postal workers across Canada. Since then, unions have fought for adoption leave, paternity leave, and parental leave for either parent and continue to negotiate better conditions for workers.

Many of our members, either deliberately or subconsciously, do not identify as part of the labour movement, because they have never been directly involved in collective action. Conversely, they may consider themselves independent artists with no connection to an organized workplace. Of course, nothing could be further from the truth.

The entire music sector is either directly or indirectly impacted by the dynamic between the Federation and the multitude of employers who range from venues and restaurants to theatres and concert halls to recording and broadcasting studios. As AFM President Ray Hair has stated many times, employers don’t pay you what is deserved because they like you, or because they are nice people. They pay you because they are afraid of what you will do if they don’t—and “you” means AFM members, collectively.

Unfortunately, this last rule of thumb is moot when musicians distance themselves from their union or are influenced to isolate from other musicians/members. The age-old divide and conquer is ubiquitous, where musicians are told someone else will do the job for less, setting up the never-ending competition for who will work for the least. By not adhering to the recommended minimums established in local scales and collective agreements, artists shoot themselves in the proverbial foot and unravel all the work done by the Federation through many years of bargaining.

We must not take for granted the blood and sacrifice from the last century of the labour movement. Previous generations fought for a living wage, better laws and conditions, and safety, making employers take responsibility for the health and welfare of their workers.

Instead of following that example, many artists are so complacent that they comply with whatever the employer asks, content to hold a “real” job in the daytime to pay the bills and perform for pocket change at night. What message does that send about the value of live music? Or worse, your worth as an individual?

While the demise of six-nighters has signalled the end of a very lucrative era, live music’s survival as a viable career choice will be dependent upon how organized the current crop of musicians are. Union density in the freelance world is necessary to set the bar high enough for fair wages. A fragmented scene of indie musicians plays into the disorganization that benefits venue owners.

If you know musicians who are not AFM members, try to have the tough conversation with them. We all benefit when there is solidarity, as demonstrated by 150 years of the labour movement. Being in denial about the benefits of the Federation and the value in unity leads to self-induced failure. Let’s not ignore the history lessons.


Le déni n’est pas une option

par Alan Willaert, vice-président de la FAM pour le Canada

Ceux qui croient encore que leurs conditions de travail leur reviennent de droit seront peut-être surpris d’apprendre que ce n’est qu’en 1938 que les pratiques de travail inéquitables ont été définies et interdites au Canada! La révolution industrielle du XIXe siècle avait bien donné naissance au mouvement ouvrier en Europe et en Amérique du Nord, mais avant que les droits des travailleurs ne soient reconnus il a fallu que surviennent plusieurs événements importants.

Une liste brève de ces derniers comprendrait le Mouvement pour une journée de travail de neuf heures en 1872 : une grève – illégale à l’époque – contre les journées de travail de 12 heures a fini par engendrer la Loi sur les syndicats ouvriers, légalisant et protégeant les syndicats. La grève générale de Winnipeg, en 1919, la plus massive et la plus sanglante de l’histoire du Canada, a ultimement entraîné d’importantes réformes en matière de travail.

Entre 1929 et 1939, un gouvernement conservateur répressif a créé des camps de travail où les chômeurs s’échinaient pour des salaires de famine. Les travailleurs des camps de Vancouver ont fait la grève et se sont rendus à Ottawa, un voyage connu comme « la marche sur Ottawa ». Le gouvernement a ordonné à la Gendarmerie royale du Canada de les intercepter, et la grève a pris fin après des émeutes et l’arrestation des dirigeants syndicaux. Toutefois, les libéraux de Mackenzie King ont gagné l’élection suivante et aboli les camps, ce qui a donné lieu à la création de l’assurance-chômage en 1940.

En 1945, la société Ford Motor de Windsor a voulu retirer au syndicat certains avantages consentis depuis la Grande dépression. Les cotisations syndicales étant encore volontaires, Ford a pu mettre à pied 1500 travailleurs. Les négociations ont achoppé sur la question de l’adhésion obligatoire, et le syndicat a été forcé de déclencher une grève. Les tactiques de confrontation de Ford ont suscité la solidarité dans le milieu, et 8000 travailleurs d’autres usines automobiles se sont joints à la grève.

Afin d’éviter des affrontements avec la police, les grévistes ont utilisé leurs voitures personnelles pour stationner dans les rues tout autour de l’usine et former un blocus qui a duré trois jours. Le ministre fédéral, Paul Martin père, a fini par nommer un arbitre « sympathique ». Après 99 jours de grève, les syndiqués ont voté en faveur d’une entente qui incluait la sécurité syndicale.

À la suite de cette grève, l’arbitre Ivan Rand – également juge à la Cour suprême – a rejeté l’adhésion obligatoire au syndicat, mais autorisé le prélèvement automatique des cotisations. Ce qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de formule Rand, c’est-à-dire le principe voulant que tous ceux qui profitent des avantages obtenus par le syndicat doivent y contribuer et que les syndicats peuvent inclure des cotisations automatiques dans les conventions collectives, est devenu incontournable en droit du travail. Il est inclus dans les ententes de la Fédération au Canada, avec des références aux membres temporaires ou aux permissionnaires.

En 1960 la mort tragique de cinq hommes dans l’effondrement d’un tunnel à Hogg’s Hollow, à Toronto, a catalysé la lutte des syndicats pour la sécurité en Ontario et mené à l’adoption de la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, sur laquelle est fondée le Code canadien du travail.

Les congés de maternité payés n’existent que depuis 1971, et encore, c’était pour une période très limitée et 66 % du salaire de la mère. C’est en 1980 que le syndicat canadien des travailleuses et travailleurs de la poste a tenu une grève de 42 jours et obtenu 17 semaines de congé pour les employés postaux partout au Canada. Depuis, les syndicats ont lutté pour gagner des congés d’adoption, des congés de paternité et des congés pour l’un ou l’autre parent; ils continuent également de négocier de meilleures conditions générales pour tous les travailleurs.

Volontairement ou inconsciemment, un grand nombre de nos membres ne se considèrent pas comme partie prenante du mouvement syndical du fait qu’ils n’ont jamais participé personnellement à des actions collectives. Peut-être se voient-t-il comme des artistes indépendants sans lien avec un milieu de travail syndiqué. Rien n’est moins vrai, évidemment.

Le secteur de la musique au grand complet dépend directement ou indirectement de la dynamique qui se joue entre la Fédération et la multitude d’employeurs de musiciens, des lieux de présentation et des restaurants aux théâtres, aux salles de concert ainsi qu’aux studios d’enregistrement et de radiodiffusion. Comme l’a souvent déclaré le président de la FAM, Ray Hair, les employeurs ne vous paient pas équitablement parce qu’ils vous aiment bien ou parce qu’ils sont gentils. Ils le font parce qu’ils ont peur de ce que vous feriez s’ils ne vous payaient pas – et ce « vous  » désigne les membres de la FAM, collectivement.

Malheureusement, cette règle reste théorique si les musiciens s’éloignent de leur syndicat ou se laissent influencer et s’isolent de leurs collègues. L’éternelle stratégie consistant à diviser pour régner est exploitée partout. Les musiciens se font dire que quelqu’un d’autre fera le travail pour moins cher, ce qui crée une compétition sans fin à savoir qui travaillera pour le plus petit cachet. Les artistes se tirent dans le pied quand ils ne respectent pas les tarifs minimums établis dans les sections locales et les conventions collectives, et défont tout le travail accompli par la Fédération au fil de nombreuses années de négociations.

Nous ne devons pas tenir pour acquis les sacrifices consentis par le mouvement ouvrier et le sang versé au cours du dernier siècle. Les générations précédentes se sont battues pour obtenir des salaires décents, de meilleures lois et conditions de travail, et la sécurité, ainsi que pour obliger les employeurs à prendre leurs responsabilités à l’égard de la santé et du bien-être de leurs travailleurs.

Plutôt que de suivre cet exemple, de nombreux artistes sont si complaisants qu’ils acceptent toutes les demandes de leur employeur, se contentant d’occuper un « vrai » emploi le jour pour payer leurs factures et de se produire pour de la petite monnaie le soir venu. Quel message ce comportement envoie-t-il quant à la valeur de la musique vivante ? Ou pire encore, quant à votre valeur comme personne?

La disparition des engagements de six soirs par semaine marque la fin d’une ère très lucrative, et la survie de la musique vivante comme carrière viable dépendra du degré de syndicalisation de la cohorte actuelle de musiciens. La densité syndicale dans le monde de la pige est une nécessité si l’on veut y obtenir des cachets équitables. Une scène fragmentée de musiciens indépendants ne sert que les intérêts des propriétaires de salles.

Si vous connaissez des musiciens qui ne sont pas membres de la FAM, tenez cette difficile conversation avec eux. La solidarité est bénéfique pour nous tous, comme le démontrent les 150 ans du mouvement ouvrier. Le déni des bénéfices de la Fédération et de la valeur de l’union est voué à l’échec. Ne faisons pas fi des leçons de l’histoire.







NEWS





https://totoabadi23.com/ abadicash abadislot https://menarampo78.com/ royalbola abadislot abadislot menara368 abadicash vipmaxwin menara368 totoabadi Menara368